LE DIRECT

La Libye - La rentrée politique

59 min
À retrouver dans l'émission

La Libye

Six mois après l’éclatement du mouvement de contestation du régime de Mouammar Kadhafi, les forces de la rébellion se sont emparées de Tripoli le 21 août. L’opération « Sirène », coordonnée depuis plusieurs semaines par le Comité National de Transition (CNT) avec l’aide des forces de l’OTAN, a consisté à permettre aux combattants de prendre la ville par l’enclave côtière de Misrata à l’Ouest, et par la voie terrestre du djebel Nefoussa. A l’issue de deux journées de combat, la forteresse de Bab-al-Aziziya, quartier général de l’ancien Guide, a été prise d’assaut. Trois poches de résistance persistent dans le pays : la ville côtière de Syrte l’oasis de Sebha, dans le centre ouest du pays et la ville de Béni Oulid, à 150 kilomètres au Sud-Est de Tripoli.

Le lieu où se cache l’ancien dictateur en fuite demeure inconnu. Jeudi 1er septembre, dans un message radio diffusé par la chaîne satellitaire Arrai basée en Syrie, Mouammar Kadhafi affirmait que lui et son clan ne se « rendr[aien]t pas ». Le 5 septembre, l’arrivée à Agadez, au Niger, d’un convoi de deux-cents véhicules civils et militaires libyens étayait l’hypothèse que Kadhafi et ses proches préparaient leur exil vers ce pays, ou vers le Burkina Faso.

Le 1er septembre, un sommet consacré à la « Libye nouvelle » s’est tenu à l’Elysée, en présence de soixante chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que de représentants de pays hostiles à l’intervention et s’étant abstenu lors du vote de la résolution 1973 au Conseil de sécurité de l’ONU, le 17 mars dernier. La Russie a annoncé reconnaître le CNT comme « autorité de pouvoir » et Pékin a salué son « rôle considérable » pour la Libye. Le ministre des affaires étrangères algérien s’est dit prêt à reconnaître le CNT lorsqu’un gouvernement représentatif aurait été formé. « Nous allons tourner la page de la dictature et des combats pour ouvrir une ère nouvelle de coopération avec la Libye démocratique », a déclaré le président Nicolas Sarkozy. Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU, s’est prononcé « pour l’envoi rapide d’une mission dans le pays ». Les responsables du CNT présents à Paris, le président Moustafa Abdeljelil et son vice-président, Mahmoud Jibril, ont insisté sur le déblocage des avoirs gelés, dont ils ont déclaré avoir un besoin urgent pour lancer la reconstruction du pays. Nicolas Sarkozy a annoncé le dégel immédiat d'une dizaine de milliards d'euros, qui viendront s'ajouter aux trois enveloppes déjà libérées, en provenance des comptes américains, britanniques et français, pour environ 3,5 milliards d'euros, sur un total estimé à plus de 35 milliards d'euros.

Jeudi 15 septembre, Nicolas Sarkozy et le premier ministre britannique David Cameron se sont rendus à Benghazi et à Tripoli, où ils ont rencontré les dirigeants du CNT. Le président français était accompagné par le ministre des affaires étrangères Alain Juppé, le conseiller spécial de l’Elysée Henri Guaino, ainsi que par le philosophe Bernard-Henri Lévy.

La rentrée politique

La droite et le centre :

La position à adopter face à la crise suscite de nombreux débats au sein de la majorité. Devant les députés de l’UMP qu’il recevait mercredi 7 septembre à l’Elysée, M. Sarkozy a déclaré : « Si on ne fait rien, c’est la catastrophe, si on en fait plus, c’est la récession ». Le projet de loi de finances pour 2012, annoncé par François Fillon fin août et qui prévoit 12 milliards d’euros d’économies budgétaires, sera discuté à l’automne. Pour leur rentrée le 6 septembre, les parlementaires ont débattu du projet de loi de finances rectificative pour 2011. Pas moins de 2.200 amendements ont été déposés. Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, s’est prononcé pour la surtaxation des revenus à partir de 250.000 euros annuels, alors que le gouvernement propose un seuil à 500.000 euros. Le Premier ministre a été chargé par l’Elysée d’engager des consultations sur l’opportunité de convoquer le Parlement en Congrès, afin de fixer dans la Constitution une « règle d'or » de l'équilibre des finances publiques. La candidature dissidente de Pierre Charon contre Chantal Jouano aux élections sénatoriales du 25 septembre menace quant à elle de faire imploser la fédération parisienne du mouvement. Le 14 septembre, François Fillon s’est rendu au siège de l’UMP pour soutenir, devant un parterre de grands électeurs, la candidature de la Ministre des Sports.

Les universités d’été de l’Alliance républicaine et sociale (ARES), formation réunissant le Parti Radical de Jean-Louis Borloo et le Nouveau Centre d’Hervé Morin, se sont tenues les 10 et 11 septembre. Alors que M. Borloo n’a pas déclaré officiellement sa candidature aux élections présidentielles, M. Morin s’est dit « toujours déterminé » dans sa volonté d’être candidat. François Bayrou a réuni les partisans du MODEM dans le Var vendredi et samedi derniers. Le sénateur de l’Alliance centriste Jean Arthuis et le député UMP Pierre Méhaignerie y étaient présents. Messieurs Borloo et Bayrou sont crédités de 6 à 8 % des intentions de vote.

Dimanche dernier, les « Journées d’été » du Front national à Nice ont rassemblé entre 2000 et 2500 personnes, parmi lesquelles l’ancien maire de Nice et ancien sénateur des Alpes-Maritimes, Jacques Peyrat. Le même jour, Yves Bertrand, ancien directeur des Renseignements généraux, déclarait qu’il fallait « en finir avec la diabolisation du FN », et que Marine Le Pen était « sympathique, respectable et républicaine. » Si l’écart avec le président Sarkozy tend à se creuser dans les derniers sondages, donnant l’avantage au chef de l’Etat, la candidate du Front National reste créditée de 18 à 20% d’intentions de vote.

Selon le sondage IFOP/JDD réalisé au lendemain de l’Université du PS à La Rochelle, Nicolas Sarkozy obtenait un score de 23,5% d’intentions dans un deuxième tour hypothétique qui le confronterait à François Hollande, contre 29% pour le candidat socialiste.

La gauche :

Selon un sondage Ifop publié jeudi, 56% des Français souhaitent une victoire de la gauche à l'élection présidentielle pour l’investiture socialiste, François Hollande, crédité de 41%, est donné favori, et Ségolène Royal, 3ème avec 13%, derrière Martine Aubry (31%). Toutefois, saisie par Delphine Batho, porte-parole de Ségolène Royal, la haute autorité du PS pour la primaire a demandé le 8 septembre un «moratoire» sur les sondages, dont la validité reste sujet à caution.

Dans une rentrée politique placée sous les auspices de la gestion rigoureuse , la proposition du député de Corrèze de recréer 12.000 postes par an dans l'éducation, pour un coût annuel qu'il estime à 500 millions d'euros pendant cinq ans, a surpris. La présidente de la région Poitou-Charentes a fustigé ce projet comme étant « financièrement impossible » . Prévoyant de financer ces créations de postes par les profits dégagés par la réduction des niches fiscales, Hollande a déclaré mardi que « 500 millions par an c'[était] le prix du bouclier fiscal ! » . Il s’affirme par ailleurs « attaché au redressement des comptes publics » . De même pour Ségolène Royal qui a déclaré : « La règle d'or est une bonne règle. Je l'inscrirai dans la Constitution [...] en 2012 ». Le non-cumul des mandats figure également au nombre des dix engagements contenus dans son « contrat avec la Nation » , présenté samedi à Montreuil. Martine Aubry a tenu un discours aux accents écologistes : « Il est grand temps de passer à l'après nucléaire » , a-t-elle déclaré. La mise en examen pour association de malfaiteurs du socialiste Jean-Noël Guérini, continue par ailleurs de l’embarrasser, alors qu’elle avait été alertée en son temps par Arnaud Montebourg qui ne se prive pas de le souligner. M. Guérini, a refusé de se plier aux injonctions de Harlem Désir, premier secrétaire par intérim, réclamant sa démission, et s’est mis « en congé » du parti. A 24 jours du premier tour, les six candidats se sont confrontés jeudi pendant près de trois heures.

Invités :

Michaela Wiegel

Jean-Louis Bourlanges

Max Gallo

Thierry Pech

Brèves :

Bernard Cottret, Histoire de l’Angleterre (Tallandier, 2011)

Olivier Rey, Le testament de Melville, Penser le bien et le mal avec Billy Budd (Gallimard, 2011)

Claude Durand, Agent de Soljénitsyne (Fayard, 2011)

Walter Kohl, Leben oder gelebt werden [Vivre ou être vécu] (Integral, 2011)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......