LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'épidémie d'Ebola - La politique familiale du gouvernement

59 min
À retrouver dans l'émission

.

L'épidémie d'Ebola

Le virus Ebola a récemment quitté son foyer d’Afrique de l’Ouest et des cas ont été recensés en Amérique du Nord et en Europe.

Un Libérien venu visiter sa famille au Texas a été déclaré porteur du virus le 30 septembre. Hospitalisé à Dallas, ce premier malade diagnostiqué hors d’Afrique est décédé mercredi dernier. Madrid a confirmé lundi 6 octobre un premier cas de contamination en Europe. La malade est une infirmière mise en contact avec un missionnaire revenu infecté de Sierra Leone et décédé depuis.

Connu depuis sa première apparition en 1976, le virus Ebola provoque une fièvre hémorragique mortelle dans 50 à 90% des cas. L’épidémie en cours est la plus grave jamais enregistrée avec 7.478 cas recensés depuis décembre 2013 dont 3.439 décès. Quatre pays d’Afrique de l’Ouest sont concernés : la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone et le Nigeria auquel se rajoute un petit foyer plus circonscrit au nord de la République Démocratique du Congo où 35 personnes sont décédées ces dernières semaines. L’Organisation Mondiale de la Santé prévoit que 20.000 personnes seront contaminées d’ici novembre si les mesures de lutte ne sont pas renforcées. La Banque mondiale a estimé que le coût économique d’Ebola pour l’Afrique de l’Ouest pourrait dépasser 32 milliards de dollars d’ici 2015 si l’épidémie venait à s’étendre d’avantage dans la région. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a tenu une conférence de presse mercredi où il a exhorté les puissances mondiales à s’engager d’avantage dans la lutte contre l’épidémie.

L’effort international contre la propagation du virus et pour l’assistance aux personnes atteintes ou menacées a été critiqué pour son manque de leadership et la lenteur de ses procédures. Le Washington Post relève que huit semaines ont été nécessaires à l’acheminement de 62 lits envoyés de Grande Bretagne et destinées aux personnes mises en quarantaine et qu’il a fallu un mois pour l’acheminement et la mise en service d’un hôpital de campagne de 25 lits fourni par le Pentagone.

La ministre de la santé Marisol Touraine a assuré que la France était prête à faire face à d’éventuels cas de malades sur son territoire, tout en admettant que le « risque zéro n’existait pas ». Elle a rappelé qu’une infirmière de médecins sans frontière ayant contracté le virus en Afrique de l’Ouest avait été soignée en France et était maintenant guérie.

La politique familiale du gouvernement

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale a été présenté mercredi en Conseil des ministres. Il prévoit un plan d’économie de 700 millions d’euros dans la branche famille.

Le projet de loi inclut une division par 3 de la prime à la naissance à partir du deuxième enfant (308 euros contre 923 euros), une diminution des aides à la garde d’enfant pour les ménages les plus aisés, un décalage de la majoration des prestations familiales (qui n’interviendra que lorsque l’enfant atteindra l’âge de 16 ans contre 14 ans jusqu'à présent) et une réforme du congé parental qui le portera de 6 mois à un an au maximum si les deux parents le prennent à la naissance du premier enfant. Le congé parental reste de trois ans au maximum à partir de deux enfants mais à condition que le second parent prenne au moins 6 mois de congé. Le gouvernement a présenté cette dernière mesure comme s’inscrivant dans un objectif de promotion de l’égalité entre hommes et femmes.

La Manif pour tous s’est mobilisée dimanche 5 octobre. Les cortèges ont exprimé leur opposition à la GPA (gestation pour autrui), à la pratique de la PMA (procréation médicalement assistée) par les couples homosexuels et ont dénoncé le projet de réforme de la politique familiale comme une intrusion « familiophobe » dans l’intimité des couples. Les associations familiales ont également manifesté leur opposition : l’UNAF (union nationale des associations familiales) a dénoncé des « mesures inacceptables », les associations familiales catholiques ont appelé à rejoindre les cortèges de la Manif pour tous. Le candidat à la présidence de l’UMP Bruno Le Maire a appelé « toute la droite à se mobiliser contre le projet », le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale Christian Jacob a constaté « un massacre en règle de la politique familiale pour des raisons inexplicables ».

Le gouvernement a tenté d’apaiser les tensions. Dans un entretien au journal La Croix du mercredi 2 octobre Manuel Valls a fermement exprimé son opposition à la GPA alors qu’un arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme rendu le 26 juin a imposé à la France de reconnaître la filiation des enfants nés de mères porteuses à l’étranger. Le Premier ministre a rappelé qu’une évolution législative sur la PMA était suspendue à un avis du Comité consultatif national d’éthique.

Dans un entretien au Nouvel Observateur, la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Marisol Touraine, a réaffirmé son objectif d’émancipation des femmes et mis en avant la revalorisation des allocations familiales au profit des ménages les plus modestes et des familles monoparentales, rappelant que le modèle social français était « dans l’ADN de la gauche ».

Invités

Eric LE BOUCHER, éditorialiste des Echos et co-fondateur du site Slate.fr

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

Thierry PECH, directeur général de la fondation Terra Nova

Lionel ZINSOU, économiste franco-béninois et président d’un fond d’investissement

Brèves

  • Dashiell Hammet, *Le sac de Couffignal / The Gutting of Couffignal * (Gallimard, octobre 2014)
  • Marc Cheb Sun, *D'ailleurs et d'ici! * ( Philippe Rey, octobre 2014)
  • Serge Berstein et Michel Winock, *Fascisme français? * ( CNRS, novembre 2014)
  • François Dubet, La préférence pour l'inégalité  ( Le Seuil, septembre 2014)
  • Lionel Zinsou est revenu sur l'élection de Pierre Moscovici au poste de commissaire européen aux affaires économiques et monétaires.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......