LE DIRECT
Vénération de Saint Charbel à Annaya (Liban) le 22 avril 2016

Le bilan de la campagne présidentielle // la situation des Chrétiens d'Orient

59 min
À retrouver dans l'émission

Le premier tour de l'élection présidentielle aura lieu dimanche 23 avril // deux attentats ont frappé la communauté copte d'Egypte le 9 avril

Vénération de Saint Charbel à Annaya (Liban) le 22 avril 2016
Vénération de Saint Charbel à Annaya (Liban) le 22 avril 2016 Crédits : Patrick Baz - AFP

LE BILAN DE LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE

Dimanche prochain aura lieu le premier tour des élections présidentielles, après une campagne marquée par de nombreux rebondissements, et par une large indécision des électeurs, qui ne seraient que 66% à être certains d’aller voter.

Les primaires d’Europe Écologie les Verts, des Républicains et de la Belle Alliance Populaire ont rebattu les cartes de la campagne présidentielle et de l’offre politique, en écartant au second tour les candidats donnés favoris, Cécile Duflot, Manuel Valls, Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy au profit de « nouveaux venus », Yanick Jadot, Benoît Hamon et, dans une moindre mesure, François Fillon. Le président François Hollande a quant à lui renoncé à se présenter à sa propre succession, pour la première fois dans l’histoire de la cinquième République.

L’investiture et la campagne du candidat Benoît Hamon ont provoqué une fracture au sein du parti socialiste. Critiqué pour ses tentatives de rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon, le programme du candidat du P.S a également été jugé par certains des siens « en rupture avec sa famille politique ». Alors que Yannick Jadot a retiré sa candidature au profit de Benoît Hamon sans bénéfice tangible pour ce dernier, le dialogue avec Jean-Luc Mélenchon n’a pas abouti, faute, notamment, d’un accord sur l’Europe. De nombreux socialistes et élus de tous horizons ont appelé à rejoindre le fondateur d’En Marche !. En février, le président du MoDem François Bayrou a renoncé à sa candidature au profit d’Emmanuel Macron, pour qui Manuel Valls a annoncé en mars qu’il voterait. Selon une enquête Ipsos publiée mardi 11 avril, Emmanuel Macron serait crédité de 23% des intentions de vote au premier tour, et élu président face à Marine le Pen au second. Le transfert de voix de la frange droite des électeurs du PS en faveur du candidat d’En Marche ! pèse sur le candidat socialiste, crédité de seulement 9% des intentions de votes tout comme le succès de la campagne de Jean-Luc Mélenchon qui talonne François Fillon dans les sondages avec 18,5%.

La campagne présidentielle a également été marquée par les scandales financiers des assistants parlementaires du Front National et la mise en examen de François Fillon. Alors que Marine le Pen a refusé de se rendre à la convocation des juges, le candidat des Républicains a dénoncé « le tribunal médiatique » et le « pouvoir des juges », responsables du « complot » dont il s’estime être victime. La division au sein des Républicains rend aujourd’hui l’avenir du parti incertain. Alors que François Fillon est crédité de 18% des intentions de votes et donné absent du second tour, Marine le Pen reste stable dans les sondages avec 22,5% des voix.

LA SITUATION DES CHRÉTIENS D'ORIENT

La communauté copte d’Egypte a été visée par deux attentats perpétrés contre des églises à Tanta et à Alexandrie. Ces agressions revendiquées par l’Etat Islamique ont fait 44 morts et une centaine de blessés. Ce sont les dernières d’une série de violences contre les Coptes qui représentent environ 10% de la population égyptienne avec une communauté estimée à 14 millions de fidèles. Le président Sissi a immédiatement décrété l’Etat d’urgence sur tout le territoire alors que l’armée égyptienne lutte déjà contre une branche de l’Etat Islamique implantée dans le Sinaï. Le pape François a annoncé qu’il maintenait sa visite en Egypte prévue à la fin du mois. Il rencontrera le président Sissi, l’imam de la mosquée Al-Azhar Ahmed El-Tayeb et le primat copte Tawadros II.

Ces attentats s’inscrivent dans un contexte plus large de menaces sur la présence chrétienne au sein du monde arabo-musulman : Les communautés d’Irak ne comptent aujourd’hui plus que 300.000 fidèles alors qu’ils étaient encore 1 million en 2003. L’effondrement du régime laïc de Saddam Hussein et l’expansion de l’Etat Islamique a contraint à l’exil cette population, principalement vers le Kurdistan où ils bénéficient du soutien d’ONG et d’organisations chrétiennes. L’instabilité persistante dans la région pousse cependant de nombreuses familles à tenter de rejoindre l’Europe, l’Amérique ou l’Australie.

Les Chrétiens de Syrie sont également victimes de la guerre civile qui déchire le pays depuis six ans. Ils représentaient 4,6% de la population avant la guerre avec une communauté estimée à 1 million de personnes. Plusieurs factions engagées dans la lutte contre les troupes de Bachar El-Assad les considèrent comme des soutiens du régime, qui se présente comme le défenseur des multiples minorités syriennes face à des rebelles djihadistes. Cette situation a conduit plusieurs centaines de milliers de Chrétiens de Syrie à se réfugier dans les pays voisins, principalement au Liban.

Le pays du Cèdre fait figure d’exception dans un contexte régional où les Chrétiens, quand ils ne subissent pas des violences, souffrent de ségrégation ou de difficultés à pratiquer leur culte sereinement. La communauté chrétienne du Liban est estimée à 1,5 millions de personnes (principalement maronites, grecs-orthodoxes et arméniennes) soit 40% de la population totale. L’ancien général Michel Aoun a été désigné Président de la République par le Parlement le 31 octobre dernier après plus de deux ans de crise politique qui avait laissé vacant ce poste dévolu par la constitution à un Chrétien maronite. Cette élection d’un candidat réputé proche du parti chiite Hezbollah a été interprété par de nombreux commentateurs comme le signe d’un raffermissement de l’emprise iranienne sur le Liban, aux dépens de l’Arabie Saoudite et du premier ministre sunnite Saad Hariri.

Brèves

Philippe MEYER : Toutes fenêtres ouvertes, de Georgette Elgey (Fayard, mars 2017) et le film Patients, de Grand Corps Malade (sorti le 1er mars 2017)

Lionel ZINSOU : La révolution abolitionniste, d'Olivier Grenouilleau (Gallimard, mars 2017)

François BUJON DE L'ESTANG : Les pathologies politiques françaises, d'Alain Duhamel (Plon, septembre 2016)

Nicolas BAVEREZ a recommandé la lecture des œuvres de Pierre Loti

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......