LE DIRECT
Les forces de l'ordre sont intervenues à Calais le 23 janvier après une manifest

L'enlisement de la crise des migrants // Les inquiétudes face aux inégalités économiques mondiales

59 min
À retrouver dans l'émission

Alors que les réfugiés continuent d'accoster sur les côtes grecques, la Commission européenne a contraint la Grèce à "exécuter des mesures correctives" // La "Quatrième révolution industrielle" devrait encore accroître les inégalités entre les riches et les pauvres.

Les forces de l'ordre sont intervenues à Calais le 23 janvier après une manifest
Les forces de l'ordre sont intervenues à Calais le 23 janvier après une manifest Crédits : Pascal Rossignol - Reuters

L’ENLISEMENT DE LA CRISE DES MIGRANTS

L’arrivée des migrants sur les côtes grecques ne tarit pas. Selon L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 44.000 personnes ont traversé la mer Égée pour le seul mois de janvier 2016, soit 21 fois plus qu’en janvier 2015. Durant l’année 2015, 856.000 personnes ont tenté cette traversée dont 90% de Syriens, d’Irakiens et d’Afghans, populations autorisées à poursuivre leur route vers l’Allemagne et d’autres pays du Nord. Dans son étude de novembre dernier, l’agence Frontex a pointé « des manquements graves dans l’exécution des contrôles aux frontières extérieures, que les autorités grecques doivent surmonter et résoudre ».

La Commission européenne a ainsi lancé mercredi un projet dit « d’évaluation Schengen » pour obliger la Grèce à « exécuter des mesures correctives » dans sa gestion du flux des migrants. Le pays dispose de trois mois pour améliorer la situation, sans quoi l’Europe pourra activer l’article 26 du code Schengen qui permet de rétablir le contrôle aux frontières intérieures sur une période de deux ans. La porte-parole du gouvernement grec, Olga Gerovassili, juge de son côté que « la situation est grave et que le chantage n’est pas une manière d’y répondre ».

À l’automne dernier, l’accord avec la Turquie avait dissuadé les ministres de l’intérieur de lancer cette procédure complexe, mais les migrants continuent d’affluer. Le Danemark a voté mardi une loi pour « confisquer » les biens des migrants et la Suède a annoncé vouloir renvoyer au moins 60.000 personnes dont la demande d’asile a été rejetée. Depuis le 4 janvier, il faut une pièce d’identité pour entrer sur son territoire et un mur de deux mètres a été construit. Par ailleurs, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a promis à la Macédoine une aide pour mieux contrôler sa frontière avec la Grèce.

En France, la situation à Calais s’est détériorée le week-end dernier après une manifestation de soutien aux migrants organisée par le mouvement No Borders. Une cinquantaine de demandeurs d’asile sont montés à bord d’un ferry et ont dû être délogé par les forces de l’ordre. Le lendemain, une association de commerçants a organisé une manifestation, rassemblant plus de 2.000 personnes pour « défendre les emplois » dans la ville où le tourisme a fortement baissé. La maire de Calais, Natacha Bouchart, et Xavier Bertrand, le président de la région Nord Pas-de-Calais, seront reçus mercredi au ministère de l’Intérieur. Ils ont appelé le président François Hollande à se rendre sur place pour « régler les problèmes liés au camp ».

LES INQUIÉTUDES FACE AUX INÉGALITES ÉCONOMIQUES MONDIALES

Le 46e forum économique mondial (World Economic Forum) s’est tenu du 20 au 23 janvier dernier en Suisse sur le thème de la 4e révolution industrielle. Expression utilisée par Klaus Schwab, président du WEF, elle désigne la révolution économique marquée par l’ère de la numérisation, l’impression 3D, l’intelligence artificielle et le Big Data. « The future of jobs », un rapport volontairement alarmiste rendu par le Forum, souligne que le numérique et la robotique entraineraient une perte nette de 5 millions d’emplois d’ici 2020 dans les principales économies mondiales si les gouvernements n’engagent pas une transition à moyen terme. sans cet engagement, le risque serait grand d’un chômage en hausse constante, d’une montée des inégalités et d’une grande instabilité sociale. Dans le même sens, les études de l'Université d'Oxford et du cabinet Roland Berger estiment que près de la moitié des métiers actuels vont disparaître d'ici une vingtaine d'années. Cette vision pessimiste et les problèmes qu’elle annonce s’ajoutent à des difficultés encore plus imminentes et simultanées : crise syrienne, troubles géopolitiques au Moyen-Orient, crise des réfugiés en Europe, montée du terrorisme, instabilités boursières, ralentissement de la Chine, chute du prix du pétrole et cours des matières premières bas, récessions dans plusieurs pays des BRICs.

Si les estimations optimistes de 2015 sur la reprise de la croissance mondiale se sont vérifiées dans les pays occidentaux, elles ont été relativisées par le ralentissement des pays émergents, notamment celui, brutal, de la Chine, et par les récessions russes et brésiliennes. Le FMI a revu ses prévisions à la baisse de 0,2 point sur la croissance mondiale, désormais estimée à 3,4% pour 2016. Pour autant Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, s’est montrée confiante et a parlé d’une période d’ « ajustement » pour la Chine et non d’un krach boursier.

Le 18 janvier dernier, l’ONG Oxfam France publiait avant l’ouverture du forum de Davos un rapport intitulé « Une économie au service des 1% » qui soutenait que 62 personnes possèderaient autant de richesses que 3,6 milliards d’individus. Bien que la méthode de calcul soit remise en question, nul ne conteste l’accroissement des inégalités extrêmes. Dans cette montée des inégalités, ce sont les femmes et les couches les plus précaires des populations qui sont touchées. Ce sont aussi les plus pauvres qui sont les plus exposés au changement climatique. Dans son rapport, l’OXFAM propose des solutions et appelle notamment les dirigeants à éradiquer l’évasion fiscale. Sur le continent africain, par exemple, ce sont 100 milliards de dollars par an qui échappent au fisc, recettes qui pourraient être réinvesties dans la santé ou l’éducation.

Brèves

Philippe MEYER : le film Made in France de Nicolas BOUKHRIEF (Pretty Pictures, 2014)

Jean-Louis BOURLANGES : le film The Big Short de Adam MCKAY (Paramount Pictures France, 2015)

Eric LE BOUCHER : Inégalités d’Anthony B. ATKINSON (Seuil, 2016)

Sylvie KAUFFMANN : Héroïsmes mineurs de Molly ANTOPOL (Gallimard, 2015)

Michaela WIEGEL : Au cœur du pouvoir : l’exécutif face aux attentats de Bruno DIVE (Plon, 2016)

Bibliographie

Made in France

Made in FranceChronique, 2008

Intervenants
  • Correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung
  • éditorialiste au Monde
  • Député Modem des Hauts de Seine, vice-président de la commission des affaires européennes et ancien député européen, essayiste
  • Journaliste, cofondateur de Slate.fr et directeur de la rédaction du magazine Enjeux-Les Échos.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......