LE DIRECT

Les nuits du bout des ondes / Revue Schnock

5 min
À retrouver dans l'émission

Marine Beccarelli : Les nuits du bout des ondes. Introduction à l’histoire de la radio nocturne en France (INA Éditions) / Revue Schnock N°13 (La Tengo Editions)

ondes
ondes

Longtemps la radio s’est couchée de bonne heure. Ce n’est qu’en 1963 qu’à Paris Inter Roland Dhordain imagine un programme spécifiquement conçu à destination de cette audience évanescente et diverse, dont on sait au moins qu’elle est aussi constituée de chauffeurs routiers et d’automobilistes en déroute. Ce sera Route de Nuit , une formule reprise ailleurs pour des « routiers sympas ». Les autres radios nationales ouvrent un peu plus tard leurs antennes au-delà de minuit, en 1979 pour Europe1 puis RTL. Notre chaîne quant à elle s’y met en 1985 avec Les Nuits de France Culture dévolues au continent noir des archives, et avec Du jour au lendemain , d’Alain Veinstein, le producteur des Nuits Magnétiques qui diffusaient des documentaires depuis 1978 en prélude à la nuit. Là le public visé est plutôt l’intello noctambule. Entre les travailleurs de la nuit et les insomniaques du cerveau s’ouvre un horizon hertzien élargi et accueillant où viennent donner de la voix les artistes pour un bœuf au sortir du spectacle chez José Arthur, au Bar Noir du Pop Club .

Entretemps l’épisode des radios pirates qui occupaient les fréquences FM abandonnées au coucher du soleil a stimulé les initiatives et inspiré des styles intimistes ou provocateurs. C’est évidemment par la nuit que le sexe s’est tranquillement installé sur nos ondes. Carbone 14 et Supernana ont inauguré le genre de la confidence sur l’oreiller, voire de L’amour en direct , avec le choc des sons et sans le poids des images. La Voix du Lézard incarnée sous les étoiles par l’organe sexy de Géraldine diffusait les dialogues libertins entre les annonces coquines. L’idée promise à un grand avenir était celle de la ligne ouverte aux auditeurs. Les anonymes parlent aux anonymes qui du coup émergent de la nuit : Gonzague Saint Bris sur Europe1, Allô Macha sur France Inter, Clémentine Célarié et son Régime sensuel sur Radio 7 – on y revient. « La nuit – observe Jean-Charles Aschero, producteur des Choses de la nuit sur notre consœur de Radio France – le vrai magicien, ce n’est pas celui qui cause dans le poste, c’est aussi l’auditeur qui écoute. » Il faut signaler au passage le couple éphémère formé à l’occasion par Paula Jacques et Daniel Mermet de deux à trois heures du mat’ pour Tendre est la nuit , des lectures érotiques de Verlaine, Baudelaire, Apollinaire ou Aragon, suspendues au bout de trois semaines par la direction de France Inter pour cause de scandale public… Nous sommes pourtant en 1983.

La nuit a ouvert à la radio le terrain de l’innovation et de la création, et elle lui a donné l’occasion de dessiner les contours d’un espace social spécifique et original, en dehors de la norme diurne. Le fameux Club d’Essai , laboratoire des émissions littéraires et artistiques réalisé par Alain Trutat qui donnera sur notre chaîne l’Atelier de création radiophonique est issu de cette liberté que confère l’étendue imaginaire à laquelle « plus rien ne s’oppose »… L’œil écoute, disait Paul Claudel en évoquant le petit point de vermillon au milieu d’un paysage crépusculaire au ton vieil or, et qui sonnait comme une trompette dans cet ensemble assourdi. C’est une telle confusion réglée de tous les sens que la radio peut susciter, dans la liberté de l’écoute intérieure. Les oreilles n’ont pas de paupières comme les yeux pour tomber lourdement dans le mol oreiller des rêves. Si la radio est du domaine de l’intime, alors son empire est la nuit. Emotion, séduction, le silence de la nuit est favorable à cette écoute qui mobilise sans efforts la plupart de nos sens et fait se lever dans les voix ou dans les sons des personnages familiers et sans visage, des univers tactiles et bruissant d’affects, ou encore des pays sans paysages, selon la belle expression de Pascal Quignard. Comme une bouteille à la mer, la voix fait son chemin dans la phonosphère étoilée pour aboutir on ne sait où mais forcément quelque part, et elle découpe des îles dans la masse informe de la nuit. À l’heure des multidiffusions et des podcasts qui ont forclos l’espace de liberté ouvert par la nuit sur les ondes et épuisé la veine programmatique et budgétaire des émissions de nuit, qui dira le naufrage des auditeurs solitaires privés de l’antenne de leur progression dans l’univers intérieur ? Et surtout, où retrouvera-t-on pour les nouveaux medias l’énergie de la création délivrée à l’approche de la vie sans figure imposée qu’inaugure le règne nocturne ?

Jacques Munier

Schnock
Schnock

Revue Schnock N°13 « Arrière les Esquimaux » Dossier Belmondo (La Tengo Editions)

http://www.la-tengo.com/index.php?post/2014/11/26/Nouveauté-Schnock-n°13,-Jean-Paul-Belmondo

On reste dans ces années idéales avec la revue qui revisite les sixties en images et en couleur et ce dossier Belmondo « un certain cool à la française » : un entretien avec Claude Lelouch, un autre avec Guy Bedos, 20 scènes cultes, ses cascades, ses bagnoles, les belmondettes, et l’histoire d’un projet impossible Le Voyage au bout de la nuit, une idée de Michel Audiard au scénario qui avait imaginé Belmondo en Bardamu filmé par Godard… Voyez l’affiche

Au sommaire

« Le Top 20 Belmondo » par Christophe Ernault et Mathieu Alterman

Témoignages de Charles Gérard, Françoise Brion et Guy Bedos par Mathieu Alterman, Marie Cras et Laurence Rémila

« Bébel, l’as du but ! » par Gilles Durieux

« Voyage au bout de la nuit : le tournage impossible » par Sylvain Perret

Témoignages de Claude Lelouch et Pierre Rosso par Bruce Toussaint et Marie Cras

« Les Affichistes de Bébel » par Erwann Terrier

« Hélico, disco et discorde : la collaboration Belmondo, Lautner et Sarde » par Stéphane Lerouge

« Les Bolides de Bébel » par Pierre Léonforte

« Les Belmondettes » par Mathieu Alterman

Et aussi « Les Fiches de Monsieur Mocky » par Sébastien Bardos et Laurence Rémila

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......