LE DIRECT

La réduction du déficit public en France

59 min
À retrouver dans l'émission

Mardi le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que la croissance française devrait en 2013 se situer « autour de 0,2% ». Sans confirmer ce chiffre, François Hollande a concédé le même jour : « Chacun sait que nous n’atteindrons pas les 0,8% qui étaient prévus ». La semaine dernière, Jean-Marc Ayrault annonçait que l’objectif de ramener le déficit public à 3%, conformément aux textes européens, ne serait pas « exactement » atteint en 2013. « L’objectif […] c’est le déficit zéro à la fin du quinquennat », a-t-il précisé. Le 13 février, Olli Rehn, le commissaire européen aux affaires économiques, a déclaré qu’un délai pouvait être accordé à un Etat de l’UE pour corriger son déficit public, la priorité étant de réduire le déficit structurel (corrigé de la conjoncture) à 0,5% du PIB, comme l’exige le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance ratifié en France en octobre.

Le 12 Février, le rapport annuel de la Cour des comptes indiquait que l’effort structurel de réduction du déficit en 2012 était « significatif » et « devrait représenter 1,4 point de PIB ». Le rapport ajoute que cet effort « est toutefois déséquilibré entre l’effort sur les recettes ([à hauteur de] 75%) et les dépenses ». « Il est impératif […] de freiner davantage la dépense », a précisé Didier Migaud, le Premier président de la Cour. Le ministre de l’économie et des finances Pierre Moscovici a réagi lundi en déclarant que « la réduction des dépenses d[evait] être privilégiée, (…) dans le cadre de la Modernisation de l’Action Publique » qui identifie les moyens de réduire la dépense publique. Le 12 février, le gouvernement a annoncé une réduction de 4,5 milliards d’euros des concours financiers de l’Etat aux collectivités territoriales. En novembre, François Hollande avait annoncé un objectif de 10 milliards d’euros d’économies par an sur la durée du quinquennat. « Il ne s'agit pas d'ajouter des mesures aux mesures parce que nous ne voulons pas tomber dans l'austérité », a-t-il précisé mercredi. Les lettres de cadrage, fixant les orientations des dépenses par ministère, seront envoyées dans les prochains jours.

Dimanche, lors d’un entretien à Europe 1, Didier Migaud a évoqué la fiscalisation des allocations familiales comme une des pistes permettant d’ augmenter les recettes de l’Etat. « C’est un sujet qui peut être mis sur la table », a-t-il déclaré. Le Haut Conseil à la Famille, auquel le Premier Ministre a confié fin janvier une mission de réflexion sur la branche famille de la Sécurité Sociale, devrait rendre ses conclusions fin mars. Mardi, M. Ayrault a assuré que « la politique familiale ne sera pas remise en cause ».

Invités :

Micheala WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thierry PECH, directeur de la rédaction d’Alternatives économiques

Brèves :

  • James Andrew Miller, « A Problem of Churchillian Proportions », article paru dans le New York Times, 1er novembre 2012, à propos de la parution du livre de William Manchester & Paul Reid, The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Defender of the Realm, 1940-1965 , troisième et dernier volume des biographies que William Manchester a consacrées à Winston Churchill (Little, Brown and Company, 2012)

  • Hugues Lagrange, En terre étrangère. Vies d'immigrés du Sahel en Île-de-France (Perrin, 2013)

  • Jean-Paul Kauffmann, Remonter la Marne (Fayard, 2013)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......