LE DIRECT
Cartons du vaccin Pfizer-BioNTech stockés dans la pharmacie centrale de l'AP-HP à Paris, le 26 décembre 2020.

Covid-vaccin : une question de logistique ?

16 min
À retrouver dans l'émission

Olivier Véran concède désormais une certaine frilosité dans la stratégie vaccinale française, quand d’autres entonnent plus franchement le refrain du mammouth administratif hexagonal, son inefficacité lors d’une gestion de crise. En ce mois de janvier 2021, le débat est logistique,

Cartons du vaccin Pfizer-BioNTech stockés dans la pharmacie centrale de l'AP-HP à Paris, le 26 décembre 2020.
Cartons du vaccin Pfizer-BioNTech stockés dans la pharmacie centrale de l'AP-HP à Paris, le 26 décembre 2020. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

La Commission européenne a annoncé, vendredi 8 janvier, la conclusion d’un nouveau contrat avec Pfizer et BioNTech pour la livraison de 300 millions de doses supplémentaires de leur vaccin contre le Covid-19, portant à 600 millions ses commandes au groupe pharmaceutique américain et son partenaire allemand. Mercredi, les institutions communautaires avaient par ailleurs annoncé l’autorisation de mise sur le marché d’un deuxième vaccin, celui qui a été développé par l’américain Moderna et dont la Commission a commandé 160 millions de doses : « nous avons désormais sécurisé l’achat de suffisamment de doses pour vacciner 380 millions d’Européens, soit 80 % de la population européenne, et d’autres vaccins vont suivre dans les semaines et mois à venir », s’est réjouie Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission. Une déclaration européenne importante pour faire taire la polémique en Allemagne sur la lenteur de la campagne de vaccination.

Et oui, les polémiques existent aussi en Allemagne ! L’Allemagne qui a démarré fort sa campagne de vaccination avec des dizaines de milliers de personnes vaccinées en seulement quelques jours. Mais l'Allemagne qui fait désormais face à une crainte grandissante de se retrouver en manque de doses : avec 400.000 allemands vaccinés en deux semaines. Le pays d’Angela Merkel se heurte désormais aussi à des problèmes logistiques. Le Parlement de Berlin redoute en effet une pénurie de vaccins, qui arrivent au compte-goutte dans les différentes régions du pays. Et certains élus accusent l'Europe sur le thème : "notre gouvernement a laissé l'Union Européenne organiser les achats des vaccins, c'était une erreur". Et ces Allemands critiques d’envier les Israéliens, Américains, Britanniques vaccinés avant les Européens et de surcroit plus massivement.

En France les élus comme François Baroin, le président de l’association des maires de France reprochent eux au gouvernement français d’avoir confié le pilotage de la vaccination au ministère de la santé et aux fameuses ARS, agences régionales de santé, « des producteurs de normes administratives mais certainement pas des logisticiens » dit Baroin, fin de citation…

Le ministre de la santé, lui, concède désormais une certaine frilosité dans la stratégie vaccinale française, quand d’autres entonnent plus franchement le refrain du mammouth administratif hexagonal, sa pesanteur, son inefficacité lors d’une gestion de crise. Bref, en ce mois de janvier 2021, et tandis que pointent deux nouvelles craintes baptisées variant britannique et variant sud-africain, le débat est logistique, à moins qu’il ne soit aussi – et surtout- politique !

Vous pouvez retrouver ici l'émission intégrale.

Intervenants
  • éditorialiste au Monde
  • Journaliste et producteur de l'émission "Le Tour du monde des idées"
  • directeur général de Terra Nova
  • diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......