LE DIRECT

Les réformes de société du gouvernement

59 min
À retrouver dans l'émission

Le 28 janvier, l’Assemblée a adopté le « projet de loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ». Ce texte a pour objectif d’améliorer la situation économique des femmes et de faire progresser la parité. Par ailleurs, il modifie les dispositions sur l’IVG en faisant disparaître la notion de « détresse » dans les demandes d’avortement. Le Sénat examinera ce projet après les municipales. Lundi, Jean-Marc Ayrault a annoncé le report à 2015 de l’examen d’une loi sur la famille qui comprenait des mesures pour les familles recomposées et les enfants placés. A vant de préciser mercredi que certains éléments pourraient en « être examinés sans tarder », l’exécutif a justifié ce recul par la nécessité de « travaux préparatoires » complémentaires et un ordre du jour parlementaire trop chargé. Cependant, la porte-parole du gouvernement a fait valoir que « l’hystérisation autour de ce projet de loi, notamment du fait de la « manif pour tous », était problématique ».

Dimanche dernier, le mouvement de la « manif pour tous », constitué au printemps dernier pour s’opposer au mariage homosexuel, s’est mobilisé contre la « familiphobie » du gouvernement. Entre 80 000 et 500 000 personnes ont défilé à Paris, entre 20 000 et 40 000 à Lyon. La « manif pour tous » s’est félicitée du retrait du projet de loi sur la famille. Mais elle demande encore la suspension de la réforme du congé parental et un engagement du gouvernement à ne pas aborder la procréation médicalement assistée (PMA) ni la gestation pour autrui (GPA) durant le quinquennat. Le mouvement souhaite aussi la fin de « l’ABCD de l’égalité » à l’école, une expérimentation menée dans dix académies pour lutter contre les stéréotypes de genre. D’autres organisations se sont mobilisées ces dernières semaines. Le 19 janvier, entre 16 et 40 000 personnes manifestaient à Paris contre l’avortement. Le 24 janvier, des rumeurs sur une introduction de la « théorie du genre » à l’école provoquaient un « jour de retrait des enfants ». Et le 26, la manifestation « jour de colère » appelait entre autres à manifester contre « la destruction de la famille ».

Pour le ministre de l’intérieur Manuel Valls, « nous assistons à la création d’un Tea Party à la française, et il est temps que l’UMP s’en désolidarise. » L’opposition est en effet divisée sur ce sujet. Alors que seize élus ont déposé fin janvier un amendement pour dérembourser intégralement l’IVG, et que Jean-François Copé s’est dit « choqué par la théorie du genre », le comité politique a décidé mardi de ne pas positionner le parti sur ces questions avant les municipales. Au PS en revanche, la majorité parlementaire critique la frilosité du gouvernement. Bruno Le Roux, président du groupe à l’Assemblée, n’a pas hésité à déclarer que les thèmes de la loi Bertinotti « pourraient trouver leur place dans des propositions de loi ».

Invités

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thierry PECH, directeur général de la Fondation Terra Nova

Brèves

Paul-Hervé LAVESSIERE, La révolution de Paris , (Editions Wildproject, février 2014)

Jacques MISTRAL, Guerre et paix entre les monnaies (Fayard, janvier 2014)

Sous la direction de Robert FRANK et d'Eric Roussel, Deux passions françaises, Pierre Mendès-France et Charles de Gaulle (Editions du CNRS, janvier 2014)

Michael KUMPFMULLER, traduit par Bernard KREISS, La splendeur de la vie (Albin Michel, janvier 2013)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......