LE DIRECT
Bertrand Tavernier

Abraham Lincoln au cinéma

59 min
À retrouver dans l'émission

Le cinéaste Bertrand Tavernier évoque avec nous la figure du président Abraham Lincoln au cinéma

Bertrand Tavernier
Bertrand Tavernier Crédits : Valérie Macon - AFP

ABRAHAM LINCOLN AU CINEMA

Bertrand Tavernier, vous êtes un cinéaste actif et même hyper actif depuis les années 60. Avant d’être aujourd’hui l’auteur d’un « Voyage à travers le cinéma français », vous avez été réalisateur de courts-métrages, attaché de presse, assistant, notamment pour Jean-Pierre Melville, vous avez animé une bande de cinéphages dans un club dénommé le Nickelodéon, vous avez réalisé votre premier long-métrage, L’Horloger de Saint Paul en 1974. Vous êtes le co- fondateur de l’Institut Lumière, centre culturel basé à Lyon dédié à la conservation et à la diffusion du patrimoine cinématographique. Vous êtes écrivain et directeur aux Editions Actes sud d’une collection consacrée aux westerns. Vous avez tourné aux Etats-Unis, notamment « Dans la brume électrique » avec une distribution entièrement américaine et vous avez consacré plusieurs ouvrages au cinéma américain en collaboration avec l’historien Jean-Pierre Coursodon Avec vous, à quelques jours de l’entrée en fonction du 45ème président des Etats-Unis, nous allons nous intéresser à son lointain prédécesseur, Abraham Lincoln, 16ème locataire de la Maison Blanche.

Eric Nuevo, dans un article dont nous donnerons la référence sur notre site, observe que « soixante-cinq acteurs ont interprété le rôle de Lincoln : quarante-cinq ne l’ont fait qu’une seule fois, contre treize à de multiples reprises. Parmi les plus marquants, on peut citer Frank McGlynn Sr. qui endossa le célèbre haut-de-forme douze fois, depuis « The Life of Abraham Lincoln » (Langdon West, 1915) jusqu’à « March On, America ! » (Richard Whorf, 1942). »

Le héros de tous ces films, c’est l’homme du XIIIème amendement, l’artisan de l’abolition de l’esclavage, le chef d’une guerre civile longue, meurtrière et traumatisante, mais aussi le fils de fermier illettré, l’avocat autodidacte, le lecteur boulimique, et encore la personnalité originale d’un homme habile, déterminé, doué d’un vif sens de l’humour, mais aussi enclin à de pesantes périodes de doute et de perte de confiance.

Dernier en date, le film de Steven Spielberg « Lincoln », sorti en salle en 2012, saisit Lincoln (interprété par Daniel Day-Lewis) dans la dernière partie de la guerre. Il ne s’attache presque entièrement qu’au combat pour l’abolition de l’esclavage, et traite autant, sinon davantage des manœuvres parlementaires que des décisions militaires. Le film s’ouvre sur la plus célèbre phrase du discours prononcé à Gettysburg en 1863 : « A nous de vouloir qu'avec l'aide de Dieu cette nation renaisse dans la liberté ; à nous de décider que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, ne disparaîtra jamais de la surface de la terre. »

Près de trois quarts de siècle plus tôt, le film de John Ford « Young Mr Lincoln » (Vers sa destinée) mettait en scène le futur président dans le dénuement de ses origines, puis dans sa lente prise de conscience de ses talents et de l’usage qu’il pourrait en faire. Avocat sans grande clientèle à New Salem, le jeune « Abe » interprété par Henry Fonda, y plaide et gagne un procès criminel avec l’humour, le sens de l’observation et la nonchalance qui ont marqué la plupart des contemporains d’Abraham Lincoln.

Bertrand Tavernier, d’après vous, que nous apprennent les représentations de la figure de Lincoln au cinéma sur les rapports qu’entretiennent les Américains avec leur Histoire ? Comment interpréter les grandes différences entre ces représentations filmées du personnage ? Peut-on dresser des parallèles pertinents avec des figures historiques françaises au cinéma ? Cette évolution de la figure de Lincoln est-elle à l’image des mutations du cinéma américain dans son ensemble ? Et enfin, quel est, au cinéma, votre Lincoln préféré ?

Références

Lincoln, l'homme qui sauva les Etats-Unis, de Bernard Vincent (l'Archipel, 2009)

Lincoln au cinéma, article de Eric Nuevo consultable sur le site Abus de Ciné

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......