LE DIRECT
Hommage aux victimes de l'attentat du club Reina à Istambul le 3 janvier 2017

La primaire de la Belle Alliance populaire // la situation de la Turquie

58 min
À retrouver dans l'émission

Le premier débat télévisé de la primaire de la Belle Alliance populaire s'est tenu jeudi 12 janvier // La crise au Proche-Orient a poussé le Président turc Erdogan à se rapprocher de la Russie

Hommage aux victimes de l'attentat du club Reina à Istambul le 3 janvier 2017
Hommage aux victimes de l'attentat du club Reina à Istambul le 3 janvier 2017 Crédits : Bulent Kilic - AFP

LA PRIMAIRE DE LA BELLE ALLIANCE POPULAIRE

Le premier tour de la primaire de « La Belle Alliance populaire » aura lieu le 22 janvier. Tous ses prétendants sont devancés dans les sondages par Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Les programmes des 7 candidats révèlent des désaccords marqués, notamment sur le plan économique. Vincent Peillon, qui revendique une « stratégie européenne offensive et affirmée », défend un « New Deal européen » de 1.000 milliards d’euros. Il propose également un « bouclier fiscal pour les plus modestes » ainsi que de rendre la CSG progressive. Manuel Valls, qui face au constat de sa crise témoigne aussi d’une volonté de réorienter l’Europe, propose une « conférence de refondation ». Il défend la défiscalisation des heures supplémentaires, la suppression du 49-3, et veut favoriser la compétitivité des entreprises.

Arnaud Montebourg, qui comme Benoît Hamon souhaite abroger la loi travail – Vincent Peillon n’aspire qu’à la modifier tandis que Valls la défend –, prône le souverainisme économique et une relance keynésienne de la consommation. Il prévoit un plan important d’investissements dans les infrastructures et la rénovation thermique, d’abord financés par une surtaxe des profits bancaires, un abaissement du CICE, et un surplus de croissance induit par ses mesures. Benoît Hamon privilégie une « politique de redistribution » par l’instauration d’un revenu universel – sans condition d’âge ou de travail. Il propose de le financer par l’augmentation du niveau des prélèvements, « mais principalement et quasiment exclusivement sur les plus hauts revenus ». La première étape de sa mise en place est la revalorisation de 10% du RSA et son extension au 18-25 ans sans condition de ressources. Arnaud Montebourg et Vincent Peillon y sont fermement opposés, tandis que Manuel Valls propose un « revenu décent » doublé d’une « protection sociale universelle plus équitable ». Concernant l’Europe, Benoît Hamon défend une mutualisation de la dette, et son effacement pour certains pays.

Sylvia Pinel, présidente du Parti radical de gauche, a présenté un programme orienté vers l’aide aux entreprises. Elle promeut l’accès à la PMA pour toutes les femmes, le droit de vote des étrangers, le droit à mourir dans la dignité, et, comme Benoît Hamon, la légalisation du cannabis. Jean-Luc Bennahmias, du Front démocrate, défend un rassemblement politique allant de Jean-luc Mélenchon à François Bayrou. François de Rugy, du Parti écologiste, propose 66 mesures, dont la régionalisation des politiques de formation professionnelle et de pôle emploi ainsi qu’un service civique et le basculement des cotisations familles sur la CSG.

Le 12 décembre, les candidats se sont rencontrés sur TF1 à l'occasion du premier des trois débats de la primaire. C’est ce débat que nous allons commenter.

LA SITUATION DE LA TURQUIE

Un attentat visant la célèbre boîte de nuit d’Istanbul Reina a fait 39 victimes au cours de la nuit du réveillon. Ce massacre revendiqué par l’Etat islamique est la dernière en date d’une longue série de violences alternativement attribuées à l’organisation djihadiste ou à la rébellion kurde. Ces actions terroristes ont causé la mort de plus de 400 personnes en Turquie depuis un an et demi.

Cet attentat intervient alors que les forces armées turques sont engagées dans des opérations militaires d’ampleur au nord de la Syrie. Cette offensive baptisée « Bouclier de l’Euphrate » a pour objectif d’empêcher la constitution d’une entité territoriale autonome kurde au sud de la Turquie mais a récemment investi des territoires contrôlés par l’État islamique.

Un autre attentat a provoqué la mort de l’ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov le 19 décembre. Le diplomate a été assassiné à Ankara par un policier qui a affirmé vouloir venger la ville d’Alep. Ce bastion de la rébellion syrienne a été reconquis par les troupes fidèles au régime de Damas avec le soutien déterminant de l’aviation russe.

Cet assassinat n’a pas compromis le rapprochement entre la Turquie et la Russie. Vladimir Poutine a dénoncé une « provocation visant à détériorer la normalisation des relations russo-turques et le processus de paix syrien » et le président Erdogan a déclaré que ce drame « fortifiait la coopération et la solidarité avec la Russie pour combattre le terrorisme ». Des négociations entre la Turquie, la Russie et l’Iran ont abouti le 29 décembre avec la conclusion d’un accord de cessez-le-feu entre le régime syrien et les forces rebelles à l’exception de l’Etat islamique et du Fatah Al-Sham (ancien Front Al-Nosra). Des pourparlers de paix doivent se tenir fin janvier au Kazakhstan dans l’objectif de mettre fin à une guerre civile qui a causé plus de 450.000 morts depuis mars 2011.

Le climat politique est particulièrement tendu en Turquie depuis l’échec de la tentative de coup d’Etat de juillet dernier qui a vu l’arrestation ou le renvoi de milliers de fonctionnaires, journalistes, intellectuels et figures du milieu associatif. Un projet de révision constitutionnelle visant à renforcer les prérogatives du président de la République est débattu au parlement depuis lundi dernier et devrait être soumis à un référendum début avril. Recep Tayyip Erdogan serait en mesure de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2029 en cas d’approbation de cette réforme.

Brèves

Philippe MEYER : Le vin et moi, de Jacques Dupont (stock, novembre 2016)

Michaela WIEGEL a évoqué l'achèvement de la Philharmonie d'Hambourg inaugurée le 11 janvier

François BUJON DE L'ESTANG a recommandé l'exposition de la collection Chtchoukine prolongée jusqu'au 20 février à la fondation Louis Vuitton

Marc-Olivier PADIS : La France résiste-t-elle à l'écologie, de Lucile Schmid (Bord de l'eau, octobre 2016)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......