LE DIRECT

Air France, l’envol de la modernité / Revue Anatoli

4 min
À retrouver dans l'émission

ominique Baqué : Air France L’envol de la modernité (Editions du Regard) / Revue Anatoli N°5 Dossier Configurations économiques dans l’espace post-ottoman (CNRS Editions)

regard
regard

C’est l’histoire en images d’un mariage de raison et de passion entre la compagnie aérienne emblématique de l’excellence française à travers le monde et de grandes figures du design : Jean Prouvé, Charlotte Perriand, issus de l’Union des artistes modernes fondée entre autres par Robert Mallet-Stevens, et aussi Raymond Loewy, le plus français des designers américains streamline – l’esthétique fonctionnelle et aérodynamique dite aussi « paquebot » – qui va meubler et peaufiner de l’intérieur les formes élancées du Concorde, et enfin Pierre Gautier-Delahaye, venu du studio parisien de Raymond Loewy, qui imprimera sa marque au réseau des agences de la compagnie implantées aux quatre coins de la planète, ou encore Andrée Putman qui habillera la deuxième version du Concorde, imaginant – je cite « une enveloppe protectrice pour des voyageurs qui vont trop vite ». C’est l’époque des Trente Glorieuses, les Français et les touristes vont passer leur « Dimanche à Orly » avec la chanson de Gilbert Bécaud en tête, déjeunant dans le restaurant panoramique de l’aérogare à structure métallique largement ouvert sur le ciel conçu par l’architecte Henri Vicariot, le monument le plus visité à l’époque, devançant même la Tour Eiffel.

Dominique Baqué, philosophe de l’image, avait rassemblé dans ses Histoires d’ailleurs des artistes et penseurs de l’itinérance, elle s’est très logiquement trouvée en affinité avec ces lieux sans séjour ni mémoire mais traversés par la multitude en transit que sont les aéroports, leurs comptoirs de réservation à l’enseigne d’Air France et les agences de la compagnie dupliquant la même esthétique « clinique », à la fois sobre, chaude dans ses matériaux alliant le bois au métal, géométrique et spacieuse, de New York à Singapour ou de Brazzaville à Bangkok. Jean Prouvé et Charlotte Perriand qui avaient de concert meublé les salles communes, les restaurants et les chambres de la résidence universitaire Jean-Zay à Antony sont recrutés pour concevoir les équipements de l’extension naturelle de la compagnie aérienne en hôtels et restaurants haut de gamme au Japon, au Brésil ou en Afrique. On peut voir notamment les photos des « unités d’habitation » couvertes d’épaisses persiennes modulables qui dispensent l’ombre et la fraîcheur et dont le prototype est la Maison saharienne, le paradigme la tôle pliée.

Foin de décoration, d’ornement ou d’esthétique postmoderne au goût frelaté pour les archaïsmes, le métissage des genres et des styles, le kitsch. La beauté apollinienne du design estampillé français ne se définit pas pour autant élitiste, il vise au contraire une forme de démocratisation du goût – je cite « l’envers du luxe, une esthétique de la simplicité et de la lumière. Une pureté des formes. Une élégance du style. » On peut en voir une éclatante illustration dans les somptueux bureaux en bois massif dessinés par Charlotte Perriand, qui invitent à la méditation et au travail sur deux ou trois mètres linéaires d’étendue en arc de cercle. Pas de quoi faire décoller un avion mais largement suffisant pour l’envol de l’esprit.

Le créateur immortel du design inusable des paquets de cigarettes Lucky Strike, qui dessine sans faiblir bolides et locomotives et auquel le président Kennedy commande la déco de l’Air Force One se verra confier par Air France l’aménagement intérieur du premier Concorde. L’avion n’étant qu’un élément de la trajectoire qui conduit d’un point du monde à un autre, Raymond Loewy est également chargé de concevoir le décor du salon d’accueil à l’aéroport de Roissy, meublé de fauteuils signés Le Corbusier, la cabine intérieure du supersonique, les sièges, les éclairages et même la vaisselle du bord avec les couverts de Christofle, la « french touch » qui couronne le tout. Quant au plateau-repas destiné à recevoir un échantillon des cuisines gastronomiques de nos régions, devenu collector, il inspire encore aujourd’hui de jeunes designers.

Lâchant la bonde à la nostalgie nationale la vente des objets du paquebot France a été un vrai succès populaire. Sans les enchères les photos accessibles de la grande époque de la distinction française s’offrent à nos regards dans cette collection agencée par Dominique Baqué.

Jacques Munier

anatoli
anatoli

Revue Anatoli N°5 Dossier Configurations économiques dans l’espace post-ottoman (CNRS Editions)

http://www.cnrseditions.fr/geographie/6952-anatoli-n5.html

Les contributions reviennent sur l’héritage économique de l’Empire ottoman un siècle après sa dislocation, un éclairage porté notamment sur les difficultés économiques des pays qui en sont issus.

Au sommaire

Introduction par Deniz Akagül

Partie I - Dynamiques de la périphérisation de l'économie ottomane

Immanuel Wallerstein - L'Empire ottoman et l'économie-monde capitaliste : quelques questionnements pour la recherche

Çağlar Keyder - Les villes-port et la politique à la veille de la Grande Guerre

Timur Kuran - Bénéfice inattendu des capitulations : facilitation de l'échange impersonnel

Document : Accord Sykes-Picot

Partie II - Dynamiques économiques internes de la dislocation de l'espace impérial

Stefania Ecchia - La politique économique à la fin de l'Empire ottoman (1876-1922)

Diren Çakmak - Émergence de la pensée économique ottomane à l'époque moderne : état des lieux

Erdal Kaynar - Libéralisme et protectionnisme : Ahmed Midhat et les questions économiques de l'Empire ottoman

Ragip Ege - Pertinence et limites du concept de « mode de production asiatique » appliqué à l'espace ottoman

Partie III - Émancipation des États-nations et développement économique

Valentina Dimitrova-Grajzl - Héritage économique dans les Balkans

Jean Batou - L'industrialisation de l'Égypte avant le canal de Suez : développement économique et rôle de l'État

Georges Corm - L'influence ottomane dans les structures socio-économiques des pays arabes et leur mode de développement

Partie IV - Production de biens publics internationaux dans l'espace post-ottoman

Dilek Yankaya - International Business Forum : une tentative de régionalisation par la bourgeoisie islamique turque en « Afro-Eurasie » ?

Deniz Akagül - Nouvelles orientations de la politique commerciale turque : entre pragmatisme et ambitions « néo-ottomanes "

Deniz Akagül, Fatma Doğruel et Suut Doğruel - Gestion des ressources naturelles et performances économiques au Moyen-Orient post-ottoman : malédiction « des ressources » ou de « l'histoire » ?

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......