LE DIRECT

Thématique : La Chine, avec Daniel Vernet

59 min
À retrouver dans l'émission

Depuis fin 2010, la Chine est la deuxième puissance économique du monde, derrière les Etats-Unis et devant le Japon. Elle pourrait devenir, d’après les prévisions de la Banque mondiale, la première puissance économique de la planète d’ici à l’horizon 2020-2030.Son PIB était estimé début 2011 à 5.800 milliards de dollars, et l’économie du pays a connu, entre 2007 et 2012, une croissance de 60%.Premier pays exportateur mondial devant l’Allemagne, il est détenteur d’une réserve de change considérable, d’un montant équivalent à près de 3.200 milliards de dollars, dontles 2/3 sont placés en Bons du Trésor américains. La dette américaine s’élevant à plus de 16.000 milliards de dollars (environs 100% du PIB américain), les deux pays se trouvent dans une relation d’interdépendance mutuelle.

Après un gel complet suite à la guerre de Corée (1950-1954), les relations diplomatiques sino-américaines ont repris sur l’impulsion du président Nixon et de son secrétaire d’Etat Henry Kissinger, qui aboutit au voyage de Richard Nixon en Chine en 1972. La « quasi-alliance » théorisée par M. Kissinger reposait, pendant la guerre froide, sur une forme d’opposition commune - bien qu’assise sur des socles idéologiques distincts - à l’U.R.S.S. Après l’effondrement du bloc soviétique, c’est le développement des échanges économiques qui constitue, depuis le début des années 1990, la base des relations sino-américaines. En 2001, les Etats-Unis ont soutenu l’adhésion de la Chine à l’OMC. Dans l’article qu’elle a publié en novembre 2011 dans la revue Foreign Policy , la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a théorisé le « basculement » ou « pivot » de la stratégie américaine vers la zone Asie-Pacifique.

Daniel Vernet, vous êtes éditorialiste du site Slate.fr, animateur du site boulevard-extérieur.com, et avez été directeur de la rédaction du journal Le Monde . En octobre dernier, vous publiiez avec Alain Frachon La Chine contre l’Amérique , sous-titré Le duel du siècle , chez Grasset. Dans ce livre, vous analysez l’histoire du « duo sino-américain », dont vous dites qu’il est « un nœud de contradictions » pour lequel il est « difficile de séparer l’hostilité de la complicité, la complémentarité de l’animosité, l’interdépendance de la méfiance ». Vous concluez que le « choc » entre les deux pays est « inévitable », bien que « la forme que prendra ce choc reste une inconnue ».

Le mois de novembre a été marqué cette année par le renouvellement des équipes dirigeantes des deux pays. Le 18è congrès du Parti communiste chinois s’est tenu du 8 au 14 novembre dernier. Après dix ans à la tête du Parti, l’ancien secrétaire général Hu Jintao a cédé son poste à Xi Jinping, qui deviendra président de la République au printemps prochain. Li Keqiang devrait quant à lui succéder au Premier ministre Wen Jiabao. Le 6 novembre, Barack Obama a été réélu pour un second mandat à la tête des Etats-Unis et s’apprête à renouveler une grande partie de son équipe. Daniel Vernet, pour ouvrir notre discussion, j’aimerais vous interroger sur votre sentiment au lendemain de ces deux évènements, tout juste postérieurs à la publication de votre livre. En quoi la réélection de Barack Obama et le renouvellement de l’équipe dirigeante chinoise vont-elles selon vous influer sur l’avenir des relations sino-américaines, et sur ce « choc » que vous jugez inéluctable ?

Invités :

Daniel VERNET, auteur de La Chine contre l’Amérique

Sylvie KAUFFMANN, directrice éditoriale au Monde

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......