LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La conférence de presse de François Hollande : questions économiques et européennes

59 min
À retrouver dans l'émission

Mardi, François Hollande a donné à l’Elysée sa première conférence de presse en tant que chef de l’Etat. Après avoir rappelé les réformes mises en œuvre depuis le début du quinquennat, telles que le retour partiel à la retraite à 60 ans, l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, les créations de poste dans l’éducation nationale ou la mise en place des « emplois d’avenir », il a réaffirmé l’objectif de ramener les déficits publics à 3% dès l’an prochain. « J’ai demandé au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de conduire à marche forcée le redressement des comptes publics, et notre crédibilité budgétaire est aujourd’hui assurée : les taux d’intérêts sur notre dette publique sont parmi les plus bas de notre histoire », a-t-il souligné. Afin d’« être capable de faire mieux en dépensant moins », le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité d’engager « la réforme de l’Etat, de la protection sociale et de notre organisation territoriale ». Il a réaffirmé l’objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici à fin 2013, alors que l’Insee annonçait jeudi que le pourcentage de demandeurs d’emploi devrait atteindre 10,2% d’ici à la fin de l’année.

Réfutant l’idée d’un quelconque « virage » ou « tournant », le président a déclaré « assumer les décisions prises en faveur d’une politique de l’offre », dans le « contexte d’un monde en mouvement ». « La compétitivité », c’est « aussi le dialogue social », a-t-il affirmé, présentant comme « historique » l’accord auquel pourraient aboutir syndicats et patronat dans le cadre des négociations sur la sécurisation de l’emploi engagées le 4 octobre dernier.

Le président a estimé que la construction européenne devait être « réorientée » afin de pouvoir être synonyme « de solidarité et non d’austérité sans fin ». Il a affirmé que les relations avec l’Allemagne étaient « bonnes », et que « personne ne faisait la leçon à personne ». Jeudi, Jean-Marc Ayrault était en visite à Berlin. Lors d’une conférence de presse commune, la chancelière Angela Merkel a déclaré : « Nous avons besoin de renforcer la compétitivité de l’Europe. Nous voulons une France forte comme la France souhaite une Allemagne forte afin de construire une Europe forte ». Le prochain Conseil européen, qui se tiendra les 22 et 23 novembre, sera consacré au budget de l’Union et notamment à l’examen des coupes proposées par le président du Conseil Herman Van Rompuy. Le mois dernier, David Cameron a menacé d’opposer un veto britannique à un éventuel compromis.

Mercredi, plusieurs syndicats ont appelé à la grève générale et à manifester « contre l’austérité » dans plusieurs pays européens. Des manifestations ont eu lieu en France, en Espagne, en Italie et en Grèce. La zone euro est, pour la deuxième fois en 3 ans, officiellement entrée en récession au troisième trimestre 2012, d’après les chiffres publiés par Eurostat jeudi.

Invités :

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thierry PECH, directeur de la rédaction d’Alternatives économiques

Brèves :

  • Romain Ducoulombier, Vive les Soviets, un siècle d’affiches communistes (Editions Les Echappés, 2012)

  • Nicolas Lebourg, Mort aux bolchos (Editions Les Echappés, 2012)

  • Sylvie Goulard et Mario Monti, De la démocratie en Europe. Voir plus loin (Flammarion, 2012)

  • Jean-Claude Berchet, Chateaubriand (Gallimard, coll. « NRF Biographies », 2012)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......