LE DIRECT
Manifestants Gilets Jaunes à Nantes en décembre 2018 // Faut-il redouter une nouvelle crise économique mondiale ? (dessin de Tommy Dessine)

Face à la défiance, réinventer la démocratie / Faut-il avoir peur d’une nouvelle crise économique mondiale?

59 min
À retrouver dans l'émission

En France, comment réinventer la démocratie face au fléau de la défiance ? Un an après le début du Grand Débat, tandis que le soutien à la grève reste majoritaire après six semaines, selon les sondages. Et puis économie mondiale 2020 : faut-il avoir peur d’une nouvelle crise ?

Manifestants Gilets Jaunes à Nantes en décembre 2018 // Faut-il redouter une nouvelle crise économique mondiale ? (dessin de Tommy Dessine)
Manifestants Gilets Jaunes à Nantes en décembre 2018 // Faut-il redouter une nouvelle crise économique mondiale ? (dessin de Tommy Dessine) Crédits : Sebastien SALOM-GOMIS / Tommy Dessine - AFP

Analyse politique et géopolitique de la semaine avec le journaliste Gérard Courtois, le sociologue Manuel Cervera-Marzal, l’essayiste Philippe Manière et le politologue Pascal Perrineau.

Première partie : France : face au fléau de la défiance, réinventer la démocratie 

Retrait de l’âge pivot du projet de loi sur les retraites, division du front syndical avec notamment le retour de la CFDT dans le jeu des négociations et pourtant : à en croire les sondages, le soutien à la grève reste majoritaire après six semaines de grève et plus de quarante jours. Jeudi dernier, nouvelle grande journée d’actions, l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires et FSU continuant de réclamer le retrait total du projet de réforme. Ports, métros, trains, raffineries, avocats, médecins, Banque de France... le mouvement social prend d'autres formes, notamment la grève dite perlée dans les transports, avec des coalitions insolites, comme lorsque les robes noires des avocats se confondent avec les gilets rouges de la CGT.

Comment donc en est-on arrivé à une telle « société de défiance », pour reprendre la formule de l’excellent ouvrage de Yann Algan et Pierre Cahuc paru en 2007. Un livre qui expliquait justement que cette défiance est entretenue par un modèle social français fondé à la fois sur le corporatisme et sur l’étatisme. En très gros résumé du livre : les citoyens défendent leurs intérêts statutaires au besoin contre les autres et sans se soucier de l’intérêt général, tandis que le pouvoir utilise à l’excès les armes de l’étatisme en imposant ses vues d’en haut. Une France où le pouvoir est d’ailleurs lui-même dans la défiance, vis-à-vis des syndicats.

Dès lors comment sortir de cette spirale de fractures, d’agressivité, de clans ne supportant plus l’idée même de leurs désaccords, sortir d’une société où le principe de la confrontation des opinions devient compliqué à mettre en œuvre ? Face au fléau de la défiance, comment réinventer la démocratie ?

Deuxième partie : Economie mondiale 2020: faut-il avoir peur d’une nouvelle crise ?

Fragile éclaircie pour l’économie mondiale en ce début 2020 titrait cette semaine la presse économique. La signature d’une trêve dans la guerre commerciale violente qui se joue depuis deux ans entre Chine et Etats-Unis. On a ainsi pu voir mercredi les mines souriantes du président américain et du vice-Premier ministre de la Chine Liu He, signant la première phase d'un accord. Dans ce traité, qui entrera en vigueur dans 30 jours, la Chine s'est engagée à acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années. Objectif : réduire le déficit commercial de Washington ! 

Déclenchée au printemps 2018 pour mettre fin aux pratiques commerciales chinoises jugées "déloyales", cette guerre commerciale s'est matérialisée par des droits de douane punitifs réciproques sur des centaines de milliards de dollars de marchandises. Une guerre qui a freiné la croissance mondiale. Pour autant, Donald Trump a aussi indiqué cette semaine que ces droits de douane punitifs seraient maintenus tant que la phase 2 de l'accord ne serait pas signée. Or précisément, "la guerre commerciale ne sera terminée que lorsque tous les tarifs douaniers auront disparu", 

Situation confuse également en Allemagne. La croissance allemande a été, en 2019, la plus faible depuis six ans : 0,6%, c’était 2,5 en 2017. Ses succès à l’exportation s’essoufflent et des entreprises doivent recourir au chômage partiel, même si d’autres indicateurs restent excellents, peu de chômeurs, excédents budgétaires, absence de déficit. 

Enfin, autre alerte économique cette semaine : celle de la Banque de France : compte tenu de taux d’intérêts historiquement bas, de plus en plus d'acheteurs empruntent trop, compte tenu de leurs moyens, avec des remboursements équivalents à plus de 33% de leurs revenus. Un phénomène multiplié par deux en seulement 20 ans. Et un risque de surendettement.

Bref, cette semaine, le sentiment diffus d’un système un peu vacillant… comme si l’économie mondiale dansait au bord d’un volcan…

Bibliographie

La Fabrique de la défiance

La Fabrique de la défianceAlbin Michel, 2012

Intervenants
  • journaliste, ancien chroniqueur au quotidien Le Monde
  • Sociologue et chercheur à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Président et co-fondateur de la société de conseil Vae Solis Communications
  • Professeur des Universités à Sciences Po et directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......