LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Thématique : Le Royaume-Uni - Jean-Claude Sergeant

59 min
À retrouver dans l'émission

Thématique : Le Royaume-Uni – Jean-Claude Sergeant

Jean-Claude Sergeant, vous êtes professeur à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spécialiste du Royaume-Uni, vous avez dirigé la Maison Française d’Oxford de 2000 à 2003, êtes président de l’Association France-Grande-Bretagne depuis 2010, et membre du laboratoire d’idées le Royal United Services Institute. Vous êtes l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés au Royaume-Uni, dont La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher (PUF, 2004), une étude sur Les Médias britanniques (Editions Ophrys-Ploton, 2004) et vous dirigez avec David Fée la publication d’un recueil intitulé Ethique, politique et corruption au Royaume-Uni , à paraître aux Presses de l’Université de Provence.

C’est un parlement sans majorité qui est sorti des urnes en 2010, contraignant les conservateurs menés par David Cameron à former un gouvernement de coalition avec les Libéraux-Démocrates (le premier depuis 1931), Nick Clegg, le leader lib-dem, devenant vice Premier Ministre. Du programme d’austérité adopté par cette coalition, The Economist a écrit : « Aussi loin que l’on puisse remonter, ce budget est le plus douloureux et l’un des plus risqués ». Ce plan de rigueur drastique prévoit d’économiser 81 milliards de livres (93 milliards d’euros), avec pour objectif de faire passer le déficit du pays, l’un des plus élevés au monde (10,1% en 2010) à 1,1% en 2015, objectif reporté récemment à 2016. Relèvement du taux de la TVA de 2,5 points, gel de la rémunération de la plupart des emplois de la fonction publique pour une période de deux ans coupes dans le financement de la protection sociale, hausses d’impôts : ce plan conduira d’ici à 2015 à la suppression de 490.000 emplois dans la fonction publique, soit un fonctionnaire sur 2.

En juillet 2011, David Cameron après avoir été indirectement touché par le scandale des écoutes illégales de messageries téléphoniques pour le compte de News Of The World , dont son ancien conseiller en communication fut rédacteur en chef, a chargé une commission d’enquête de préconiser un nouveau mode de régulation de la presse écrite.

En août, de violentes émeutes se sont déroulées à Londres, mais aussi à Bristol, Manchester, Liverpool et Birmingham. 5 personnes sont mortes, 4.000 ont été arrêtées, des quartiers entiers incendiés et pillés pendant cinq jours. David Cameron a choisi une ligne de fermeté, soutenue par l’opinion publique et également adoptée par les magistrats chargés de sanctionner les émeutiers. Il avait alors parlé de « société brisée » (« broken society ») et dénoncé des actes de « pure criminalité ».

Aux élections partielles municipales de mi-mandat le 3 mai dernier, les tories ont essuyé un revers, l’opposition travailliste remportant de nombreux conseils municipaux dans le centre et le sud de l’Angleterre (à Birmingham, Southhampton, Plymouth, notamment) ainsi qu’au pays de Galles (Cardiff). En Ecosse, les travaillistes sont arrivés au pouvoir à Edimbourg, et le parti national écossais (SNP), indépendantiste a également enregistré de forts gains. Les lib-dem ont enregistré leur plus mauvais score historique, payant leur participation au gouvernement de coalition. Après l’annonce des résultats, David Cameron a annoncé qu’il maintenait le cap de la rigueur : « Nous devons prendre des décisions difficiles face à la dette, au déficit et à une économie en pièces héritée (du gouvernement travailliste) et nous continuerons à prendre ces décisions nécessaires pour le pays ». Le début 2012 a été marqué par une dégradation des conditions économiques et sociales. Le pays est entré de nouveau en récession, le PIB ayant diminué de 0,2% au premier trimestre 2012, après s’être contracté de 0,3% au dernier trimestre 2011. Les prévisions de croissance sont de – 0,6% pour 2012. Le chômage atteint plus de 8% de la population active, dont plus de 21% pour les jeunes de moins de 24 ans.

En octobre dernier, la Chambre des Communes a rejeté une motion en faveur de l’organisation d’un référendum sur l’Union Européenne. David Cameron ayant appelé à voter contre le projet, ce vote apparaissait comme un acte de protestation à son égard et témoignait de la radicalisation des eurosceptiques conservateurs, 81 députés tories sur 307 ayant soutenu la motion. C’est dans ce contexte que, lors du Conseil européen des 8 et 9 décembre, le Premier ministre a refusé de signer le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union Economique et Monétaire.

Jean-Claude Sergeant, en conclusion d’un article que vous publiiez en janvier 2011 dans La revue des deux mondes , intitulé « Le Royaume-Uni à l’heure de l’austérité », vous écriviez : « En s’autoadministrant une cure de rigueur surdosée, le Royaume-Uni est devenu un cas d’école dont l’évolution sera suivie avec attention par ses partenaires européens ». Un peu plus d’un an et demi après l’adoption de ce plan, pouvez-vous nous éclairer sur les dernières mutations politiques, sociales et économiques à l’œuvre dans le pays ? Le Royaume-Uni fait-il en effet figure de cas d’école, ou faut-il au contraire insister sur ce qui le différencie des autres pays européens ?

Invités :

Jean-Claude SERGEANT, professeur d’Université, spécialiste du Royaume-Uni

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......