LE DIRECT
Manifestation devant le Parlement britannique le 20 février 2017

Le Royaume-Uni

59 min
À retrouver dans l'émission

Avec Pauline Schnapper, professeur de civilisation britannique à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Manifestation devant le Parlement britannique le 20 février 2017
Manifestation devant le Parlement britannique le 20 février 2017 Crédits : Justin Tallis - AFP

LE ROYAUME-UNI AVEC PAULINE SCHNAPPER

Pauline Schnapper, vous êtes normalienne, agrégée d’Anglais et docteur en Science Politique. Spécialiste du système britannique et de la vie politique au Royaume-Uni, vous êtes membre de l’Institut Universitaire de France et professeur de civilisation britannique à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Avec vous, nous allons nous intéresser à la situation du Royaume-Uni alors qu’à l’heure où nous enregistrons cette émission le Parlement de Westminster vient d’adopter le projet de loi qui autorise la Première ministre Theresa May à activer le Brexit.

Le 23 juin dernier, les électeurs britanniques ont voté à 51,9% en faveur de la sortie de l’Union européenne. Le scrutin a révélé de profondes différences entre les différentes nations qui forment le Royaume-Uni : si l’Angleterre et le Pays de Galles ont respectivement voté à 53,4% et à 52,5% en faveur du Brexit, les électeurs écossais s’y sont opposés à 62% et les Irlandais du Nord à 55,8%. Le premier ministre David Cameron, initiateur du référendum, a présenté sa démission après l’annonce des résultats du scrutin. Theresa May lui a succédé au 10 Downing Street et à la tête du parti conservateur.

La nouvelle cheffe du gouvernement s’est prononcée pour la mise en œuvre d’un Brexit «clair et net » sous la forme d’un nouveau partenariat équitable, et d’un « accès le plus large possible au marché commun » délié de la politique commerciale commune et des tarifs extérieurs communs qu’elle implique. Theresa May, qui avait affiché son intention de déclencher l’article 50 du TUE relatif à la sortie de l’Union européenne sans l’aval du Parlement, a dû attendre sous la contrainte de la Cour suprême le vote du parlement du 8 mars l’autorisant à lancer les négociations avec Bruxelles. Ces tractations devraient commencer avant le 31 mars et aboutir d’ici deux ans au plus tard.

Londres aborde cette période avec une situation économique solide : Le Royaume-Uni a connu une croissance de 2% en 2016 et anticipe un chiffre équivalent en 2017. Le chômage touche 4,8% de la population active (le plus bas depuis l’été 2005) et le déficit public est passé à 2,6% du PIB. La baisse de la livre a néanmoins conduit à une hausse des prix des produits importés et pourrait conduire à une baisse des investissements ainsi qu’à une remontée des taux d’intérêts. Ces éléments ont conduit le Chancelier de l’Echiquier Philip Hammond à « se garder de toute autosatisfaction » et à annoncer la poursuite d’une politique d’austérité budgétaire dans la perspective d’éventuelles mesures de relance. Londres est de surcroît confrontée au retour de la question de l’indépendance de l’Ecosse : La Première ministre écossaise et leader du parti indépendantiste SNP Nicola Sturgeon a annoncé qu’elle demanderai au parlement d’Edinbourg l’autorisation d’organiser un nouveau référendum avant la fin des négociations sur le Brexit. Cette nouvelle consultation doit « permettre à l’Ecosse de décider de son avenir avant qu’il ne soit trop tard ».

Pauline Schnapper, d’après vous, le Brexit est-il l’aboutissement logique des rapports ambigus qu’entretiennent Londres et Bruxelles ? Comment le parti travailliste peut-il se ressaisir face à cette situation et à la division des conservateurs sur les conditions de sortie de l’Union ? Quels enseignements tirer du Brexit sur l’état de la société outre-manche ? Le divorce avec l’Union Européenne est-il la première étape d’un mouvement qui, à terme, mènera à la désunion du Royaume ?

Philippe Meyer a recommandé le dernier album du Trio Wanderer : Antonín Dvořák (1841-1904) : Trios op. 90 et 65 chez Harmonia Mundi

Intervenants
  • Professeure de civilisation britannique à l’université Sorbonne Nouvelle
  • Historienne et politiste, titulaire de la chaire « Union européenne » au Conservatoire national des arts et métiers.
  • directeur général de Terra Nova
  • Correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......