LE DIRECT

Le dossier Florange et ses conséquences politiques

59 min
À retrouver dans l'émission

Prochaine émission en public : dimanche 16 décembre au Studio 105 de la maison de Radio France. Entrée libre dans la limite des places disponibles à partir de 10h30 (accès porte B, rue de Boulainvilliers).

Né en 2006 du rachat d’Arcelor par l’entrepreneur indien Lakshmi Mittal, ArcelorMittal est le premier groupe sidérurgique mondial, et a réalisé 73 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Il emplois quelques 260.000 salariés, dont 20.000 en France. Le 1er octobre, le groupe a officialisé l’arrêt des deux hauts-fourneaux du site industriel de Florange (Moselle), donnant 2 mois au gouvernement pour trouver un éventuel repreneur. Maintenus « sous chauffe » de façon à pouvoir éventuellement être redémarrés, ces deux fourneaux font partie de la filière dite « liquide » de Florange, qui concerne la production d’acier brut et qui emploie 630 salariés.

Le 22 novembre, le Ministre du redressement productif Arnaud Montebourg a évoqué au Sénat « l’éventualité d’un contrôle public, même temporaire » du site, et déclarait quatre jours plus tard aux Echos : « Nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu’ils n’ont pas respecté la France », insistant sur le fait que l’entrepreneur n’avait « jamais tenu ses engagements à l’égard de l’Etat français ». Le 28 novembre, M. Montebourg affirmait à l’Assemblée Nationale avoir trouvé un repreneur « disposé à investir 400 millions d’euros dans [l’]installation ». Le 30 novembre, au lendemain d’une rencontre entre Lakshmi Mittal et François Hollande à l’Elysée, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé avoir « écarté l’hypothèse d’une nationalisation temporaire au vu des engagements obtenus d’ArcelorMittal », affirmant que la nationalisation n’était « pas efficace » face à un problème de « débouchés » et de « compétitivité ». Après avoir menacé de démissionner au cours d’un entretien avec François Hollande samedi 1er décembre au matin, M. Montebourg déclarait le soir même avoir « décidé de rester à son poste de travail et de combat ».

Jeudi, le contenu de l’accord entre le gouvernement et le groupe sidérurgique a été dévoilé. ArcelorMittal garantit la réorganisation du travail sur le site de Florange « sur des bases exclusivement volontaires » et promet de réaliser « de manière inconditionnelle (…) un montant minimum d’investissements de 180 millions d’euros » dans les 5 ans à venir. Sur cette somme, seuls 53 millions d’euros seront consacrés à des « investissements stratégiques ». Les activités du site de Basse-Indre en Loire atlantique seront en outre basculées sur le site de Florange. Le même jour, la commission européenne a annoncé qu’ArcelorMittal avait retiré son projet Ulcos dans le cadre de l’ appel d’offres lancé par Bruxelles, qui doit attribuer des subventions à des programmes de recherche permettant le captage et le stockage de CO². Le leader CFDT d’ArcelorMittal Edouard Martin a déclaré jeudi que ce retrait signait « l’arrêt de mort de la filière liquide », et de poursuivre : « On a deux ennemis maintenant : Mittal et le gouvernement ».

Invités :

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thierry PECH, directeur de la rédaction d’Alternatives économiques

Brèves :

  • Théâtre de l’Athénée : La voix humaine , un opéra de Francis Poulenc d’après la pièce de Jean Cocteau, mis en scène de Vincent Vittoz, avec Stéphanie d’Oustrac. Jusqu’au 15 décembre, réservations au 01 53 05 19 19

  • Frank Lestringant, André Gide l’inquiéteur (Flammarion, 2012)

  • Henri de Bodinat, Les sept plaies du capitalisme (Léo Scheer, 2012)

  • Michel Tournier, Le bonheur en Allemagne ? (Gallimard, 2006)

  • Jacques Le Goff (dir.), Hommes et femmes du Moyen Âge (Flammarion, 2012)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......