LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation de Gilets Jaunes à Nancy le 19 janvier 2019 / A. Benalla ///

Loi anti-casseurs : l’Ordre ou la Liberté ? / Élections du 26 mai : réussirons-nous à parler d’Europe ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Analyse politique et géopolitique de la semaine en public du théâtre de l'Odéon, avec la journaliste Christine Ockrent, la philosophe Monique Canto-Sperber, l'ancienne Ministre de la Défense Sylvie Goulard et l'homme politique et ancien euro-député Daniel Cohn-Bendit.

Manifestation de Gilets Jaunes à Nancy le 19 janvier 2019 / A. Benalla ///
Manifestation de Gilets Jaunes à Nancy le 19 janvier 2019 / A. Benalla /// Crédits : A. MARCHI / A. JOCARD / N. Landemard / VINCENZO PINTO / L. MARIN (AFP &MAXPPP) - AFP

Première partie : Loi anti-casseurs : l’Ordre ou la Liberté ?

Cinquante élus de la République en marche s’étaient donc abstenus cette semaine, une première depuis le début du quinquennat. Il s’agissait d’une proposition de loi venue du groupe LR du Sénat «visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations», aussi appelée loi «anti-casseurs». Dans le viseur des 50 abstentionnistes, un article qui prévoyait de donner aux préfets un pouvoir jusque là réservé aux autorités judiciaires : prononcer des interdictions de manifester. Alors certes des députés LREM avaient introduit certains garde-fous, notamment la possibilité pour la personne concernée de contester en urgence cette décision devant un juge administratif, mais cela n’avait pas suffi à éteindre le feu puissant de critiques venues de toutes parts. 

Très écouté notamment, Le réquisitoire de François Sureau dans le journal Le Monde, l’avocat écrivain y déclarant : "C’est à la société de liberté que l’on s’attaque en restreignant le droit de manifester". Et lorsque le journaliste lui demandait si les actions de terreur engagées contre la société des libertés ces dernières semaines par certains casseurs ne justifiait pas de recourir à ces mesures exceptionnelles Sureau se montrait catégorique : « le droit pénal ordinaire permet tout à fait déjà, de réprimer les casseurs ».

On avait également entendu le député centriste Charles Amédée de Courson s’opposer à cette loi en invoquant le souvenir de ses aïeux résistants, dénonçant un texte digne du régime de Vichy. 

Une affaire qui faisait resurgir la petite musique récurrente de ce quinquennat : la macronie avait-t-elle un problème avec les libertés ? « Bienvenue au pays du libéralisme autoritaire » avait ainsi écrit mercredi L’Humanité, dénonçant une mansuétude coupable face aux violences policières, une ingérence dans la fabrique de l’information, rappelant les débats autour de la loi Fake News et la tentative de perquisition cette semaine chez Médiapart dans le cadre de l’affaire Benalla. Voilà qui donnait l’occasion à la Chaîne Russia Today proche du Kremlin d’oser cette semaine un débat sur la « dérive autoritaire du gouvernement », ce qui ne manquait pas de sel… En attendant, sur le Thème « Ordre et Libertés dans la France de Macron », le débat était ouvert et devait être tenu, afin que la France restât la France, c’est-à-dire, une démocratie exigeante !
 

Deuxième partie : Élections du 26 mai : réussirons-nous à parler d’Europe ?

« Paris rappelle son ambassadeur en Italie », lorsqu’on avait entendu cette information à la radio, on avait eu le sentiment de voyager dans le temps, tant l’expression et sa connotation renvoyaient à ces documentaires d’histoire qui nous racontaient les déclenchements des guerres autrefois. Pourtant jeudi, l’expression du passé se conjuguait bien au présent : Christian Masset, ambassadeur de France en Italie, était rappelé à Paris par le gouvernement, pour « des consultations » précisait le communiqué, « la France faisant l’objet d’accusations répétées, d’attaques sans fondements, et de déclarations outrancières ». Le texte du gouvernement français fustigeait « les dernières ingérences qui constituaient une provocation supplémentaire et inacceptable », référence à la visite en France mardi du vice premier ministre italien, Luigi di Maio, leader du mouvement 5 étoiles, venu rencontrer des gilets jaunes candidats aux élections européennes, Di Maio tweetant dans la foulée « le vent du changement a franchi les Alpes ». 

La dernière fois qu’un ambassadeur de France en Italie avait été rappelé dans son pays, c’était en 1940, lorsque Mussolini avait déclaré la guerre à la France ! Tensions intra-européennes donc, maximales, au moment où les partis se mettaient en ordre de bataille en vue des élections de mai prochain, et l’on se demandait comment ceux qui voulaient VRAIMENT parler d’Europe, projet contre projet, vision contre vision, pour aborder des sujets aussi cruciaux que « la France / L’Europe dans la mondialisation / la puissance qui glissait de l’occident vers l’orient/ la souveraineté et les identités, l’urgence climatique, les inégalités, les flux migratoires, comment donc ces débats là, essentiels, allaient pouvoir se tenir. Sans oublier la rumeur d’un référendum post grand débat susceptible d’avoir lieu également le 26 mai prochain.

En attendant, l’actualité des Européennes c’était quand le français Christophe Chalençon, porte parole du RIC ce mouvement de Gilets Jaunes qui voulait présenter une liste aux Européennes, rencontrait l’italien Luigi di Maio leader du mouvement 5 étoiles, pour parler conquête du pouvoir. 

Références / conseils de lecture 

  • Jón Kalman Stefánsson, Ásta, Grasset
  • Claude Habib, Comment peut-on être tolérant ?, Desclée De Brouwer
  • Kevin O'Rourke, Une brève histoire du Brexit, Odile Jacob
  • Jean Quatremer, Il faut achever l'Euro, Calmann Lévy
  • François Reynaert, Voyage en Europe, Fayard
  • Alain Minc, Voyage au centre du système, Grasset
  • L'oeuvre de Tomi Ungerer
Intervenants
  • Philosophe, directrice de recherche au CNRS, ancienne directrice de l’ENS et ancienne présidente de l'université Paris sciences et lettres (PSL), auteure de plusieurs ouvrages de philosophie antique et philosophie morale contemporaine
  • homme politique
  • Ancienne Ministre de la défense.
  • Journaliste et productrice de l'émission "Affaires étrangères" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......