LE DIRECT

Le relativisme moral / Revue France Culture Papiers

5 min
À retrouver dans l'émission

Steven Lukes : Le relativisme moral (éditions markus haller) / Revue France Culture Papiers N°13

lukes
lukes

Le relativisme moral est l’idée selon laquelle l’autorité des normes morales est relative au temps et au lieu, c’est-à-dire au point de vue historiquement et culturellement situé. Aujourd’hui il intervient dans la plupart des controverses concernant le caractère universel des droits humains, notamment ceux des femmes, ou la valeur de la démocratie, et il est constamment sous-jacent au débat sur la réponse appropriée au terrorisme islamiste et à toutes les formes d’extrémisme religieux, de même qu’il inspire les arguments communautaristes fondés sur le respect des différences culturelles. Mais Steven Lukes pose la question : « que demande un tel respect et qu’exclut-il ? Quelles limites impose l’évocation du slogan si souvent entendu : c’est leur culture ? »

S’il est vrai qu’une certaine dose de relativisme a pu faire avancer les sciences sociales, notamment l’ethnologie et la sociologie, en les amenant à adopter le point de vue de l’autre et à rejeter l’ethnocentrisme, s’il peut avoir une valeur cognitive dans les études postcoloniales, l’histoire dite « connectée » ou les études de genre, son rôle ne doit pas être surestimé. En particulier l’idée d’une « construction sociale de la réalité » poussée à l’extrême ne mène au fond pas bien loin – je cite : « au lieu de réfuter les théories et explications des chercheurs ou de dévoiler les manières par lesquelles leurs découvertes pouvaient servir de puissants intérêts sociaux ou politiques son effet a plutôt été de miner l’idée que les explications scientifiques sont supérieures à d’autres théories explicatives ».

Cette forme intégrale de relativisme trouve son pendant dans le domaine moral avec la position défendue par l’anthropologue Ruth Benedict selon laquelle « la morale est un terme commode pour désigner des pratiques socialement approuvées ». Mais elle n’implique pas nécessairement la tolérance, car si nos jugements moraux sont forcément déterminés culturellement et à ce titre équivalents le nationalisme ou le racisme valent l’amitié entre les peuples ou l’égalitarisme. Et comme l’observe Tzvetan Todorov dans Nous et les autres : « un relativiste conséquent peut demander que tous les étrangers rentrent chez eux, pour vivre au milieu des valeurs qui leur sont propres ».

Faut-il encourager la coexistence ouverte et non conflictuelle de l’égalité des sexes et des valeurs de la société patriarcale, de la liberté et des mariages arrangés – voire des crimes d’honneur – du respect de l’intégrité corporelle et de l’excision ? Devons-nous gober la fable de la dénommée « démocratie souveraine » en Russie et entériner sans coup férir les assassinats politiques ou le dépeçage de l’Ukraine ? « Tout être humain – rappelle Steven Lukes – subit le même tort lorsqu’il se voit infliger certains mauvais traitements ou lorsqu’il ne peut accéder aux conditions d’existence minimales – comme la nourriture, le logement ainsi qu’une série de ressources, de services et d’opportunités – quand celles-ci pourraient être mises à sa disposition. »

Pour étayer son argumentation contre le relativisme moral et sortir des impasses où il nous conduit, il fait notamment appel à « l’éthique de la discussion » développée par Habermas, où chacun accepte de fournir aux autres, considérés comme égaux et libres dans le contexte de la délibération, une justification réciproque. Dans cette situation heuristique les valeurs fondamentales partagées apparaissent finalement plus nombreuses qu’on pourrait le penser. Par exemple ce qui entrave ou détruit les facultés d’action et d’expression humaine, que Martha Nussbaum avec l’économiste Amyarta Sen ont défini comme les « capabilités », peut être à bon droit considéré comme universellement condamnable. Les « capabilités » sont des capacités spécifiquement humaines qui « ont – je cite – une exigence morale à être développées », comme la santé, l’intégrité physique, les sens, l’imagination et la pensée, la raison pratique, l’affiliation… Une approche qui présente l’avantage de combiner universalisme et pluralisme des valeurs.

On peut aussi avec l’auteur se référer à ce que l’anthropologue Alison Renteln appelle le « principe de rétribution », soit la récompense du bien ou la punition du mal, qui présuppose la notion de proportionnalité, variable selon les cultures mais en soi universellement recevable. Le fait de poser des limites à la violence arbitraire, c’est-à-dire dénuée de justification, semble également susciter un consensus général. Quelques pistes pour sortir du piège tendu par tous ceux qui ont intérêt à ce que rien ne change nulle part…

Jacques Munier

FCP
FCP

Revue France Culture Papiers N°13 Dossier Crise ou sursaut, que peuvent les politiques ?

http://www.franceculture.fr/blog-au-fil-des-ondes-2015-02-26-france-culture-papiers-13-crise-ou-sursaut-que-peuvent-les-politiqu

Au sommaire

Etats de crises, avec Myriam Revault d’Allonnes / Le pouvoir rend-il impopulaire ? Avec Cynthia Fleury, Bruno Bernardi et Alain Renaut / Métamorphoses de la social-démocratie, avec Luc Ferry et Michaël Fœssel / La représentation en chantier, avec Claude Lefort et Pierre Rosanvallon. Les Nouveaux chemins de la connaissance

Sursaut politique, avec Régis Debray. Les Matins de France Culture

L’important, c’est de participer, avec Cécile Braconnier et Adélaïde Zulfikarpasic. L’Atelier du pouvoir

La commission de la dernière chance, avec Jacques Delors. Affaires étrangères

HOMMAGES

Paroles de caricaturistes, dessinateurs, journalistes de Charlie Hebdo.

Georges Wolinski : « Mon occupation préférée : dire des conneries avec des gens intelligents. » A voix nue (2010). Cabu, Charb, Oncle Bernard et Tignous (extraits d’archives de France Culture ou France inter).

Juifs et musulmans, héritage commun. Dialogue entre Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora à l’occasion de la parution de l’Histoire des relations entres juifs et musulmans qu’ils ont codirigée. Une conférence enregistrée en 2013 à l’IMA. France Culture Plus

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......