LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La République des Lettres / Revue Le français aujourd’hui

4 min
À retrouver dans l'émission

Marc Fumaroli : La République des Lettres (Gallimard) / Revue Le français aujourd’hui N°187 Dossier Enseigner la ponctuation (Armand Colin)

fuma
fuma

C’est une république idéale mais bien réelle, une société d’égaux et d’amis cooptés par le critère de l’excellence et dont la capitale itinérante, de Florence à Londres et Amsterdam en passant par Rome et Paris est à l’image des infatigables voyageurs qui la forment. L’expression apparaît pour la première fois sous la plume de l’humaniste vénitien Francesco Barbaro dans une lettre – et ce n’est pas anodin vu l’importance de la correspondance dans toute cette histoire – adressée à un ami florentin, humaniste lui aussi, Poggio Bracciolini. Elle désigne déjà la société que forme un réseau d’amitié éclairée par la connaissance des Anciens grecs ou romains et leur présence revivifiée par la philologie, une communauté de savants lettrés évoluant « avec une jalouse liberté de mouvement et d’esprit » sous des régimes politiques et religieux pourtant despotiques. Aujourd’hui le terme est utilisé – je cite – comme « une périphrase pompeuse et ironique pour désigner le milieu littéraire parisien ». Mais c’est cette République des lettres qui va dessiner, jusqu’à la Révolution, les contours d’une citoyenneté instruite et critique à travers ses avatars successifs, humaniste, classique, baroque, et qui s’épanouit dans les salons du siècle des Lumières.

Deux vecteurs de communication seront essentiels à l’expansion de cette nouvelle civilité à l’échelle européenne, car les humanistes vont substituer au réseau des universités médiévales un système de relations indépendant des pouvoirs établis qui donnera à l’Europe une première consistance humaine et pas seulement académique. Ces deux vecteurs sont la conversation et l’échange épistolaire. Comme le montre Marc Fumaroli, qui parle de la conversation comme du « tissu conjonctif de la République des Lettres », les règles de la convivialité savante, si elles n’excluent en rien le plaisir du banquet et des libations, sont codifiées avec un soin presque « sémiotique » par certains auteurs qui nous éclairent sur les pratiques sociales de cette communauté transnationale. La première des règles de la conversation vient en droite ligne du gnôthi seauton des anciens grecs, le fameux « connais-toi toi-même », qui est aussi la base de la connaissance des autres et de la variété des esprits. L’amour-propre est banni, le tact et l’intuition qui sait reconnaître le bon esprit sont appréciés, car c’est lui qui assure le magnétisme de la conversation érudite. Éviter les longs discours : un trait jeté en passant peut mettre directement sur le chemin du vrai. Et au fil du temps l’art de la conversation élira domicile en France, produisant tout un ensemble solidaire que Marc Fumaroli décrit ainsi : « La disposition des hôtels particuliers, leur décor, les arts plastiques et décoratifs travaillent à créer, avec l’art des jardins, un milieu liquide, miroitant et ductile pour cette grande affaire française, la sociabilité orale. »

La lettre écrite et postée aura été le principal medium de cette communication savante dans la République des Lettres. Comme le relève Maurice Daumas dans son livre sur l’amitié, Érasme pouvait écrire et recevoir 20 à 40 lettres par jour et il y a eu 15 recueils de correspondance publiés de son vivant. Guillaume Budé parle dans une lettre d’un pacte qu’il aurait passé avec Érasme pour mettre leurs amis en commun, une préfiguration de ce que seront à l’ère d’internet les réseaux sociaux. Là aussi la pratique est codifiée. Deux éléments essentiels : un principe de liberté et un principe d’infini. L’infini – « une matière si complexe et variée quasiment à l’infini » – brise le cercle des formules convenues et des préceptes de la rhétorique médiévale. Liberté et infinité des sujets s’accordent dans le caractère fragmentaire du style épistolaire. Ainsi voguent les idées à travers le courrier.

À ceux qui s’intéressent aujourd’hui à la sociologie des intellectuels, Marc Fumaroli rappelle par ce livre « qu’elle a derrière elle une formidable tradition de réflexion des lettrés eux-mêmes sur la société particulière qu’ils forment au sein des sociétés politiques et religieuses de l’Europe ».

Jacques Munier

ponc
ponc

Revue Le français aujourd’hui N°187 Dossier Enseigner la ponctuation (Armand Colin)

http://www.armand-colin.com/revues_num_info.php?idr=16&idnum=578514

Julien Gracq désignait les signes de ponctuation comme des économiseurs péremptoires et expéditifs, qui « obligent la phrase à cesser un instant de tendre les rênes ». Et Flaubert s’employait à découper les paragraphes pour accentuer la tension rythmique. Il faut, disait-il à propos de Madame Bovary, qu’ils « dévalent les uns sur les autres », « il va falloir les dévisser, lâcher les joints, comme on fait aux mâts de navire quand on veut que les voiles prennent plus de vent ».

La métaphore est audacieuse, peut-être qu’elle aiderait à les enseigner, les règles de la ponctuation, puisque c’est de ça qu’il s’agit dans cette revue à l’ambition didactique

Au sommaire :

Julien RAULT

LA PONCTUATION : PROBLÉMATIQUES LINGUISTIQUES

Marc ARABYAN

LA NOTION DE PARAGRAPHE EN RÉDACTION : NARRATION VS DISSERTATION

Michel FAYOL, Mariane CARRÉ, Laurence SIMON-THIBULT

ENSEIGNER LA PONCTUATION : COMMENT ET AVEC QUELS EFFETS ?

Stéphane COLOGNESI, Catherine DESCHEPPER

LE SAVOIR DES ÉLÈVES EN PONCTUATION : ANALYSE DES INTERACTIONS ET PROPOSITIONS DIDACTIQUES

Évelyne DELABARRE, Jeanne GONAC’H, Mickaël LENFANT

DES SIGNES DE PONCTUATION EN RELIEF ET EN SOURDINE CHEZ DES ÉLÈVES DE CM1 NORMANDS

Christine VÉNÉRIN-GUÉNEZ

À LA RECHERCHE DE STYLES DESCRIPTION.USAGES DE LA PONCTUATION : ERREURS, NORMES, CRÉATIVITÉ

Béatrice GERLAUD

COMMENT CONSIDÉRER LA PONCTUATION AU LYCÉE ?

Marie-Pierre DUFOUR, Suzanne-G. CHARTRAND

ENSEIGNER LE SYSTÈME DE LA PONCTUATION

Guénola JARNO-EL HILALI

UN DISPOSITIF D'ENSEIGNEMENT DE LA PONCTUATION POUR APPRENDRE À MIEUX ÉCRIRE

Véronique PAOLACCI, Nathalie ROSSI GENSANE

PONCTUATION ET ÉCRITS D'ÉLÈVES : UNE CONCEPTION DIFFÉRENTE DE LA PHRASE POUR ENSEIGNER LA PONCTUATION AUTREMENT

Jean-Pierre JAFFRÉ

À QUOI SERT LA PONCTUATION ?

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......