LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Edouard le Confesseur sur son trône, tapisserie de Bayeux

Face à la tapisserie de Bayeux en Normandie : une épopée brodée

3 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui, nous allons dans le Calvados, à la rencontre d'une fameuse broderie qui raconte l'épopée de la maison des ducs de Normandie : la tapisserie de Bayeux.

Edouard le Confesseur sur son trône, tapisserie de Bayeux
Edouard le Confesseur sur son trône, tapisserie de Bayeux Crédits : Print Collector - Getty

Aujourd'hui nous partons pour la Normandie, dans le département du Calvados, dans la ville de Bayeux qui abrite le Centre Guillaume le Conquérant, qui lui-même abrite une œuvre de broderie longue de plusieurs dizaines de mètres et qui date de plusieurs siècles : la fameuse tapisserie de Bayeux.

Tapisserie de Bayeux
Tapisserie de Bayeux Crédits : Stéphane Maurice - AFP

On ne sait pas exactement quand au XIème siècle a été brodée la tapisserie de Bayeux, ni qui l'a brodée, mais on pense qu'il s'agit d'une œuvre collective. Elle aurait été commandée par Odon, le demi-frère de Guillaume le Conquérant, pour asseoir le pouvoir et la communication des ducs de Normandie. 

L'objet est tout à fait fascinant : il s’agit d’une tapisserie de plus de 70 mètres exposée sur un mur, dans un parcours en virage. Le protocole d'exposition est tout à fait immuable et non négociable : à l’entrée de la salle, on vous donne un audioguide et une fois à l'intérieur, vous devez obligatoirement avancer car la description de l'audioguide est synchronisée avec ce que vous voyez sur la tapisserie. La visite constitue en soi un moment de gestion des foules et un exercice de frustration puisque vous ne pouvez pas revenir en arrière. Néanmoins, l’audioguide est nécessaire pour suivre l’histoire que raconte la broderie. Car la tapisserie de Bayeux est une œuvre narrative, certains esprits facétieux et anachroniques la qualifient même de première BD de l'histoire

détail de la tapisserie de Bayeux
détail de la tapisserie de Bayeux Crédits : Culture Club - Getty

Mais quelle histoire raconte-t-elle ?

Tentative de résumé : le bon roi d'Angleterre, le vieil Édouard le Confesseur charge un jour son beau-frère, le fidèle Harold, d'aller dire à Guillaume, duc de Normandie et futur Guillaume le Conquérant, qu'il peut prendre le trône de l'île Britannique. Harold retourne en Angleterre et profite - le félon - de la mort d’Édouard pour s'emparer du trône. J'espère que tout le monde suit… Guillaume, remonté comme un coucou, décide de marcher vers l'Angleterre pour conquérir le trône, il affrète des bateaux, met son armée dedans, et traverse la Manche. Les deux armées rivales se croisent à Hastings : c'est là que commence la fameuse bataille de Hastings. La tapisserie, inachevée, se termine ici, au beau milieu du combat, et ne raconte pas la suite, c'est-à-dire l'accession au trône de Guillaume qui met ainsi fin à la dynastie des rois anglo-saxons, au profit de la maison normande.
 

La tapisserie tisse une histoire de guerre de succession royale et d'annexion de terres qui rappelle Henry VI de Shakespeare ou Game of Thrones, mais ce bien avant Shakespeare et George RR Martin ! La broderie de Bayeux est donc un récit guerrier : on y admire beaucoup de boucliers, de lances, de casques, de bruit, de fureur, de bagarres et de corps démembrés. Mais aussi des éléments de la nature, des architectures, des variations de couleurs et des bateaux.
 

Détail de la tapisserie de Bayeux
Détail de la tapisserie de Bayeux Crédits : DEA / M. SEEMULLER - Getty

Au-delà de la dimension épique et médiévale, si la tapisserie de Bayeux nous émeut aujourd'hui, c'est par ses détails, et par la minutie du travail avec les fils de couleur. Ici par exemple le passage d'une étoile (la comète de Halley) qui vient interrompre le récit, là des animaux dans les frises, ou tel petit personnage qui fait un geste dans un coin de tapisserie. 

Car l'œuvre est porteuse, dans sa broderie même, de toute une mémoire de l'artisanat et des traditions. On peut y observer, en plus des seigneurs en côte de maille, tout un peuple de personnages qui s'affaire et travaille : à construire un fort, à cuisiner, ou à porter des vivres dans des bateaux. Toute une succession de gestes, de pratiques et d'objets qui racontent un mode de vie. Ce qui contribue à faire de la tapisserie, en plus d'un objet politique pour asseoir le pouvoir d’un souverain, une œuvre anonyme et collective, riche de tout un savoir-faire populaire.
 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......