LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tariq Ramadan en mai 2016 à Bordeaux / Emmanuel Macron à Bastia le 7 février 2018

Après l'Affaire Ramadan, quels débats ? // Corse : notre Catalogne ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Emilie Aubry reçoit ce dimanche Gérard Courtois, journaliste au Monde, Thierry Pech, directeur général de la Fondation Terra Nova, Elisabeth Roudinesco, historienne de la psychanalyse et Dominique Reynié, professeur de sciences politiques à Sciences Po, directeur général de la Fondapol.

Tariq Ramadan en mai 2016 à Bordeaux / Emmanuel Macron à Bastia le 7 février 2018
Tariq Ramadan en mai 2016 à Bordeaux / Emmanuel Macron à Bastia le 7 février 2018 Crédits : Mehdi FEDOUACH / BENOIT TESSIER / POOL - AFP

L'affaire Tariq Ramadan et la Corse sont au programme de "l'Esprit public". Emilie Aubry reçoit ce dimanche Gérard Courtois, journaliste au Monde, Thierry Pech, directeur général de la Fondation Terra Nova, Elisabeth Roudinesco, historienne de la psychanalyse et Dominique Reynié, professeur de sciences politiques à Sciences Po, directeur général de la Fondapol. Une émission à voir en vidéo ci-dessous.

Première partie. Après l'affaire Ramadan, quels débats ?

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viol, est actuellement en détention provisoire. Ici en mars 2016 à Bordeaux.
L'islamologue suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viol, est actuellement en détention provisoire. Ici en mars 2016 à Bordeaux. Crédits : MEHDI FEDOUACH - AFP

Pierrick Juin a récidivé : le dessinateur de Charlie Hebdo a signé cette semaine une nouvelle Une avec Tariq Ramadan : accusé de viol et mis en examen,  le voici de nouveau dessiné avec un phallus disproportionné entouré d’une ceinture d’explosifs et cette légende : « Ramadan : pourvu qu’il ne se radicalise pas en prison ». Ironie de l’hebdomadaire satirique sur le fait que Ramadan trébuche en gourou prédateur sexuel et non pour condamnation d’une idéologie. Ironie sur la complaisance de certains pour celui qui se revendiquait « islamologue », défendait des pratiques traditionnelles, port du voile, tabous alimentaires, séparation des sexes dans les espaces publics, nourrissait des débats sur les concepts glissants de multiculturalisme, d’anti racisme et d’islamophobie. Une fois n’est pas coutume, presque tous riaient de cette Une de Charlie Hebdo, tous…. Sauf, sans doute, le philosophe Abdennour Bidar, qui, il y a quelques semaines déjà, se demandait dans les colonnes du Monde si l’affaire Ramadan nous ferait –enfin- comprendre que nous restions : « tragiquement aveugles aux racines du mal de l’islamisme ». 

Deuxième partie. Corse : notre Catalogne ?

Discours d'Emmanuel Macron à Bastia, 7 février 2018
Discours d'Emmanuel Macron à Bastia, 7 février 2018 Crédits : BENOIT TESSIER / POOL - AFP

Quelques mètres de trottoir ornés d’une stèle et d’un olivier : inauguration cette semaine de la nouvelle Place Claude Erignac à Ajaccio, et la présence de la veuve du préfet assassiné, frêle silhouette vêtue de noir, 20 ans après le drame. Son discours, poignant, évoquant la nuit terrible, 3 balles dans la tête de son mari, et une page qu’elle se refuse à tourner. Un meurtre qualifié de « terroriste » par Emmanuel Macron qui à cette occasion effectuait sa première visite présidentielle sur l’Ile. Le chef de l’Etat parlait dur et parlait crû devant un auditoire où l’on distinguait clairement le visage fermé de Gilles Siméoni, président du Conseil executif de Corse, ancien avocat d’Yvan Colonna chef du commando Erignac. Simeoni contraint de ne pas broncher tandis que le chef de l’Etat, flanqué d’un Jean-Pierre Chevènement, venait résoudre une équation délicate: concilier un discours de fermeté jacobine avec sa promesse girondine de campagne : respecter les particularismes des territoires sans désavouer l’autorité républicaine. Et cette question : « l’âme corse » avait elle vraiment été sensible au charme macronien du « en même temps » ?….
 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......