LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
De VGE à Macron, le centre est-il une illusion ?

De VGE à Macron : le centre est-il une illusion ?

37 min
À retrouver dans l'émission

« La France veut et doit être dirigée au centre » répéta sans cesse VGE. Idée-force mais paradoxe apparent, dans un pays fortement bipolarisé. Des années plus tard, le macronisme se veut l’héritier du giscardisme... mais la paix et l’entente sont-elles au rendez-vous ?

De VGE à Macron, le centre est-il une illusion ?
De VGE à Macron, le centre est-il une illusion ? Crédits : Khuruchon Chanthanyakorn / EyeEm (Getty) / Ludovic MARIN - AFP

Le Président qui voulait rassembler la France au centre a donc tiré sa révérence cette semaine, à 94 ans, des suites du covid 19. 

Etonnant de comparer le traitement de ce décès présidentiel à celui de Jacques Chirac l’année dernière : pour faire le bilan du chiraquisme on avait dit : pas de grandes réformes mais… un style, rad soc, grande bouffe, hâbleur… un lien spécial avec les Français auxquels il ressemblait. Et si c’était l’inverse avec Giscard ? Un bilan réformateur impressionnant, l’âge de la majorité abaissée à 18 ans, la saisine du conseil constitutionnel élargie, les écoutes téléphoniques supprimées, l’ORTF éclatée, les femmes rendues visibles, l’avortement dépénalisé… le tout en moins de 2 ans, sans oublier l’élan européen incarné par le couple franco-allemand avec son ami le chancelier Helmut Schmidt.

L’Europe et la réforme dans l’ADN giscardien… mais, contrairement à Chirac, comme une relation qui ne s’est jamais vraiment nouée avec les Français, lesquels n’aimeront que brièvement celui qui se rêvait en Kennedy français et se retrouvera brocardé en aristocrate cavaleur, amateur de chasse et de diamants.

Giscard, une histoire d’amour contrariée avec la France qui se terminera par l’élection du grand rival socialiste en 1981 ; tandis que le giscardisme offrira aux apôtres du centrisme en politique une référence ! 

« La France veut et doit être dirigée au centre » répéta sans cesse VGE :  idée-force mais paradoxe apparent, dans un pays fortement bipolarisé, gauche contre droite et vice versa. Giscard qui disait aussi, en mars 1980 : « J’entends me tenir à la ligne du juste milieu. Celle de la synthèse des propositions, de la rencontre des hommes, de la mobilisation des forces pour aider la France, et non pour déchirer la France. Ce n’est pas une ligne neutre. C’est une ligne de paix et d’entente ».

Des années plus tard, le macronisme se veut l’héritier du giscardisme…mais la paix et l’entente sont-elles au rendez-vous ?

Vous pouvez retrouver ici l'émission intégrale. 

Chroniques
11H29
20 min
L'Esprit public
Grande-Bretagne : un perturbateur nommé Boris Johnson
Intervenants
  • Femme politique, romancière, ancienne ministre de la Culture dans les gouvernements Ayrault puis Valls
  • Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.
  • journaliste, ancien chroniqueur au quotidien Le Monde
  • Politologue. Professeur des Universités à Sciences Po.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......