LE DIRECT

La réélection de Barack Obama - Le plan du gouvernement pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

59 min
À retrouver dans l'émission

La réélection de Barack Obama :

Dans la nuit de mardi à mercredi, Barack Obama a remporté l’élection présidentielle en battant son adversaire républicain Mitt Romney. Après Bill Clinton, c’est la deuxième fois depuis la seconde guerre mondiale qu’un président démocrate remporte un second mandat. M. Obama pourra compter le 17 décembre prochain, jour de sa réélection par les grands électeurs, sur le suffrage de 332 voix démocrates, contre 236 pour M. Romney. Le Parti démocrate est notamment arrivé en tête dans l'Ohio et la Virginie. En 2008, l’avance de M. Obama contre John Mc Cain était plus nette, puisqu’il avait recueilli le suffrage de 365 grands électeurs, et celui de 52,9% de la population, contre seulement 49,4% cette année. « L'Amérique est confrontée à de grands défis et je forme tous mes vœux pour que le président gouverne notre nation avec succès », a déclaré Mitt Romney mardi soir. Jeudi, six responsables du mouvement du Tea Party ont réclamé la démission de l’état-major du parti républicain, à la suite de la défaite du candidat.

Les citoyens américains étaient également appelés à voter pour élire les députés de la Chambre des représentants et renouveler un tiers des 100 sièges que compte le Sénat. Les Républicains conservent à la Chambre une majorité qu’ils détiennent depuis 2010. Au Sénat, les démocrates, qui disposaient jusque là de 53 sièges, renforcent leur courte majorité, leur nombre total se portant à 55. Mercredi, le président républicain de la Chambre, John Boehner, a affirmé que les élus républicains étaient « prêts à travailler » avec le président Obama pour régler notamment la question de la « falaise fiscale ». Faute d'un nouvel accord sur le relèvement du plafond de la dette d'ici au 31 décembre, des coupes budgétaires et des hausses d'impôts entreront en vigueur automatiquement au 1er janvier pour réduire le déficit public.

172 référendums et consultations populaires ont également eu lieu mardi, dans 27 Etats. Le Maine et le Maryland se sont prononcés pour l’adoption du mariage homosexuel, tandis que la légalisation de l’usage du cannabis pour consommation personnelle a été votée dans le Colorado et l’Etat de Washington.

Vendredi, le général David Petraeus a démissionné de son poste de directeur de la CIA, suite à une « relation extraconjugale ». La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a annoncé le même jour qu’elle quitterait ses fonctions en janvier prochain, après l’investiture du président qui aura lieu le 20 janvier.

Le plan du gouvernement pour la croissance, la compétitivité et l’emploi :

« L’industrie française atteint aujourd’hui un seuil critique, au-delà duquel elle est menacée de destruction », écrit l’ancien PDG d’EADS Louis Gallois dans son rapport sur la compétitivité remis lundi au Premier ministre. La part de l’industrie dans la valeur ajoutée est passée de 18% en 2000 à un peu plus de 12,5% en 2011, plaçant la France au 15ème rang des pays de la zone euro. Le secteur industriel a perdu 2 millions d’emplois en trente ans, et le solde de la balance commerciale est passé d’un excédent de 3,5 milliards d’euros en 2002 à un déficit de 71,2 milliards d’euros en 2011. Pour mettre fin à ce cycle et permettre à l’industrie de « monter en gamme », le rapport préconise notamment de « créer un choc de compétitivité d’un montant de 30 milliards d’euros » (soit 1,5% du PIB), en transférant une partie des charges sociales vers la fiscalité et appelle à la réduction de la dépense publique, dans un délai de un à deux ans maximum.

Mardi, Jean-Marc Ayrault a présenté son « Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi ». Afin de diminuer le coût du travail, le Premier ministre propose de mettre en place un « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » d’un montant de 20 milliards d’euros. Ouvert à toutes les entreprises quel que soit leur secteur, ce crédit d’impôt sera calculé en fonction de la masse salariale, pour les salaires compris entre 1 et 2,5 SMIC, et pourra être remboursé au titre de l’objectif 2013. Pour financer ce dispositif, le gouvernement prévoit une augmentation de la TVA en 2014, et une économie de la dépense publique d’un montant de 10 milliards d’euros d’ici à 2015. Le taux normal de la TVA passera de 19,6 à 20%, et de 7 à 10% pour le taux intermédiaire (qui concerne la restauration et les travaux à domicile). En contrepartie, une baisse du taux sur les produits de première nécessité de 5,5 à 5% est prévue. Jean-Marc Ayrault juge que ces mesures permettront de « créer 300.000 emplois (…) à l’horizon 2017 », et de « soutenir l’activité à hauteur de 0,5 point de PIB ». Un relèvement de la fiscalité écologique est également prévu, qui devrait rapporter 3 milliards d’euros d’ici à 2016. Le gouvernement n’a pas retenu la proposition de M. Gallois de « mener des recherches sur les techniques d’exploitation des gaz de schiste ».

Laurence Parisot, présidente du Medef a déclaré que « la direction (…) donnée par le gouvernement [était] la bonne », et jugé que le choix du crédit d’impôt « fai[sait] preuve d’une créativité économique tout à fait intéressante ». Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, s’est dit « plutôt satisfait » par ces annonces. Plusieurs députés PS de la commission des finances de l’Assemblée Nationale réclament que le crédit d’impôt soit « conditionné à l’interdiction d’augmenter les dividendes ou de réduire la masse salariale ». Vendredi, le président du groupe écologiste au Sénat Jean-Vincent Placé s’est dit « perplexe » quant à la participation écologiste au gouvernement, après le « virage post-gallois et les annonces en faveur des entreprises sans contreparties et sans conversion écologique ».

Invités :

Sylvie KAUFFMANN, directrice éditoriale au Monde

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thierry PECH, directeur de la rédaction d’Alternatives économiques

Brèves :

  • Thierry Secretan, Le temps de nous aimer, 1914 - 1918, courriers de guerre (Editions de la Martinière, 2012)

  • Nicole Notat, Ce que je pense. L’entreprise responsable, une urgence (Editions dialogues, 2012)

  • Pierre Nora, Les Français d’Algérie. Edition revue et commentée (Christian Bourgois, 2012)

  • Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), A la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours (Seuil, 2012)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......