LE DIRECT
Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève le 16 juin 2021

Bilan de la tournée européenne de Joe Biden : America is back ?

29 min
À retrouver dans l'émission

Dans l’album souvenirs de sa première tournée européenne en tant que Président, Joe Biden aura de belles images : du G7 en Cornouailles, mais aussi de Bruxelles, pour un sommet de l'OTAN, puis un sommet UE/ USA, et enfin de Genève, pour une rencontre avec Vladimir Poutine.

Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève le 16 juin 2021
Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève le 16 juin 2021 Crédits : Brendan Smialowski - AFP

Dans l’album souvenirs de sa première tournée européenne en tant que Président des Etats-Unis, Joe Biden aura donc les belles images de Cornouailles, affichant sa bonne entente avec le Premier Ministre Boris Johnson, en dépit des propos peu aimables tenus jadis : Biden avait dit de Johnson qu’il était le clone physique et émotionnel de Trump. Mais cette semaine, les deux hommes ont surtout voulu réveiller et souligner la « special relationship » qu’entretiennent les deux pays, cette relation à laquelle tient plus que jamais le Royaume Uni sorti de l’Union européenne. 

Belles images également à Bruxelles, le président américain participant à un sommet de l’OTAN, puis à un sommet UE/USA, avec dans les deux cas la volonté de signifier le retour des Etats-Unis aux côtés des alliés historiques si mal traités pendant les années Trump, avec un leitmotiv : unifier le camp démocratique, Joe Biden ayant la conviction que la survie du modèle démocratique est en jeu,  depuis l’attaque du Capitole à Washington, tandis que le RN en France occupe une place majeure, et que la Turquie, la Russie, la Chine et d’autres Etats autoritaires cherchent sans cesse à démontrer l’inefficacité et l’usure du modèle occidental de la démocratie libérale.

Bref, une sorte de guerre froide version années 2020 autour de la question démocratique avec, enfin, dans l’album souvenir de sa tournée européenne, la photo du très attendu tête à tête Biden-Poutine, dans la bibliothèque d’une belle maison au bord du Lac Léman : un entretien historique dont il fallait lire jeudi le compte rendu détaillé par Laure Mandeville dans Le Figaro, pour comprendre la complexité tortueuse et piégeuse d’un dialogue avec le maître du Kremlin. 

Poutine a salué « un président américain constructif, équilibré, très expérimenté, aux qualités morales attirantes », tout en usant de son habituelle tactique qui consiste à nier tous les faits reprochés en les renvoyant à l’expéditeur : ainsi par exemple les opposants russes type Navalny sont comparés aux assaillants du Capitole… ce qui revient à dire à l’Amérique : vous combattez vos ennemis, nous aussi.

Biden a tenu bon, Poutine a apprécié d’être traité en grand leader qui a droit à son moment spécial, bref à la fin chacun a pu rentrer chez lui avec ses éléments de langage. La Russie à l’Occident : mêlez vous de vos affaires et l’Amérique au reste du monde : nous sommes de retour !  

Intervenants
  • Essayiste, directeur de la Société de conseil Altermind
  • sociologue et politologue, directrice d'étude à l'EHESS
  • diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand
  • journaliste, correspondant du journal Le Monde à Berlin
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......