LE DIRECT

La loi Macron - Poutine et l'Ukraine

59 min
À retrouver dans l'émission

Le projet de loi Macron

Le ministre de l’économie Emmanuel Macron a présenté mercredi 10 décembre en conseil des ministres le projet de loi « pour la croissance et l’activité » . Ce texte de 90 articles doit apporter, selon le ministre, une réponse aux « trois maladies de la France » que sont « la défiance, la complexité et le corporatisme » .

Le projet de loi contient notamment des dispositions visant à un assouplissement du travail le dimanche (les commerces pourront ouvrir cinq dimanches par an sans autorisation spéciale et jusqu’à 12 sur autorisation des mairies) une libéralisation de l’exercice de certaines professions réglementées comme les notaires, les huissiers et les commissaires priseurs dans une optique de soutien à la concurrence des aménagements au système des plans sociaux une révision de la formule de calcul des tarifs des péages d’autoroutes et une libéralisation des transports en autocar pour faciliter les déplacements des populations les moins favorisées. Une étude de l’OCDE publiée en octobre estimait l’impact de la loi Macron à environ 0,1 point de croissance supplémentaire par an à l’horizon de cinq ans, la direction générale du Trésor tablant sur un minimum de 50.000 à 60.000 emplois créés d’ici 10 ans du fait de l’ouverture à la concurrence dans les professions réglementées et de l’augmentation du volume d’activités développement dans le secteur des transports.

D’autres réformes initialement annoncées ont été reportées comme la réforme de la composition des tribunaux de commerce, de la réglementation de la profession de pharmacien ou du statut d’avocat d’entreprise.

Ce projet de loi qui sera examiné au parlement à partir du 22 janvier a suscité de nombreuses critiques : les professions juridiques visées par les dispositions du texte ont défilé dans une manifestation commune mercredi pour dénoncer le manque de concertation dans la préparation du texte le premier secrétaire du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déploré le caractère fourre-tout du projet de loi et plaidé pour un meilleur encadrement du travail dominical Martine Aubry, dans une tribune publiée par le journal Le Monde, a dénoncé une régression pour notre société et annoncé qu’elle combattrait ce texte à l’échelle nationale et dans sa ville de Lille. Plusieurs parlementaires socialistes ont d’ores et déjà manifesté leur intention de voter contre le texte. Le président du pôle entreprenariat du MEDEF a salué un « projet qui va véritablement dans la bonne direction » .

Poutine et l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a prononcé jeudi 4 décembre son discours annuel devant les membres de l’assemblée fédérale. Il a décrit les pays occidentaux comme une menace contre les intérêts russes et les relations qu’entretient la fédération avec ses voisins directs. Le chef du Kremlin a mis en avant la force de l’armée russe, la décrivant comme « moderne, redoutable, prête au combat » et à même d’empêcher l’Occident d’acquérir la suprématie militaire dans la région. Vladimir Poutine a martelé la non-négociabilité de la souveraineté russe et décrit la Crimée comme une cause sacrée , comparant l’importance de ce territoire au Mont du Temple pour les juifs et les musulmans . Il a également avancé des solutions pour lutter contre les difficultés qui frappent l’économie russe depuis les sanctions infligés par les pays occidentaux et la baisse récente des prix du pétrole, proposant une amnistie complète pour les évadés fiscaux qui déciderait de rapatrier des capitaux évalués à 103 milliards d’euros par la banque centrale de Russie.

Revenant d’une visite officielle au Kazakhstan, François Hollande s’est entretenu samedi 6 décembre avec le président russe au cours d’une escale diplomatique à l’aéroport de Moscou. Selon « Le courrier de Russie », « il faut comprendre ce à quoi Moscou est concrètement prête en échange de la garantie de non-adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. La Russie a déjà repris ses livraisons d’électricité, de charbon et de gaz à l’Ukraine depuis début décembre. Moscou demande également que la France et l’UE fassent pression sur l’Ukraine pour qu’un réel dialogue politique commence sur la question de la décentralisation, sur la fin du blocus économique contre les régions rebelles. »

La trêve décrétée mardi 9 décembre semble globalement respectée par les belligérants. Le président ukrainien Porochenko a appelé la Russie à retirer ses troupes des régions contestées, ce qui conduirait selon lui à une paix quasi immédiate . Les négociations supposées suivre l’entrée en vigueur de ce nouveau cessez-le-feu afin de parvenir à un désarmement et à un accord politique ont été reportées sine die .

Un millier de personnes civiles et combattantes ont été tué depuis le 5 septembre et plus de 4300 depuis le début de la guerre il y a 8 mois selon l’ONU.

Invités

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

François BUJON DE L’ESTANG, ambassadeur de France

Thierry PECH, directeur général de la fondation Terra Nova

Brèves

Emmanuel DE WARESQUIEL, Fouché : les silences de la pieuvre (Tallandier, 2014)

Frédéric FERNEY, Tu seras un raté, mon fils! : Churchill et son père (Albin Michel, 2015)

Jürgen KAUBE, Max Weber: Ein Leben zwischen den Epochen (Rowohlt Berlin, 2014)

Thierry PECH a conseillé le site internet Jazz On The Tube

François BUJON DE L'ESTANG a évoqué le discours de Patrick MODIANO à l'académie Nobel

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......