LE DIRECT

Les questions de politique étrangère dans la campagne présidentielle américaine, avec François Bujon de l'Estang

59 min
À retrouver dans l'émission

Lundi, Barack Obama et Mitt Romney ont débattu des questions de politique internationale. Le candidat républicain a affiché des positions dans l’ensemble plus mesurées que pendant les primaires. Il s’est déclaré opposé à une intervention militaire en Syrie, et d’accord avec l’objectif de retrait des troupes militaires d’Afghanistan d’ici à 2014. S’il a plaidé pour une politique d’isolement plus active à l’égard de l’Iran et du président Ahmadinejad, il a salué la politique de sanctions menée par Barack Obama, et s’est rallié à lui sur l’idée d’une intervention militaire en « ultime recours ». Sur le Moyen-Orient, M. Romney a plaidé pour un « plan global destiné à aider le monde musulman à abandonner l’extrémisme ». Le président Obama a répliqué en dénonçant les changements de position de son adversaire : « Je suis content d’entendre que vous êtes d’accord avec ma politique, mais cela n’a pas toujours été le cas », a-t-il souligné, avant d’ajouter : « Un commandant en chef doit être constant et clair ». M. Romney a critiqué l’approche diplomatique adoptée par le président Obama à l’égard des pays musulmans au début de son mandat, qualifiant le voyage du président en Arabie Saoudite, en Egypte, en Turquie, et en Irak en juin 2009, de « tournée d’excuses ». M. Romney a déclaré que les tensions qui avaient existé entre Israël et les Etats-Unis « n’étaient pas opportunes », mais les deux candidats ont réaffirmé que les Etats-Unis soutiendraient le pays en cas d’attaque. Enfin, lorsque M. Romney a exposé son intention d’augmenter les dépenses militaires du pays (alors que le président Obama les maintient en l’état) et souligné que la marine avait « moins de navires qu’en 1917 », M. Obama a répondu que le gouverneur n’avait « peut-être pas suffisamment étudié comment fonctionn(ait) (les) forces armées » américaines, expliquant : « nous avons moins de navires qu’en 1916, mais nous avons aussi moins de chevaux et moins de baïonnettes, parce que la nature de l’armée a changé ».

Les derniers sondages attestent d’un écart de plus en plus serré entre les deux candidats, notamment dans la plupart des « états-pivots » (« swing states ») qui seront déterminants dans le résultat final du scrutin, tels que le Maine, la Pennsylvanie, le New Hampshire ou le Michigan.

François Bujon de l’Estang, vous êtes président de la société de consultants internationaux que vous avez fondée en 1993. Vous avez été ambassadeur de France aux Etats-Unis (1995-2002). Vous êtes membre du comité de rédaction de la Revue des Deux Mondes à laquelle vous contribuez régulièrement. Dans un article paru dans le numéro d’octobre et rédigé début septembre, intitulé « Quatre ans de politique étrangère de Barack Obama », vous soulignez que les sujets internationaux jouent un rôle très modéré dans cette campagne, contrairement à celle de 2008, et analysez le paradoxe qui veut que, alors que le président Obama a mené une politique étrangère active, cette dernière s’est révélée pour partie improductive. Vous écrivez en conclusion : « Les enjeux de politique étrangère n’auront occupé dans la campagne qu’une place presque négligeable. Mais le choix du 6 novembre est clair. Si le président Obama est réélu, le monde saura qu’il peut compter sur la poursuite d’une action diplomatique prudente et pragmatique, établie sur des principes clairs (…). A l’inverse, une victoire de Mitt Romney serait annonciatrice du retour à la tradition républicaine d’une politique de force, soumise à nouveau aux dogmes néoconservateurs. ». François Bujon de l’Estang, pouvez-vous, pour ouvrir notre discussion, nous livrer votre analyse du dernier débat entre les deux candidats ?

Invités :

François BUJON DE L’ESTANG, Ambassadeur de France aux Etats-Unis de 1995 à 2002

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Marc-Olivier PADIS, rédacteur en chef de la revue Esprit

Références :

  • François Bujon de l’Estang, « Quatre ans de politique étrangère de Barack Obama », Revue des deux mondes , octobre 2012 (dossier « L’Amérique à la dure »)

  • Hillary Clinton, « America’s Pacific Century », Foreign Policy, novembre 2011. Article consultable en ligne sur le site www.foreignpolicy.com

  • Jutsin Vaïsse, Barack Obama et sa politique étrangère , 2008-2012 (Odile Jacob, 2012)

Brèves :

  • Jean-Marc Daniel, Huit leçons d’histoire économique (Odile Jacob, 2012)

  • Nathalie Sarthou-Lajus, Eloge de la dette (PUF, 2012)

  • Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits, 1928 – 1974. Témoignage d’Alain Pompidou et préface d’Eric Rousset (Robert Laffont, 2012)

  • Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre. Saïgon 1961-1963 (Denoël, 2012)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......