LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lionel Jospin / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot  /// V. Poutine le 4 septembre 2020

France : Une rentrée politique sans la gauche ? / Comment faire pression sur Vladimir Poutine ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Avec l’ancienne ministre de la culture Aurélie Filippetti, la journaliste Sylvie Kauffmann, le directeur de l’Institut français des relations internationales Thomas Gomart, et le directeur général du think tank Terra Nova Thierry Pech.

Lionel Jospin / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot  /// V. Poutine le 4 septembre 2020
Lionel Jospin / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot /// V. Poutine le 4 septembre 2020 Crédits : ERIC FEFERBERG / PHILIPPE DESMAZES / ERIC PIERMONT / Mikhail KLIMENTYEV Sputnik - AFP

Première Partie : France : Une rentrée politique sans la gauche ?

Je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître : ce temps lointain où les universités d’été du Parti socialiste avaient de faux airs de festival de Cannes à la Rochelle, défilé de ténors et d’éléphants, de déclarations politiques qui faisaient mouche et de forêt de micros. 

Autre ambiance fin août dans la petite halle aux grains de Blois où le parti socialiste n’a eu d’autres choix que de s’afficher bras dessus bras dessous avec EELV,  le premier secrétaire Olivier Faure n’excluant plus un ralliement derrière une candidature d’une autre «origine» politique que la sienne, tant que cela permettrait disait-il de faire gagner la gauche.  

De quoi donner des ailes à Jean-Luc Mélenchon qui affiche en cette rentrée une toute nouvelle tempérance, avec un livre au titre sage, « Un temps troublé », moins tonitruant par exemple que son livre de 2010 titré à l’époque  « Qu’ils s’en aillent tous, vite la révolution ». Le leader de la France Insoumise confiant cette semaine à l’Obs se sentir la vocation d’un candidat commun, avec un programme commun . 

Du côté des idées précisément : le contexte pandémique, la crise économique et sociale majeure, les plans de relance sont ils stimulants ou paralysant pour le renouveau idéologique de la gauche ? 

Enfin terminons cette introduction avec un constat capillaire : les stars de cette rentrée politique d’une gauche en réinvention, ont souvent les cheveux blancs. Avec à la une du Point les extraits exclusifs des Mémoires de Jean Pierre Chevènement mais aussi et surtout le livre de Lionel Jospin salué de toutes parts, mon camarade de France Culture Frédéric Says ayant fort bien analysé cette semaine le retour en grâce d’un Jospin vintage, ses défauts d’hier devenant des qualités, l'austérité devenant rigueur morale… Lionel Jospin dans la posture confortable en cette rentrée du « Monsieur de Bon Conseil ».

Partie 2 : Comment faire pression sur Vladimir Poutine ?

Ce dimanche c’est jour de vote en Russie : Dans 41 régions, les Russes sont appelés à élire 20 gouverneurs, des assemblées régionales ou municipales ainsi que quatre députés du Parlement.  Le vote se déroule depuis vendredi et jusqu’à ce soir, sur 3 jours donc, officiellement pour limiter les risques de propagation du coronavirus, l’opposition redoutant que cela ne facilite les fraudes. 

Habituellement et depuis des années il n’y a guère d’enjeux en Russie pour ce type d’élections. Sauf que face aux problèmes économiques accentués par la pandémie, la formation de Poutine « Russie Unie » serait en chute libre dans les sondages, à un an des législatives russes. L’opposition qui compte aussi bien sûr profiter du contexte de l’affaire Alexeï Navalny, opposant numéro 1 à Vladimir Poutine et  victime présumée d’un empoisonnement en août, tandis qu’il venait soutenir des candidats en Sibérie. 

Une affaire qui a également des conséquences géopolitiques : L’Allemagne a demandé à la Russie de fournir "toute l’aide nécessaire pour déterminer ce qui est arrivé à Alexeï Navalny", qui, selon la chancelière Angela Merkel, "a bien été victime d’une tentative de meurtre au Novitchok", un agent neurotoxique. Berlin, où l’opposant russe est désormais hospitalisé, consulte ses partenaires au sein de l’Union européenne et de l’Otan pour définir une réaction commune au cas où la Russie ne collaborerait pas. 

L’un des moyens de pression envisagée pourrait être de suspendre le projet Nord Stream 2, censé doubler la capacité du gazoduc existant Nord Stream 1 pour acheminer le gaz russe vers l’Allemagne. Ce projet est achevé à plus de 90% et doit entrer en service l’an prochain. Construit par le Russe Gazprom, le gazoduc Nord Stream 2, place Angela Merkel dans une position inconfortable car à la tête du projet on retrouve l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, ce qui a installé ces dernières années le soupçon de l'influence grandissante du Kremlin sur la politique allemande. 

La chancelière allemande subit une pression grandissante pour passer aux actes face à Moscou : "Il est temps de faire mal à l'homme du Kremlin", a titré par exemple le Spiegel. Mais comment atteindre Vladimir Poutine ?

Intervenants
  • directeur général de Terra Nova
  • Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.
  • Femme politique, romancière, ancienne ministre de la Culture dans les gouvernements Ayrault puis Valls
  • Historien des relations internationales, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI).
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......