LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le conflit libyen

58 min
À retrouver dans l'émission

Le Conseil de sécurité des Nations unies a voté jeudi une résolution qui autorise «toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils et imposer un cessez-le-feu à l’armée libyenne. Cette résolution exclut le déploiement de forces d’occupation étrangères. Les ministres des affaires étrangères du G8, réunis à Paris en début de semaine, n’étaient pas parvenus à se mettre d’accord sur un recours à la force contre Mouammar Kadhafi et s’en sont remis à la décision de l’ONU. Proposée par la Grande-Bretagne, la France et le Liban, la résolution de l’ONU a été votée à 10 voix sur 15 avec 5 abstentions. La Russie et la Chine (qui n’ont pas exercé leur droit de veto), l’Allemagne, le Brésil et l’Inde se sont abstenus. L’Allemagne a affirmé vendredi ne pas vouloir « mêler des soldats allemands à une guerre » et dit redouter des victimes civiles.

Barack Obama a qualifié vendredi de « non négociables » les termes de la résolution de l’ONU. « Les Etats-Unis ne déploieront pas de troupes terrestres en Libye, et nous n’utiliserons pas la force au-delà d'un objectif parfaitement défini : la protection des civils en Libye. » a affirmé le président américain. « L'objectif est de protéger les populations civiles, pas d'envahir ou d'occuper la Libye » a également rappelé le secrétaire général de la Ligue Arabe Amr Moussa, qui a demandé« aux deux camps de ne pas aller trop loin ». Mouammar Kadhafi mis en garde ceux qui attaqueraient la Libye, en affirmant : « si le monde devient fou, nous le serons aussi. Nous allons riposter. Nous transformerons leur vie en enfer » .

Hier, les représentants diplomatiques de l’Union européenne, de la Ligue Arabe, de l'Union africaine, des Etats-Unis et de l’ONU se sont réunis à Paris. A l’issue de ce sommet, Nicolas Sarkozy a officiellement annoncé le début d'une intervention militaire internationale contre la Libye et déclaré « la porte de la diplomatie se rouvrira au moment où les agressions cesseront ». Outre la France et la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, et le Qatar ont confirmé leur intention de participer à cette intervention. L’Italie offre ses bases militaires, mais n’exclut pas une participation future plus importante, et le Canada a annoncé l’envoi d’avions de chasse. La France, qui a déjà engagé une vingtaine d’appareils, a effectué sa première frappe aérienne contre la Libye hier. Barack Obama a donné hier soir le feu vert aux forces américaines. Plus de 110 missiles Tomahawk ont été tirés cette nuit contre plus de 20 sites libyens, principalement les défenses antiaériennes, à partir de sous-marins et de navires américains et britanniques. Le président vénézuélien Hugo Chavez a condamné l’intervention de l’armée internationale, et Mouammar Kadhafi a affirmé qu’il était « désormais nécessaire d’ouvrir les dépôts et d’armer toutes les masses[]()» . Il a également menacé d’attaquer des cibles « civiles et militaires » en Méditerranée. La Libye a par ailleurs demandé dans la nuit une réunion urgente du Conseil de sécurité de l’ONU, estimant que la résolution mettant en place une zone d’exclusion aérienne est caduque.

Malgré l’annonce par le régime libyen de son intention de respecter le cessez-le-feu exigé par le Conseil de sécurité de l’ONU, les troupes pro-Kadhafi ont continué de bombarder les localités de Misrata, d’Ajdabiya et de Benghazi, où elles ont pénétré hier soir. D’après le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU, 285 000 personnes ont fui la Libye depuis le début de la révolte.

Intervenants
  • Député Modem des Hauts de Seine, vice-président de la commission des affaires européennes et ancien député européen, essayiste
  • Romancier et historien
  • Journaliste, cofondateur de Slate.fr et directeur de la rédaction du magazine Enjeux-Les Échos.
  • directeur général de Terra Nova
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......