LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Thématique : Les deux Corées - François Bujon de l'Estang

58 min
À retrouver dans l'émission

Emission en direct et en public du Théâtre du Vieux-Colombier

A la fin de la seconde guerre mondiale, après le départ du colon japonais remplacé rapidement au Nord par les troupes soviétiques et par les soldats américains au Sud, la péninsule coréenne a été divisée en deux Etats distincts. A l’issue de la guerre qui fit deux millions de morts entre 1950 et 1953, une nouvelle frontière fut établie au milieu d’une « zone démilitarisée » le long du 38ème parallèle. Le régime communiste fut imposé au Nord, alors que le Sud, libéré de l’occupation par l’armée américaine, connaissait une dictature militaire pro-occidentale, à laquelle succéda un régime démocratique dans les années 1980.

Après la mort, en décembre dernier, du « Cher Leader de la République Populaire et Démocratique de Corée», Kim Jong-il, son fils, Kim Jong-un, a été désigné comme le « dirigeant suprême du Parti du travail, de l’Etat et de l’armée », succédant à son père et à son grand-père, le « Grand Leader » Kim Il-sung. Le régime politique nord-coréen est un modèle dérivé du stalinisme, qui repose sur la dictature du parti unique, le culte de la personnalité, une propagande omniprésente et un goulag concentrationnaire. L’économie dirigée repose sur un système autarcique, en application de la doctrine du « juche » (expression qui signifie « être maître de son destin »). La population, composée de 24 millions d’habitants, est plongée dans un état de famine chronique dont on estime qu’il aurait coûté la vie à près de 2 millions de personnes dans les années 1990. Selon les organisations humanitaires internationales, de 150.000 à 200.000 personnes sont détenues dans des camps de travail.

Au Sud du 38ème parallèle, la République de Corée compte 49 millions d’habitants. Le chef de l’Etat, Lee Myung-bak, élu en décembre 2007 et dont le mandat s’achèvera fin 2012, est membre du Grand Parti National, conservateur et d’inspiration libérale qui a remporté les élections législatives d’avril dernier, avec plus de 43% des suffrages. La Corée du Sud est la 12ème puissance économique mondiale, et la 4ème du continent asiatique. 46% de son PIB dépend des exportations, dont 22% sont destinés au marché chinois. Le taux de croissance a oscillé au cours de la dernière décennie autour de 5%, et devrait cette année, selon les prévisions de l’OCDE, atteindre 3,5%. Le pays est membre du G20, dont le 4ème sommet de novembre 2010 avait été organisé à Séoul.

Les tentatives de dialogue entre les deux pays menées à la fin des années 1990, notamment à l’initiative du président sud-coréen Kim Dae-jung, promoteur de la « sunshine policy », avaient abouti à la tenue de deux sommets intercoréens en 2000 et 2007. La mort du « Grand leader » en 1994 et la signature la même année d’un accord avec Washington pour le gel du programme nucléaire avaient laissé espérer une détente progressive du régime de Pyongyang. Mais ces espoirs ont tourné court du fait des initiatives agressives de la Corée du Nord, qui a poursuivi son effort pour se doter de l’arme nucléaire, procédant à deux essais, le 9 octobre 2006 et le 25 mai 2009. De l’avis des experts internationaux, le pays dispose d’une ou peut-être plusieurs installations d’enrichissements de l’uranium. Le 13 avril dernier, les Etats-Unis et ses alliés occidentaux ont vu dans le tir – raté – de la fusée Unha-3, porteuse d’un satellite d’observation terrestre, un essai déguisé de missile à longue portée. L’année 2010 a en outre été marquée par un regain de tensions entre les deux pays. En mars 2010, la marine nord-coréenne a coulé un bateau de guerre sud-coréen, entraînant la mort de 46 marins. En novembre de la même année, la Corée du Nord a bombardé sans préavis l’île côtière de Yonpyong, tuant 4 personnes.

François Bujon de l’Estang, vous êtes président de la société de consultants internationaux que vous avez fondée en 1993. Vous avez été conseiller du Premier ministre Jacques Chirac pour les Affaires diplomatiques, la Défense et la Coopération entre 1986 et 1988, puis ambassadeur de France au Canada (1989-1991) et aux Etats-Unis (1995-2002). Vous êtes également membre du comité de rédaction de la Revue des Deux Mondes à laquelle vous contribuez régulièrement. Dans un article publié dans cette revue en mars dernier, et intitulé « Les deux Corées ou la péninsule névralgique », vous analysez le « casse-tête diplomatique » que constitue la question coréenne, et insistez sur le rôle décisif de la Chine et des Etats-Unis. « La Chine, écrivez-vous, semble être la seule puissance à détenir une clé de la situation », tandis que « la meilleure approche pour la diplomatie américaine » consisterait selon vous à « établir un dialogue direct avec Pékin sur le sujet coréen ». François Bujon de l’Estang, avant d’aborder les composantes de ce « casse-tête diplomatique », pouvez-vous nous éclairer sur la situation en Corée du Nord, six mois après l’intronisation de Kim Jong-un ?

Invités :

François BUJON DE L’ESTANG, ancien ambassadeur de France au Canada et aux Etats-Unis

Sylvie KAUFFMANN, directrice éditoriale au Monde

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Références :

  • François Bujon de l’Estang, « Les deux Corées ou la péninsule névralgique », Revue des Deux Mondes , mars 2012. Un dossier est consacré aux « Corées futures » dans ce numéro de la revue.

  • Hillary Clinton, « America’s Pacific Century », Foreign Policy, novembre 2011. Article consultable en ligne sur le site www.foreignpolicy.com

  • Blaine Harden, Rescapé du camp 14. De l’enfer nord-coréen à la liberté (Belfond, 2012)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......