LE DIRECT
1 / La France mène-t-elle une politique économique libérale ? / 2/ Donald Trump et son ancien conseiller à la Sécurité John Bolton, limogé cette semaine (ici en avril 2018)

1/ La France mène-t-elle une politique économique libérale ? 2/ USA. Après Bolton : le Trump nouveau est arrivé ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Analyse politique et géopolitique de la semaine avec le professeur de relations internationales Bertrand Badie, la philosophe Monique Canto-Sperber, le journaliste Brice Couturier, et l’ancienne Ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

1 / La France mène-t-elle une politique économique libérale ? / 2/ Donald Trump et son ancien conseiller à la Sécurité John Bolton, limogé cette semaine (ici en avril 2018)
1 / La France mène-t-elle une politique économique libérale ? / 2/ Donald Trump et son ancien conseiller à la Sécurité John Bolton, limogé cette semaine (ici en avril 2018) Crédits : NICHOLAS KAMM - AFP

Première partie : La France mène-t-elle une politique économique libérale ?

Le député LR Gilles Carrez est un spécialiste des finances publiques et un homme à ranger dans la catégorie des austères qui ne se marrent pas beaucoup surtout quand on lui parle « dette de la France » : cette semaine dans Le Parisien, il s’est « lâché », qualifiant l’actuelle majorité d’irresponsable, évoquant une inconscience générale, et un cauchemar à venir… En cause : un projet de budget pour 2020 qui bafouerait la promesse de campagne du candidat Macron de faire baisser le déficit de la France, dans un contexte où la dette française frôle déjà les 100% du PIB. 

Depuis la crise des Gilets jaunes, les mesures comme la hausse de la prime d’activité ont-elles fait glisser la doctrine économique initiale du macronisme d’une politique de l’offre à une politique de la demande, consistant à distribuer du pouvoir d’achat ? Les tenants d’un libéralisme orthodoxe reprochant aussi au Président Macron d’avoir mis de côté sa promesse de campagne de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires d’ici 2022, le budget 2020 n’évoquant que 15 000 suppressions.
Un budget 2020 grâce auquel les armées, l’éducation nationale, le ministère des solidarités et de la santé et celui de la justice connaîtront une dotation plus importante, les baisses de dépense concernant le logement, les contrats aidés ou encore l’audiovisuel public.

Pas de quoi faire retomber le malaise dans les hôpitaux, où sévit un mouvement social inédit par sa durée (6 mois) et son ampleur (250 services d’urgence à ce jour), en dépit des 750 millions d’euros redéployés cette semaine par la ministre Agnès Buzyn, laquelle refuse par ailleurs de céder aux revendications principales des personnels soignants :une réouverture de lits, des recrutements et une augmentation de salaires de 300 euros net mensuel. Une fonction publique française également en mouvement dans les transports, avec une grève massive avant-hier, rappelant celles de 1995 et de 2007 lorsqu’il s’agissait –déjà- d’aligner les régimes spéciaux des retraites sur le régime général. Bref en cette rentrée économique et sociale, LA question du dimanche : libéralisme, réformisme, socialisme, syncrétisme : où en est le la doctrine économique et sociale du macronisme ?
 

Deuxième partie : USA. Après Bolton : le Trump nouveau est arrivé ?

Encore un tweet qui figurera dans les archives de cette singulière présidence Trump : « j’ai informé John Bolton que nous n’avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche ». Exit donc le 3e conseiller à la sécurité nationale du président à la mèche blonde. Encore un limogeage en forme de coup d’éclat, contesté par Bolton lui-même, qui prétend avoir lui-même proposé sa démission la veille. Pour certains observateurs avisés, le limogeage de Bolton illustre le fait que Donald Trump a de plus en plus confiance dans son propre jugement en matière de politique étrangère et tient plus que jamais à mettre en pratique – sans l’avis de personne - son credo de base : réduire l’engagement américain à l’étranger. Bolton voyait les choses différemment, lui le « néo-cons » ou le « va-t-en guerre » comme aimait à le représenter la presse, partisan d’une ligne dure face à l’Iran, face au Venezuela de Maduro, face la Corée du Nord, avec une vision du monde très « post guerre froide ».

Donald Trump lui, assume de plus en plus ne pas aimer la guerre, n’aimant rien tant qu’annoncer au pays que les G.I, les boys rentrent à la maison, ou mettre en scène de bien belles images de réconciliations historiques, comme avec Kim Jong Un, avec peu d’intérêt ensuite pour le suivi et la concrétisation des dossiers. Pour certains, le départ de Bolton est une bonne nouvelle pour une éventuelle retombée des tensions entre Washington et Téhéran, un pas supplémentaire vers une rencontre avec le président Rohani… 

Mais une mauvaise nouvelle pour d’autres comme pour l’éditorialiste du Wall Street Journal qui écrivait cette semaine : Bolton était l’une des rares figures qui au sein du gouvernement faisait barrage aux instincts et à l’inconstance de Trump. Intéressant enfin de noter que ce limogeage de Bolton intervient après des annonces confuses quant à la politique américaine en Afghanistan, ouvrant puis refermant des négociations déconcertantes avec les Talibans. Le monde diplomatique retient son souffle donc, en attendant le prochain épisode… sur les dossiers afghan, iranien mais aussi israélo-palestinien tandis que des élections ont lieu mardi prochain en Israël… Et notre question du dimanche : y aura-t-il dans la politique étrangère de Donald Trump un avant et un après Bolton ?
 

Intervenants
  • professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).
  • philosophe, directrice de recherche au CNRS, ancienne directrice de l’ENS et présidente fondatrice de PSL, auteure de plusieurs ouvrages de philosophie antique et philosophie morale contemporaine
  • Journaliste et producteur de l'émission "Le Tour du monde des idées"
  • Femme politique, romancière, ancienne ministre de la Culture dans les gouvernements Ayrault puis Valls
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......