LE DIRECT
Benoît Hamon / Anne Hidalgo / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot

Les gauches sont-elles réconciliables... grâce au covid ?

36 min
À retrouver dans l'émission

Jeudi, à l’Assemblée nationale, socialistes, insoumis et communistes sont tombés à bras raccourcis sur le premier ministre venu faire le service après-vente des annonces présidentielles. La droite et l’extrême droite aussi, mais consacrons-nous aujourd’hui à la gauche. Ou plutôt aux gauches.

Benoît Hamon / Anne Hidalgo / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot
Benoît Hamon / Anne Hidalgo / Jean-Luc Mélenchon / Yannick Jadot Crédits : JOEL SAGET / NICOLAS MESSYASZ / BERTRAND GUAY / - AFP

Emmanuel Macron a donc annoncé, mercredi soir, devant 30 millions de téléspectateurs, de nouvelles mesures destinées, espère-t-il, à surmonter la crise sanitaire : fermeture des classes pour trois semaines ou un mois, extension à tout le territoire des restrictions jusqu’alors appliquées dans 19 départements, accélération de la campagne de vaccination. 

Jeudi, à l’Assemblée nationale, socialistes, insoumis et communistes sont tombés à bras raccourcis sur le premier ministre venu faire le service après-vente des annonces présidentielles. La droite et l’extrême droite aussi, mais consacrons-nous aujourd’hui à la gauche. Ou plutôt aux gauches. 

La crise sanitaire leur fournit l’occasion de faire front commun contre l’exécutif et en particulier contre le président de la République, de fustiger ses choix autant que son exercice solitaire du pouvoir. Comme disait François Mitterrand dans les années 1970, « l’opposition, c’est fait pour s’opposer ». Leur réquisitoire est donc logique. Il est d’autant plus logique que les socialistes, les écologistes, les Insoumis ou les communistes formulent le même objectif : empêcher un nouveau duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Le meilleur moyen d’y parvenir serait d’affaiblir suffisamment le chef de l’Etat qu’il ne puisse se qualifier pour le second tour. Encore faudrait-il, en plus, que ces familles de gauche parviennent à se rassembler. Et c’est là que le bât blesse, tant elles sont soupçonneuses et antagonistes, minées par les divisions et les rivalités.

Les rivalités sont patentes entre candidats déclarés ou putatifs qui, tous, veulent se compter et s’estiment mieux placés pour entraîner la gauche. Quant aux divisions sur la philosophie et le projet, elles ressurgissent violemment à la moindre occasion. Le dernier exemple en date est l’empoignade récente à propos des réunions « non mixtes » organisées par l’UNEF, le syndicat étudiant, entre personnes victimes de discriminations. 

C’est au point que ces fractures occultent ce qui pourrait ou devrait servir de socle commun aux gauches. « La gauche, c’est par où ? » questionne le dernier numéro de Papiers, la revue de France culture. Elle a interrogé pour cela une soixantaine de personnalités. La moisson est riche. Mais on voit mal, à ce stade, qui pourrait en faire la synthèse et comment. 

Chroniques

11H29
21 min

L'Esprit public

Chine-États-Unis : la nouvelle guerre froide ?
Intervenants
  • professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).
  • professeure d'Economie à Sciences Po Paris
  • Journaliste et producteur de l'émission "Le Tour du monde des idées"
  • sociologue et politologue, directrice d'étude à l'EHESS
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......