LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les primaires en France

1h
À retrouver dans l'émission

Les primaires en France

La primaire socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 a officiellement commencé mardi, avec l’ouverture du dépôt des candidatures qui se terminera le 13 juillet. La première secrétaire du PS Martine Aubry a annoncé officiellement sa candidature. C’est Harlem Désir qui assurera les fonctions de Premier secrétaire par intérim. On compte cinq candidats déclarés. Manuel Valls avait annoncé sa candidature en juin 2009, Ségolène Royal et Arnaud Montebourg en novembre 2010, et François Hollande fin mars. Le premier tour de cette primaire aura lieu le 9 octobre, et le second le 16 octobre. Le Parti Socialiste espère attirer au moins un million de votants à ce scrutin ouvert pour la première fois à tous les sympathisants de gauche. Martine Aubry a reçu le soutien de l’ancien premier ministre Laurent Fabius, du maire de Paris Bertrand Delanoë, et du député Jean-Christophe Cambadélis. Jeudi, le strauss-kahnien Pierre Moskovici a choisi de rallier François Hollande avec son mouvement « Besoin de gauche ». François Hollande peut également compter sur le soutien du maire de Lyon Gérard Collomb. Martine Aubry a appelé de ses vœux un débat entre candidats socialistes « pour que les Français voient ce qu’on a dans le ventre, dans le cœur, si on a l’épaisseur, si on est capable d’incarner la France ».

François Hollande, a placé sa campagne sous le signe d'une présidence « normale » et son programme donne la priorité aux jeunes. Lors de son discours de candidature, Martine Aubry a annoncé vouloir « redresser la France ». Elle a aussi appelé au rassemblement avec les écologistes et pris « l’engagement de la victoire » à la présidentielle de 2012. De son côté, Ségolène Royal qui se présente comme « la candidate du peuple » et parle d' « ordre social juste » veut tirer des leçons de 2007. Elle a déclaré : « j’ai beaucoup réfléchi à ce qui nous a manqué et à la part d’erreurs qui m'incombe. Si je suis désignée, je rassemblerai ». Arnaud Montebourg fait campagne sur le thème de la « démondialisation ». Enfin, Manuel Valls compte défendre sa conception de « la responsabilité individuelle des citoyens » qu’il préfère à l’ «assistanat ».

La primaire socialiste fait l’objet d’attaques de l’UMP qui accuse le PS de vouloir constituer un fichier des sympathisants et des opposants. Le parti de la majorité a édité des tracts où l’on peut lire « Primaire PS = fichage politique » ou encore « libertés menacées ». En avril, le président de l’UMP Jean-François Copé avait remis en question la légalité de cette primaire. Dans une allusion directe au slogan de François Hollande, le premier ministre François Fillon a affirmé : « ceux qui se font forts d’instaurer une présidence normale ne savent pas de quoi ils parlent ». De son côté, le secrétaire général adjoint de l’UMP Marc-Philippe Daubresse a déclaré : « derrière Martine qui parle de la compétitivité de la France et l'avenir du pays, il y a Aubry la dame des 35 heures. »

Une primaire se déroule également au sein d’Europe Ecologie Les Verts. Avec 49,75% des voix, Eva Joly a raté cette semaine à une soixantaine de votes près la majorité absolue au premier tour de la primaire écologiste. Nicolas Hulot a remporté 40,22% des suffrages. Le second tour s’est ouvert jeudi, et se déroulera jusqu’au 7 juillet, avec des résultats définitifs le 12 juillet.

Intervenants
  • Député Modem des Hauts de Seine, vice-président de la commission des affaires européennes et ancien député européen, essayiste
  • Romancier et historien
  • directeur général de Terra Nova
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......