LE DIRECT

Les employés / Revue Variations

8 min
À retrouver dans l'émission

Siegfied Kracauer : Les employés (Les Belles Lettres) / Variations. Revue internationale de théorie critique N°16 Dossier Tahrir is here

kracauer
kracauer

Siegfied Kracauer : Les employés (Les Belles Lettres)

C’est un texte qui a fait date, et qui est vite devenu une enquête de référence dans les années 30, notamment pour les intellectuels de la nébuleuse de l’Ecole de Francfort et ses satellites, comme en témoignent les réactions et les articles qu’il a suscités et que l’éditeur a eu la bonne idée de publier en annexe de cette nouvelle édition : des extraits de la correspondance Kracauer-Adorno, ainsi que les recensions de Walter Benjamin et d’Ernst Bloch. Ce dernier relève que si « la vie des ouvriers, des bourgeois et des aristocrates d’aujourd’hui a été maintes fois dépeinte, tant par les romans que par la science », « en revanche, sur les employés, couche déjà muette par elle-même, pèse un profond silence, bien que la grande ville soit totalement faite d’eux ou faite pour eux ». Ce qui n’est pas entièrement exact. Kracauer lui-même cite une étude de 1926 sur « La nouvelle classe moyenne », due à Emil Lederer et Jakob Marschak, en signalant que Lederer a déjà été amené à reconsidérer les résultats de son enquête à peine trois ans plus tard. Car sous l’effet de la crise consécutive au krach de la bourse de New York et de la « rationalisation » - c’était le mot à l’époque –qu’elle a entraîné dans les entreprises allemandes, les couches intermédiaires déclassées, précarisées, partagent dès lors le destin du prolétariat, alors même qu’elles « n’ont pas encore abandonné, dans leur grande majorité, leur idéologie bourgeoise ». C’est là que réside la tension dialectique étudiée par Kracauer, cette « fausse conscience » de classe que nourrit une culture urbaine du divertissement – cinéma, théâtre de boulevard, cabarets ou magazines illustrés – et que conserve dans l’illusion un néo-paternalisme dont l’objectif inavoué est de maintenir les employés à bonne distance de la lutte des classes.

Ernst Bloch parle aussi du regard ironique porté par Kracauer dans ce livre qu’il qualifie à la fois de léger et dense. Par son style, il s’apparente en effet à cette langue expressionniste, parfois elliptique et volontiers dialectique, qui est le trait distinctif des intellectuels de la génération de Weimar et du marxisme critique des années 20 et 30. Les titres de chacun des chapitres : « Petite pause d’aération », « L’atelier de réparation », « Petit herbier » ou « Asile pour sans-abris » rappellent les titres décalés, un peu énigmatiques mais qui révèlent après-coup tout le sens de leur densité poétique, qu’on peut trouver par exemple dans l’ouvrage emblématique de cette époque, le fameux « Sens unique » de Walter Benjamin. Il y a aussi le recours au procédé du montage, une langue commune à cette génération, influencée par l’écriture cinématographique. Dans « Héritage de ce temps », Ernst Bloch avait même tenté d’élaborer une « philosophie du montage ». Ici, en poursuivant l’exploration des espaces culturels du public anonyme de la grande ville, en l’occurrence Berlin, et des productions de l’industrie culturelle de masse, ce dont il s’était fait une spécialité comme chroniqueur du « feuilleton » de la Frankfurter Zeitung, le feuilleton c’est-à-dire les pages littéraires et culturelles, Siegfried Kracauer agence les bouts de dialogue, les citations, les commentaires ou les descriptions de telle sorte que leur interprétation en jaillisse spontanément. On peut rappeler à l’occasion un autre ouvrage célèbre du même auteur, une somme sur le cinéma expressionniste : « De Caligari à Hitler, une histoire psychologique du cinéma allemand ».

Les employés, cette nouvelle classe moyenne presqu’aussitôt déclassée, constitue l’armée de réserve de secteurs alors en pleine expansion comme le commerce, la banque, les services ou les transports et ils ont largement contribué à donner à Berlin sa physionomie culturelle. Après quelques données statistiques destinées à établir l’ampleur du phénomène et où l’on peut relever au passage qu’à travail égal les femmes gagnent en moyenne 10 à 15% de moins que les hommes, comme quoi les choses n’ont guère évolué depuis, l’enquête débute par la sélection à l’embauche, sorte de rite initiatique où se conjuguent, de part et d’autre, les aspirations à la distinction sociale. Les aspirants-employés, même s’il s’agit de percer à longueur de journée des trous dans les fiches perforées d’une machine comptable, expriment leur souhait d’accéder à un emploi non manuel, voire – je cite – à « un travail intellectuel », à comprendre ici comme l’exact opposé du travail en usine. Les recruteurs, et derrière eux les « managers », car toute cette mascarade est directement inspirée des méthodes américaines, sont attachés à recruter des « visages aimables » ou, comme le dit ce DRH d’un grand magasin de Berlin, un personnel « au teint moralement rose », ce qui éclaire subitement « un quotidien fait de vitrines décorées, d’employés salariés et de journaux illustrés ».

Cette idéologie de la distinction sociale, qui produit ses effets au sein même des classes moyennes et empêche toute forme de solidarité ou d’unité syndicale, même si 30% des employés sont syndiqués, l’auteur va l’observer jusque devant les tribunaux du travail, qui ont remplacé les conseils des prud’hommes. Il cite cette employée licenciée suite à un différend avec sa hiérarchie parce que – je cite – « elle ne voulait pas être traitée comme une employée mais comme une dame ». A noter, ajoute Kracauer, que le chef de service est notablement plus jeune que l’employée. Le chapitre intitulé « Asile pour sans-abri » évoque la situation paradoxale de cette classe qui se trouve « spirituellement sans abri » à force d’avoir voulu se démarquer du prolétariat ouvrier. Pour ceux qui travaillent dans les grands magasins, une compensation à l’insalubrité supposée de leur logement leur est proposée comme un séjour salarié sous les lumières et dans un décor de palais, au contact « d’une clientèle élégante et éduquée », source d’émulation permanente et de rêves d’ascension sociale. Mais conclut l’auteur, « la lumière aveugle plus qu’elle n’éclaire ».

On le comprend à la lecture de ce livre, la peur panique du déclassement, qui s’exprime dans de nombreux propos rapporté par Kracauer, alors même qu’on endure les mêmes conditions d’existence qu’une classe ouvrière rendue exsangue par la désindustrialisation, cette peur aura sans doute joué son rôle dans la montée et la durée du nazisme.

Jacques Munier

http://variations.revues.org/118

Variations. Revue internationale de théorie critique N°16 Dossier Tahrir is here

Variations est une revue électronique qui publie des auteurs proches de la Théorie critique de l’Ecole de Francfort, ou des théories critiques contemporaines (sociologie critique, cultural studies, gender studies) en accordant une place centrale aux traductions et aux inédits et en dialoguant avec les mouvements sociaux, en faisant connaître les débats internationaux

La revue a publié des auteurs et titres comme : Nancy Fraser (Qu’est-ce que la Justice sociale ? , La Découverte, Dir. Estelle Ferrarese,), Oskar Negt et Alexander Kluge (L’espace public oppositionnel , Payot & Rivages, Dir. Alexander Neumann,), John Holloway (Changer le monde sans prendre le pouvoir , éd. Lux, Dir. Fernando Matamoros), Greil Marcus (Lipstick Traces , éd Allia). Sans parler des inédits de Jean-Marie Vincent , fondateur de Variations et du département de science politique de l’Université Vincennes, l’un des premiers à faire connaître les idées de « l’Ecole de Francfort » à un public français

Tahrir est le lieu d’une révolution permanente, au Caire, mais il désigne plus universellement la libération en arabe. Un numéro qui explore et conceptualise les mouvements oppositionnels en mobilisan le concept d’espace public oppositionnel qui se nourrit des travaux d’Oskar Negt

Jürgen Habermas, dans L'Espace public , a surtout étudié le modèle libéral de la sphère publique bourgeoise. Du coup, il ignore la sphère publique populaire et révolutionnaire. Le travail critique d’ Oskar Negt, un des représentants du « courant chaud de la Théorie critique » (A. Neumann), réintroduit la dimension du conflit.

Au sommaire :

Slavoj Žižek : Encre rouge

John Holloway : La rage contre le règne de l’argent

Jacques Chastaing : Égypte : grèves de masse, espace public oppositionnel et insurrection des consciences

Alexander Neumann : La résistance, un principe sociologique à l’œuvre

couv
couv Crédits : Radio France
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......