LE DIRECT
Emmanuel Macron lors d'une réunion avec 600 maires à Bourgtheroulde en Normandie le 15 janvier 2019 / Manifestants anti-Brexit à Londres le 14 janvier 2019

Grand débat : les Français ont-ils envie de participer ? / Brexit : le grand désarroi identitaire ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Analyse politique et géopolitique de la semaine avec la journaliste du Monde Sylvie Kauffmann, le professeur de relations internationales Bertrand Badie, le philosophe François-Xavier Bellamy et l'ancien conseiller en communication de François Hollande Gaspard Gantzer.

Emmanuel Macron lors d'une réunion avec 600 maires à Bourgtheroulde en Normandie le 15 janvier 2019 / Manifestants anti-Brexit à Londres le 14 janvier 2019
Emmanuel Macron lors d'une réunion avec 600 maires à Bourgtheroulde en Normandie le 15 janvier 2019 / Manifestants anti-Brexit à Londres le 14 janvier 2019 Crédits : Ludovic MARIN / Oli SCARFF - AFP

Première partie : Grand débat : les Français ont-ils envie de participer?

Crise des Gilets Jaunes, semaine 10. On avait hier assisté à un bras de fer sur le thème : Comment participer à la chose publique ? Etait-ce en défilant dans les rues de France, à l’image des 84 000 gilets jaunes qui s’étaient de nouveau mobilisés hier. Ou était-ce en participant aux quelques 200 réunions organisées sur tout le territoire dans le cadre du grand débat national ? 

En clair hier dans l’hexagone c’était Manifs contre débats ! Ce grand pari du débat que faisait le président de la république et où se jouait sans doute la poursuite de son quinquennat. Une tentative pour passer de la verticalité à « l’horizontalité » démocratique. Parmi les sujets sur la table des négociations, la justice fiscale, la taxe carbone, la limitation à 80 km/h ou encore les services de proximité : 4 fiches thématiques, 82 questions d’ores et déjà jugées insatisfaisantes par ceux qui reprochaient à l'exécutif d’exclure du débat les réformes économiques déjà menées sur l’ISF, le code du travail ou encore la SNCF.

Alors on attendait de savoir, ces prochains jours, si les Français avaient envie de participer avec ces modalités-là. En attendant, on avait écouté à la radio et lu avec intérêt sur le site AOC, un texte du philosophe Bruno Latour qui suggérait de se souvenir que les cahiers de doléance de 1789 ne menaient aucunement à la Révolution mais invitaient le peuple à « décrire ce qu’il vivait » et non à « prescrire » des solutions. Chacun à sa place en somme : le peuple pour décrire, le politique pour agir. A condition que ce dernier entende et trouve la bonne traduction : référendum ou projets de loi.

La France confrontée comme tant d’autres pays à l’angoisse d’un monde qui basculait – réchauffement climatique, mondialisation, numérisation, urbanisation, glissement de puissance de l’occident à l’orient - la France donc serait-elle ce pays qui réussirait à réinventer la démocratie ? On avait en mémoire les paroles de Thésée dans les Suppliantes d’Euripide : « qui veut, qui peut donner un avis sage à la cité ? A son gré chacun peut choisir de briller ou de se taire. Peut-on imaginer plus belle égalité civique » ?

Deuxième partie : Brexit or not Brexit : le grand désarroi identitaire?

Les Britanniques eux même n’étaient plus vraiment au clair sur qui voulait quoi ! Mardi 196 députés conservateurs avaient voté en faveur du projet d’accord sur le Brexit négocié par Theresa May avec les Européens, sorte de divorce à l’amiable où l’on conservait un certain nombre de biens en commun, avec notamment maintien d’une union douanière. 118 conservateurs avaient voté contre, ce qui signifiait que le propre camp de la cheffe du gouvernement était divisé.

Pendant ce temps le parti travailliste demeurait ambigu, à l’image de son leader Jeremy Corbyn, initialement eurosceptique dans un parti majoritairement europhile, Corbyn expliquant désormais que toutes les options restaient ouvertes, Brexit avec accord et maintien dans l’union douanière avec les Européens, Brexit avec autre version de l’accord, ou deuxième référendum.

En attendant, la France déclenchait elle cette semaine un plan d’urgence « lié à un Brexit sans accord » pour notamment protéger les intérêts des Français au Royaume Uni. Le hard brexit envisagé grandeur nature par les Européens. Quand les Britanniques, eux, semblaient ne plus savoir ce qu’ils voulaient et donc qui ils étaient ?

Un peu, beaucoup, pas du tout européens ? Un peu, beaucoup, pas du tout insulaires ? Un peu, beaucoup, en plein désarroi identitaire !

Références, conseils de lecture

  • Kevin O’Rourke, Une brève histoire du Brexit, Odile Jacob
  • Thomas B. Reverdy, L’Hiver du mécontentement , Flammarion
  • Olivier Da Lage, L’Essor des nationalismes religieux, Demopolis
  • Hubert Védrine, Sauver l’Europe, Liana Levi
  • « Gilets jaunes » : hypothèses sur un mouvement, AOC Cahier #1, collectif, La Découverte
Intervenants
  • éditorialiste au Monde
  • professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).
  • professeur de philosophie, maire adjoint (sans étiquette) de Versailles, auteur de « Les Déshérités » et de « Demeures », tête de liste "Les Républicains" aux européennes 2019
  • co-fondateur de l'agence de conseil en communication "2017", ancien conseiller en communication de François Hollande
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......