LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La mort d’Oussama Ben Laden - Etat des lieux du Parti Socialiste

59 min
À retrouver dans l'émission

La mort d’Oussama Ben Laden

Oussama Ben Laden a été abattu au cours de la nuit de dimanche à lundi dans la résidence qu’il occupait à Abbottabad, une ville de garnison située à 60 kilomètres au nord d’Islamabad, au Pakistan. L’opération a été menée par le Navy Seal Team 6, un commando, constitué de 79 hommes transportés par 4 hélicoptères qui s’est divisé en deux équipes, qui ont simultanément attaqué les deux bâtiments de la résidence.

Les forces américaines ont utilisé des relevés ADN et des comparaisons photographiques pour conclure qu’il s’agissait « à virtuellement 100 % » d’Oussama Ben Laden. Le cadavre du chef d’Al-Qaida a ensuite été immergé en mer d’Oman depuis un porte-avions. Le directeur de la CIA, Leon Panetta, a indiqué mardi que la photographie du corps de Ben Laden « sera présentée au public » , mais que « le gouvernement discute de la meilleure manière de procéder » . Mercredi, Barak Obama a décidé que de telles photos ne seraient pas publiées.

Après avoir souligné que la mort de Ben Laden « devrait être bien accueillie par tous ceux qui croient en la paix et la dignité humaine » , Barack Obama a exhorté ses compatriotes à « rester vigilants » et a « réaffirmé que les Etats-Unis ne sont pas - et ne seront jamais - en guerre avec l’islam ». « Il est essentiel que le Pakistan continue à nous rejoindre dans la lutte contre Al-Qaida et ses affiliés » a également déclaré le président américain, avant de conclure : « justice est faite » . Le secrétaire des Nations-Unies, Ban Ki-Moon, a salué un « tournant » dans la lutte mondiale contre le terrorisme. Le premier ministre britannique David Cameron a parlé d’un « grand soulagement pour les peuples dans le monde », Nicolas Sarkozy a rendu hommage à la « détermination » américaine face à Al-Qaïda et la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué « une victoire des forces de paix ». Interpol a mis en garde contre « un risque terroriste plus élevé » . De son côté, le président afghan Hamid Karzaï a affirmé que Ben Laden «avait payé pour ses actes » , et a appelé les insurgés talibans « à tirer les leçons et à cesser le combat » . Les Etats-Unis comptent près de 100 000 soldats en Afghanistan, et la force internationale placée sous le commandement de l’Otan depuis août 2003 regroupe 132 000 hommes, dont 4 000 français. Le retrait progressif des troupes américaines doit débuter en juillet.

Le ministère des affaires étrangères pakistanais a qualifié lundi le raid américain sur Abbottabad d’ « action unilatérale non autorisée » et a accusé la CIA d’avoir « exploité ses informations pour identifier Ben Laden et accéder jusqu’à lui » . Le directeur de la CIA a indiqué mardi « toute volonté de travailler avec les Pakistanais pouvait compromettre cette mission» . Le secrétaire pakistanais aux Affaires étrangères, Salman Bashir, a assuré jeudi que les services de renseignement pakistanais ne sont « pas de mèche avec Al-Qaïda » . Il a également estimé que le raid américain « pose une question de souveraineté et de violation du territoire » .

Depuis le 11 Septembre, Al Qaida a revendiqué de nombreux attentats, à Bali (2002, 202 morts), Casablanca (2003, 45 morts), Madrid (2004, 191 morts), Londres (2005, 56 morts) ou Charm el-Cheikh (2005, 68 morts). Ayman al-Zawahiri, ancien dirigeant du Jihad islamique égyptien et lieutenant de Ben Laden, est désormais considéré comme le nouveau chef d’Al-Qaida.

Etat des lieux du Parti Socialiste

A deux mois du dépôt officiel des candidatures à la primaire socialiste qui se déroulera en octobre, la course s’accélère au sein du PS entre candidats potentiels ou déjà déclarés. François Hollande, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg et Manuel Valls sont officiellement candidats. Benoît Hamon, porte-parole du PS, pourrait se présenter à la primaire si Martine Aubry y renonce. Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, sont liés par un pacte de désistement réciproque. Ils ne se sont toujours pas exprimés sur leur candidature.

Martine Aubry a formellement démenti mardi une information publiée sur le site internet du Nouvel Observateur annonçant qu’elle ne serait pas candidate. « Vous aurez la réponse en juin et on vous expliquera en juin. Pour l’instant, tout le reste ce sont des ragots » a commenté la première secrétaire du PS, qui a réaffirmé être « dans la même logique politique » que DSK. Jean-Christophe Cambadélis, partisan de Dominique Strauss-Kahn, a assuré « DSK et Martine Aubry décideront ensemble le moment venu ». Il a ajouté « le problème de l’heure reste la popularisation du projet, parce que le Parti socialiste doit faire la démonstration qu’il n’a pas que des candidats mais aussi des idées ».

Les réunions de partisans de Dominique Strauss-Kahn se sont multipliées ces derniers jours, après la visite du directeur du FMI à Paris la semaine dernière. Pour de nombreux observateurs, ces réunions et les rencontres de DSK avec plusieurs responsables socialistes rendent sa candidature de plus en plus probable. L’entourage de DSK tempère ces rumeurs et réaffirme qu’il se prononcera le 28 juin. Pierre Moskovici a assuré : « C'est vrai qu'on est un peu plus nombreux à souhaiter avec beaucoup d’ardeur la candidature de DSK, mais franchement, il n'y a aucune fébrilité, aucune panique, aucune accélération ».

La semaine dernière, lors de son premier meeting de campagne, François Hollande a dévoilé son « rêve pour la France ». Il a répété vouloir aller « jusqu’au bout de la primaire » malgré les attaques des partisans de Dominique Strauss-Kahn qui l’accusent d’avoir démarré la campagne prématurément. De son côté, Ségolène Royal est progressivement réapparue sur la scène médiatique ces dernières semaines, exhortant les socialistes à rester « unis et à ne pas entretenir un feuilleton qui tire le débat politique vers le bas ».

Le calendrier du Parti Socialiste prévoit une centaine de réunions publiques au mois de mai pour défendre le projet du parti. Martine Aubry et Ségolène Royal présideront quelques-unes de ces réunions. Sur ce sujet, François Hollande a affirmé « je laisse le soin à la première secrétaire d’organiser la campagne du projet », mais s’est dit « disponible ».Ce « tour de France du projet » s’achèvera le 28 mai avec la Convention nationale qui doit entériner définitivement le texte.

Jean-Pierre Chevènement, président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) a annoncé cette semaine qu’il serait candidat à l’élection présidentielle de 2012 « pour faire bouger les lignes ». Il avait recueilli 5,3% des voix au premier tour de l’élection présidentielle de 2002.

Intervenants
  • Romancier et historien
  • Journaliste, cofondateur de Slate.fr et directeur de la rédaction du magazine Enjeux-Les Échos.
  • directeur général de Terra Nova
  • Correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......