LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean Giono dans sa maison du "Paraïs" en 1970

Manosque, la maison de Jean Giono ouverte sur le paysage

3 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui; nous partons sur une des collines qui surplombe la ville de Manosque, dans les Alpes de Haute-Provence, à la rencontre de la maison de Giono.

Jean Giono dans sa maison du "Paraïs" en 1970
Jean Giono dans sa maison du "Paraïs" en 1970 Crédits : AFP

Le lieu s'appelle "le Paraïs", et c'est l'autre nom de la maison dans laquelle a vécu et travaillé Jean Giono pendant une quarantaine d'années, du début des années 1930 jusqu'à sa mort en 1970. C'est ici, dans cette belle maison à un étage qui donne sur un jardin en terrasse qu'il a écrit la majeure partie de ses romans. Certains de ses livres portent d’ailleurs à la fin la mention laconique "Manosque", comme une manière d’insister sur l'importance de ce lieu. Mais on va laisser l'auteur, dans sa maison, nous parler de la vue sur laquelle donne son bureau, on est en 1953.

Archive : entretien de Jean Giono avec Jean et Taos Amrouche, à Manosque (1953)

Jean Giono à Manosque, 1960
Jean Giono à Manosque, 1960 Crédits : Keystone-France / - Getty

C'est sur un paysage découpé en trois lieux que donnent les fenêtres du bureau de Giono, comme un triptyque de peintures : la colline, le plateau, et la ville. Trois espaces qui forment le décor de certains de ses romans, même si Manosque en tant que telle est finalement assez peu présente dans les textes de Giono. La plupart de ses romans explorent des espaces qui vont bien au-delà de ce petit périmètre, ils dépassent le strict cadre du régionalisme provençal qui a longtemps collé injustement à Giono. C’est une réputation dont il était d’ailleurs conscient et qui le gênait, il écrit par exemple avec ironie dans la préface de sa trilogie romanesque Colline, Un de Baumugnes et Regain :

Les hommes de ma terre ont une langue imagée, précise, musclée et qui sonne délicieusement faux comme ces flûtes rustiques faites au hasard de sept brins de roseaux. Je ne parle pas ici de ce que l'on a coutume d'appeler le provençal mais, bel et bien ce que l'on a coutume d'appeler : le français.

L'espace du bureau et de la maison de Giono n'est pas seulement ouvert vers le paysage. Adossée à d'autres murs on peut aussi y voir l'impressionnante bibliothèque de l'écrivain. Elle a été presque intégralement reconstituée : plusieurs milliers d'ouvrages, qui témoignent de la fièvre lectrice de l'auteur. Des éditions très anciennes de la Divine Comédie de Dante, des polars de la série noire, des auteurs antiques et j'en passe.

Terrasse de la maison de Jean Giono
Terrasse de la maison de Jean Giono Crédits : Christophe Boisvieux - Getty

Si une chose m'a fasciné en visitant la maison de Giono, c'est un paradoxe peut-être propre à toutes les maisons d'écrivains. C'est sûrement une naïveté romantique de ma part, ou une absence totale d'émotion devant les objets. On pourrait le résumer en une question : comment penser le contraste entre les textes tempétueux, âpres, souvent violents et parfois délirants de l'auteur et le calme tout à fait bourgeois de sa maison ?

Comment peut-on concevoir que les pages pleines des miasmes épidémiques du Hussard sur le toit, des orages d'aciers de 14-18 du Grand Troupeau, ou des orages de pluie qui foudroient parfois ses personnages, aient été écrites dans le cadre tranquille de ce bureau, entre les cendriers pour pipes et les étagères bien rangés ?
Je laisse la question en suspens.

Au-delà de la mythologie créatrice, peut-être que la maison de Jean Giono est davantage intéressante pour sa beauté même, pour ses jardins, et surtout pour sa dimension de laboratoire. Car elle abrite aujourd'hui l'association des amis de Jean Giono, qui organise des rencontres et édite des revues autour de l'œuvre, elle attribue aussi un prix tous les ans et fait ainsi vivre aujourd’hui les romans et les récits de l'auteur.
 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......