LE DIRECT

Le mi-mandat de François Hollande - Les élections du midterm aux Etats-Unis

59 min
À retrouver dans l'émission

Le mi-mandat de François Hollande

François Hollande a accompli jeudi 6 novembre la moitié de son mandat de cinq ans. Au cours de ces 913 jours, le nombre de chômeurs a augmenté de 6,2%, le déficit public s’est établi à 4,4% du PIB en 2014, loin de l’obligation de 3% posée par la Commission européenne et repoussée à 2017, la dette publique devrait atteindre 98% du PIB en 2015 pour des exigences européennes de 60%.

Au bout de ces 913 jours, le président de la République bat des records d’impopularité : les derniers sondages indiquent que 97% des Français estiment que François Hollande a plutôt échoué dans sa lutte contre le chômage, 88% en matière de fiscalité et 78% en matière de politique familiale. 71% des sondés estiment désormais que le premier ministre Manuel Valls serait plus compétent pour décider des grandes orientations en matière économique et sociale.

Le chef de l’Etat a donc jugé nécessaire de s’exprimer jeudi 6 novembre au cours de l’émission télévisée « Face aux Français ». Interpellé sur les chiffres alarmants du chômage des seniors, il a défendu les contrats de génération (projet phare de sa présidence) et annoncé le retour d’une allocation pour les chômeurs ayant suffisamment cotisé sans atteindre l’âge de la retraite ainsi que la création de contrats aidés pour les seniors à qui il manque quelques trimestres de cotisation.

Interrogé par une chef d’entreprise, François Hollande a mis en avant le pacte de responsabilité et le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) avant de défendre le « choc de simplification » qui devrait selon les calculs du gouvernement rapporter 11 milliards d'euros dont 60% pour les entreprises.

Interpellé sur la situation préoccupante de la jeunesse (dont il avait fait l’un des grands chantiers de son quinquennat), le chef de l’Etat a annoncé la création de 15 000 emplois d’avenirs d’ici janvier prochain parmi les 45 000 emplois aidés supplémentaires annoncés par le gouvernement.

Le Président de la République a reconnu que les résultats de sa politique « se faisaient attendre » tout en martelant son objectif que la France retrouve les premiers rangs de la compétition mondiale à l’issu de son mandat. Il a exclu « toute hausse d’impôt supplémentaire sur qui que ce soit » à partir de l’an prochain et jusqu’à la fin de son quinquennat. François Hollande a conclu son intervention en exprimant son appréhension d’un « 21 avril bis » qui verrait la présence du Front National au second tour de l’élection présidentielle « si l’Europe ne changeait pas ».

Les élections du midterm aux Etats-Unis

Les élections de mi-mandat (midterm) se sont tenues mercredi 4 novembre aux Etats-Unis. Le parti républicain a remporté au Sénat six sièges supplémentaires lui garantissant la majorité. Le renouvellement complet de la chambre des représentants a confirmé la domination républicaine : le Grand Old Party devrait obtenir entre 242 et 247 sièges sur 435 contre 233 actuellement.

La défaite du parti démocrate fragilise fortement la position du président Barack Obama qui entame la dernière partie de son second mandat. Au plus bas dans les sondages, il perd le relais législatif nécessaire à la mise en œuvre de sa politique et voit son pouvoir de nomination aux postes de secrétaires de son gouvernement et de juges à la Cour suprême remis en cause.

La campagne républicaine s’est largement focalisée sur une contestation du bilan du président. Les républicains ont dénoncé des dysfonctionnements de l’outil informatique consacré à la réforme de l’assurance-santé et les conditions de prise en charge des anciens combattants. Le bilan international de Barack Obama a été violement contesté avec des accusations d’incompétence dans le traitement des dossiers syrien, irakien et iranien ainsi que sur sa gestion du récent afflux de clandestins mineurs d’origine hispanique. Le bilan économique du second mandat du président n’a pas été épargné : si le chômage est à son plus bas niveau depuis 14 ans avec une croissance de l’ordre de 3% pour un déficit de 2,8% du PIB, les inégalités se sont néanmoins aggravées avec un taux de chômage des jeunes diplômés d’université de 9% (soit deux fois plus qu’en 2000).

Le scrutin a consacré le sénateur du Kentucky Mitch McConnel comme le nouvel homme fort de la chambre haute où il conduira la majorité républicaine. Ce dernier s’est dis prêt au compromis avec Barack Obama au nom « d’une obligation mutuelle de travailler ensemble sur les questions sur lesquelles nous pouvons être d’accord » tout en appelant le président à abandonner son projet d’amnistie de millions de clandestins par décret présidentiel.

Réagissant au résultat du vote, Barack Obama a annoncé qu’il ne renoncerait pas à améliorer le système d’immigration américain, conditionnant l’abandon du décret présidentiel à un travail législatif du camp républicain sur le sujet. Le président américain a exprimé sa volonté d’entendre rapidement les idées de ses opposants sur les dossiers en cours.

Invités

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

François BUJON DE L’ESTANG, ambassadeur de France

Lionel ZINSOU, économiste franco-béninois et président d’un fond d’investissement

Brèves

La Discothèque idéale de Diapason, oeuvres pour piano de Chopin (Diapason, 2014)

Dominique JAMEUX, Chopin ou la fureur de soi (Buchet Chastel, 2014)

Philippe JACCOTET, Oeuvres (Gallimard, 2014)

Valéry GISCARD D'ESTAING, Europa (Xo, 2014)

Lionel ZINSOU a mentionné le souvèlement populaire au Burkina Faso

Michaela WIEGEL a mentionné l'inauguration prochaine du mémorial international de Notre Dame de Lorette

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......