LE DIRECT

Le retour de Nicolas Sarkozy - Le référendum en Ecosse

1h
À retrouver dans l'émission

Le retour de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi 19 septembre sa candidature à la présidence de l’UMP par l’intermédiaire du réseau social Facebook. Il a précisé ses intentions dimanche dernier à l’occasion du journal télévisé de France 2. L’ancien chef de l’Etat a exprimé sa volonté de construire une alternative crédible. Présentant son retour comme un devoir imposé par le désarroi qui traverse la France, il s’est donné un délai de trois mois pour refonder l’opposition en un vaste rassemblement qui transcenderait « les clivages habituels ». Nicolas Sarkozy a exprimé des regrets notamment en reconnaissant un exercice solitaire du pouvoir entre 2007 et 2012 et en affichant un objectif d’apaisement de la société française. Il s’est présenté comme serein face aux différentes procédures judicaires dans lesquelles il est impliqué. Il a enfin manifesté une volonté de réformer les accords de Schengen et celle d’instaurer des référendums populaires dans une démarche de contournement des corps intermédiaires. L’ancien président de la république devra affronter Hervé Mariton et Bruno Lemaire, candidats déclarés à la présidence du parti. L’élection aura lieu le 29 novembre. L’UMP doit surmonter des rivalités internes, les conséquences de l’affaire Bygmalion et une situation financière problématique.

Le retour sur la scène politique de Nicolas Sarkozy a poussé Alain Juppé et François Fillon à réaffirmer leurs ambitions dans la perspective des prochaines élections présidentielles. François Fillon a indiqué préférer le « culte des idées au culte des sauveurs » tandis que le maire de Bordeaux a constaté que « le match était bel et bien engagé » et réaffirmé sa volonté d’être candidat à une élection primaire qu’il souhaite aussi ouverte que possible aux électeurs de la droite et du centre, ainsi qu’aux déçus de l’action de François Hollande.

Nicolas Sarkozy a tenu jeudi à Lambersart son premier meeting de campagne pour la présidence de l’UMP. Il y a exprimé son acceptation du principe de primaires à droite avant la présidentielle de 2017 sans préciser si elles seraient réservées aux seuls membres de l’UMP ou ouvertes à des candidats du centre.

26 % des Français souhaitent désormais que Nicolas Sarkozy représente l'UMP en 2017, soit cinq points de mieux que lors de la dernière enquête de l'Ifop, début septembre. Le maire de Bordeaux progresse aussi, mais de trois points seulement, passant de 30 % à 33 % des citations. Quant à François Fillon, il reste à 9 %. Sarkozy fait un bond de onze points chez les sympathisants de l'UMP, de 54 % à 65 %, tandis que Juppé recule de dix points, de 33 % à 23 %.

Le référendum en Ecosse

85% des électeurs ont participé au référendum sur l’indépendance de l’Ecosse organisé le 18 septembre. 55,5% d’entre eux se sont prononcés contre l’indépendance. Le chef de file des partisans du « oui », Alex Salmond a reconnu sa défaite avant d’annoncer qu’il démissionnerait de son poste de Premier ministre en novembre. Il a rappelé à ses adversaires leurs promesses de nouveaux transferts de pouvoir. « L’Ecosse attend que ces engagements soient remplis rapidement », a-il-insisté.

Le Premier ministre conservateur David Cameron a assuré que le Parlement écossais hériterait de pouvoirs accrus en matière d’impôts et de protection sociale. Il a fixé un calendrier : un débat au Parlement est programmé dès le 16 octobre il doit aboutir à un document de travail d’ici à novembre et un projet de loi est prévu pour la fin janvier. David Cameron a manifesté son souhait d’une dévolution de ces nouveaux pouvoirs à l’ensemble des nations du Royaume-Uni, Angleterre comprise. Le Premier ministre répond ainsi au mécontentement d’une partie de l’électorat conservateur anglais, qui voit d’un mauvais œil l’attribution de pouvoirs étendues aux nations périphériques. L’Angleterre n’a en effet pas de parlement propre et certains élus réclament des lois anglaises pour les Anglais.

La solidarité affichée entre conservateurs, libéraux-démocrates et travaillistes durant la campagne pour le référendum écossais n’a pas résisté aux déclarations de David Cameron. Les travaillistes ont vivement rejeté ce projet de dévolution générale qui pourrait les amener à perdre les 40 voix des députés travaillistes écossais à la chambre des communes et toute possibilité d’obtenir une majorité effective lors des élections qui doivent se tenir en mai prochain. Nick Clegg, chef du parti démocrate-libéral a déclaré que la promesse faite aux Ecossais ne pouvait être conditionnelle à d’autres réformes constitutionnelles. Alex Salmond a accusé les politiciens britanniques de revenir sur leurs promesses.

Le référendum écossais est intervenu dans un contexte d’affirmation des indépendantismes en Europe : le parlement régional de Catalogne a approuvé le 19 septembre une loi sur les consultations populaires qui permettra au président du gouvernement nationaliste Artur Mas de s’assurer du cadre légal nécessaire à la convocation d’un référendum sur l’indépendance. Madrid s’oppose vigoureusement à la tenue de cette consultation qui doit avoir lieu le 9 novembre. M. Rajoy en a dénoncé le caractère anticonstitutionnel et a affirmé que « toutes les mesures » étaient prêtes pour empêcher cette consultation.

Invités

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris

François BUJON DE L'ESTANG, ambassadeur de France

Thierry PECH, directeur général de la fondation Terra Nova

Lionel ZINSOU, économiste franco-béninois et président d'un fond d'investissement

Brèves

- Michel Camdessus, La scène de ce drame est le monde (Les Arênes, septembre 2014)

  • Eric Fassin, Gauche: l'avenir d'une désilusion (Textuel, mai 2014)

  • Frédéric Gros, Marcher, une philosophie (Carnets Nord, mai 2009)

  • Bruno Cautrès, Les Européens aiment-ils (toujours) l'Europe? (Documentation Française, septembre 2014)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......