LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Thématique : Laurent Cohen-Tanugi – Le fonctionnement des institutions européennes

1h
À retrouver dans l'émission

Laurent Cohen-Tanugi – Le fonctionnement des institutions européennes

Laurent Cohen-Tanugi, vous êtes avocat aux barreaux de Paris et de New-York, et membre du Conseil d’administration du laboratoire d’idées « Notre Europe », fondé en 1996 par Jacques Delors, qui s’attache à « penser l’unité européenne ». Vous avez présidé en 2008 la mission interministérielle « L’Europe dans la mondialisation », qui tirait le bilan de l’adaptation de l’Union Européenne à la nouvelle donne économique internationale et proposait des pistes pour les années à venir. Vous avez publié en janvier Quand L’Europe s’éveillera , aux éditions Grasset après L’Europe en danger (Fayard, 1992) et Le Choix de L’Europe (Fayard, 1995).

Dans votre rapport de 2008, vous dressiez un bilan en demi-teinte de la Stratégie de Lisbonne, adoptée par l’Union Européenne en 2000, qui engageait les Etats membres à adopter des objectifs de politique économique et de réforme structurelle communs. Vous jugiez la mise en œuvre de cette stratégie trop peu contraignante, et recommandiez « la mise en place d’institutions plus cohérentes et plus efficaces » .

Dans Quand l’Europe s’éveillera , vous écrivez que l’Union Européenne est marginalisée par les mutations de la géopolitique mondiale, et qu’elle y est « mal préparée, tant sur le plan institutionnel et décisionnel qu’en termes doctrinaux » . Vous appelez de vos vœux « le fédéralisme européen » qui sera, écrivez-vous « un système de compromis entre une organisation juridique et institutionnelle commune et des réalités politiques et sociologiques nationales beaucoup plus fortes qu’elle » . Vous critiquez « l’Europe honteuse » pratiquée par les gouvernements nationaux, qui mettent en œuvre les politiques communautaires « sans la moindre référence à une stratégie européenne commune » , et vous appelez à « une véritable vie politique européenne » , faite « de listes électorales et de partis transcendant les frontières nationales » . Selon-vous, une refonte des institutions européennes est nécessaire pour y parvenir. Vous souhaitez « exclure les référendums nationaux pour ratifier les traités, au profit de consultations au niveau de l’Union » , et vous affirmez que « le droit de veto accordé à chacun des membres de l’Europe des Six au double stade de la conclusion, puis de la ratification des traités, n’est plus tenable à vingt-sept » . Vous écrivez également que « si l’Union veut devenir un acteur mondial, l’exécutif européen – déjà éclaté entre Conseil, Commission et Haut Représentant pour la politique étrangère – doit être en mesure de prendre des décisions rapides et significatives, à l’instar de la BCE en matière de politique monétaire » . Enfin, vous préconisez « dans le domaine législatif, l’extension du vote à la majorité qualifiée et de la co-décision entre le Conseil et le Parlement européen » , qui doit «devenir la norme dans tous les domaines, à l’exception de l’engagement de capacités militaires » . Pour vous, c’est « une autonomisation progressive du budget de l’Union vis-à-vis des Etats » qui va permettre d’assurer « la coordination intergouvernementale menée sous la conduite déterminée des institutions communautaires – Conseil européen et Commission – assistées de relais nationaux » . Vous concluez en assurant que « si le déclic indispensable relève des chefs d’Etat, 3 institutions de l’Union sont susceptibles de jouer un rôle moteur : le Parlement, la présidence du Conseil européen et la BCE » . Laurent Cohen-Tanugi, pouvez-vous nous éclairer sur le rôle que ces institutions peuvent jouer dans la relance de la dynamique européenne ?

Intervenants
  • Député Modem des Hauts de Seine, vice-président de la commission des affaires européennes et ancien député européen, essayiste
  • Romancier et historien
  • Correspondante à Paris du Frankfurter Allgemeine Zeitung
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......