LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation à Caracas le 24 avril 2017

La confrontation avec la Corée du Nord // le Venezuela

59 min
À retrouver dans l'émission

La politique agressive de la Corée du Nord suscite l'inquiétude des États-Unis et de leurs alliés // Le Venezuela souffre d'une grave crise économique et politique

Manifestation à Caracas le 24 avril 2017
Manifestation à Caracas le 24 avril 2017 Crédits : Frederico Parra - AFP

LA CONFRONTATION AVEC LA CORÉE DU NORD

Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis se sont accentuées ces dernières semaines.

Le 6 mars et le 5 avril, alors que le président américain rencontrait son homologue chinois, plusieurs tirs balistiques nord-coréens ont visé la mer du Japon pour permettre à l’armée du nord de s’entraîner à « frapper les bases des forces impérialistes américaines ». Alors que ces attaques ont conduit les États-Unis à mettre en garde le régime contre « toutes nouvelles provocations », Pyongyang a organisé le 15 avril la démonstration de force annuelle du régime au cours de laquelle de nouveaux missiles ont été présenté, dont certains de longue portée. L’annonce d’un nouvel essai balistique au lendemain de la parade par le leader Kim Jong-Un, et la probabilité d’un sixième essai nucléaire ont suscité une réaction immédiate des États-Unis qui ont intensifié les manœuvres militaires dans la péninsule. Les déclarations belliqueuses n’ont cessé de se multiplier : alors que Pyongyang s’est déclaré prêt à utiliser la force nucléaire, le vice-président Mike Pence, a promis une « réponse écrasante […] par arme conventionnelle ou nucléaire » en cas d’attaque.

En déplacement au Japon Mike Pence a insisté sur l’alliance entre les deux pays, « pierre angulaire de la paix et de la sécurité en Asie du nord-est ». Le 9 mai, les élections anticipées en Corée du Sud après la destitution de Park Geun-hye, se tiendront dans un contexte particulièrement tendu, alors que les deux candidats favoris s’opposent à l’usage de la manière forte contre la Corée du Nord. Lundi, les États-Unis ont annoncé la mise en service du bouclier antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) sur le territoire sud-coréen. La Chine a quant à elle exigé mardi l’arrêt d’un dispositif qui menacerait une partie de son territoire et entraverait sa propre force de dissuasion. Allié de poids du régime nord-coréen dans la région, Pékin entend jouer un rôle de médiateur, et appelle au « dialogue » afin « d’éviter le chaos dans la région », alors que Washington a récemment annoncé que le « problème nord-coréen » serait traité « avec ou sans son aide. » Le 24 avril, Donald Trump a réclamé aux États membres du Conseil de sécurité des Nations unies de nouvelles sanctions « plus fortes » contre le régime, et appelé la Chine à « faire pression » sur la Corée du Nord, alors que les relations entre les deux alliées se sont déjà nettement détériorées. Contre toute attente, dans un entretien accordé à Bloomberg news lundi, Donald Trump s’est dit prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen, « si les conditions étaient réunies ».

LE VENEZUELA

La République Bolivarienne est au centre d’une grave crise politique et économique. Caracas subit de plein fouet la chute des cours du pétrole alors que son économie est dépendante de la rente issue de l’exploitation des plus importantes réserves mondiales de brut avant celles de l’Arabie saoudite. La nationalisation de ce secteur clef a donné au Président Hugo Chavez (mort en 2013) les moyens d’éradiquer la grande pauvreté au Venezuela, d’instaurer la gratuité des soins et d’alphabétiser la population. La nouvelle conjecture économique a entrainé une pénurie de 80% des produits de bases et de nombreux médicaments, une augmentation dramatique de la mortalité infantile, l’accroissement du déficit public à 20% du PIB et une inflation montée à 800% en 2017. L’effondrement de l’économie du pays et l’explosion de la criminalité a provoqué l’émigration de millions de Vénézuéliens vers les pays voisins et les États-Unis.

Cette situation a fragilisé la position du Président Maduro au pouvoir depuis 2013 et permis à l’opposition de centre-droit d’obtenir la majorité des sièges au Parlement lors des élections de décembre 2015. La nouvelle majorité a lancé une procédure visant à l’organisation d’un référendum révocatoire contre le Chef de l’État, initiative bloquée en octobre 2016 par le Conseil National Électoral. La crise a atteint un nouveau stade le 30 mars 2017 : La Cour Suprême s’est octroyée les pouvoirs du Parlement et a levé l’immunité de ses membres. Cette décision a provoqué des manifestions de grande ampleur à travers tout le pays. Elles ont amené les juges suprêmes à se rétracter au bout de 48 heures. Les opposants réclament le départ du président Maduro, dont le mandat arrivera à terme en décembre 2018, la libération des opposants emprisonnés et l’organisation d’élections régionales reportées par le gouvernement de la fin 2016 à la fin du premier semestre 2017.

Les manifestations se poursuivent depuis plus d’un mois et ont gagné en intensité depuis que la figure de l’opposition Henrique Capriles Radonski a été déclarée le 7 avril inéligible pour une durée de quinze ans. Le président Maduro a proposé le 1er mai la formation d’une « assemblée nationale citoyenne » pour rédiger une nouvelle constitution, projet immédiatement rejeté par ses opposants. La tension demeure très forte alors que la répression par la police et les milices chavistes a provoqué la mort 35 personnes depuis le début des troubles.

Brèves

Philippe MEYER a évoqué les persécutions dont sont victimes les homosexuels en Tchétchénie

Marc-Olivier PADIS : La revanche de l'Histoire, de Bruno Tertrais (Odile Jacob, mai 2017)

François BUJON DE L'ESTANG : Histoires incertaines, d'Henri de Régnier (L’Éveilleur, mars 2017)

Nicole GNESOTTO : Corée du Nord - un État-guérilla en mutation, de Philippe Pons (Gallimard, avril 2016)

Michaela WIEGEL : Le Mensch, d'Alfred Grosser (Dietz, février 2017)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......