LE DIRECT

Silence / Revue Mots

5 min
À retrouver dans l'émission

Giovanni Pozzi : Silence (Payot) / Revue Mots Les langages du politique N° 103 Dossier Le silence en politique (ENS Éditions)

pozzi
pozzi

« Un bel tacer non fu mai scritto », un beau silence ne peut s’écrire Padre Giovanni , comme on l’appelait, aimait citer ce vers du Retour d’Ulysse de Claudio Monteverdi et pourtant c’est très exactement ce qu’il a fait ici, en puisant dans la littérature mystique mais aussi dans sa propre expérience de frère capucin qui, après avoir enseigné la littérature italienne à l’université de Fribourg, se retire dans le silence du couvent de Lugano, dont il augmentera la somptueuse bibliothèque restée intacte depuis le début du XVIème siècle des 10 000 volumes de sa propre collection, particulièrement riche en poésie baroque. La vie en cellule – la cella qu’il compare au cœur, une métonymie de l’être humain – ne l’empêcha de poursuivre ses travaux, une œuvre au rayonnement étendu, publiée notamment par l’éditeur italien de Nietzsche ce qui n’allait pas sans une certaine forme de provocation. Avec les outils de la sémiologie il a par exemple produit une somme sur la poésie visuelle des origines au XXème siècle – La Parole peinte – un titre qui fait écho à un vers de Dante, ou encore une Sémiotique de la fleur , la métaphore florale étant d’ailleurs très présente dans Silence . La vie recluse ne l’empêchait pas de répondre aux invitations qu’il recevait du monde entier, ni d’offrir à ses visiteurs l’excellente grappa que produisait l’arpent de vigne du monastère.

Très logiquement le livre s’ouvre sur l’évocation de la solitude, celle des stylites perchés sur leur colonne une vie durant pour se rapprocher de Dieu, celle des dendrites méditant sur leur arbre en athlètes de la foi. Mais « l’homme est un solitaire qui n’est pas seul » et il est parfois plus ascétique encore et beaucoup moins exceptionnel de faire l’épreuve de la solitude au milieu de la foule plutôt qu’au désert. Pour se prémunir du risque – je cite « de se noyer dans la fange de l’objectivation de soi », c’est une certaine qualité de « fin silence » qu’il faut agrandir et cultiver en soi-même dans la résonnance d’une parole qui s’est tue. « Un temps pour parler, un temps pour se taire », comme il est dit dans l’Ecclésiaste, c’est l’écoute ou la lecture muette qui fournit le modèle initial du silence à développer intérieurement. Je cite : « Rien ne fait mieux comprendre que l’écoute, la véritable écoute, ce qu’est la corrélation entre silence et parole ». Tout comme l’amour peut fermer les yeux, la parole doit inciter au silence, celui de l’écoute, mais aussi en amont celui de la pensée et en aval celui de la mémoire.

Et pourtant « le monde ploie sous le poids des paroles, des sons, des bruits », phonosphère entêtante, ritournelles assommantes qui développent de véritables addictions. Giovanni Pozzi rappelle que les Babyloniens croyaient « que les dieux avaient puni la terre du déluge parce qu’ils étaient las d’entendre le caquet des hommes ». De même que celle de la parole et du silence, l’alternance du jour et de la nuit s’est en partie effacée, qui avait fourni les symboles pour définir des réalités intérieures. Il suffit de voir dans la nuit les zones habitées de notre planète depuis l’espace pour le saisir immédiatement. « Le lieu de silence absolu lui-même, le firmament – je cite – est dissimulé par une chape de lumière artificielle qui voile le ciel étoilé. » Et la sonde Rosetta nous a récemment déniaisé sur le silence éternel des espaces infinis qui effrayait Pascal en transmettant l’émouvant gargouillis de vieux poste de radio à ondes courtes émis par la comète.

Reste « la tradition spéculative de la lectio divina , qui a traversé le christianisme d’Origène à nos jours » et fait succéder meditatio à lectio , et oratio à meditatio – en latin dans le texte. Mais on n’est pas obligé, à l’instar d’Angèle de Foligno, très présente dans ces pages et visiblement chère au cœur du Padre Pozzi , de descendre dans sa tombe au lieu de grimper à l’échelle de Jacob pour retrouver le silence de l’agneau divin. Pour appliquer à la lettre la formule grecque traduite par Saint Ambroise en lectio divina , la lecture priante des Écritures qui s’est imposée dans le monachisme occidental, un bon livre fera l’affaire, par exemple Silence , du frère Pozzi.

Jacques Munier

mots
mots

Revue Mots / Les langages du politique N° 103 Dossier Le silence en politique (ENS Éditions)

Un oxymore ? Surtout par les temps qui courent… En fait les auteurs mettent en évidence le caractère ambivalent, voire polysémique du silence en politique, ce qui semble paradoxal, à première vue seulement. Ici le silence n’est pas le contraire de la parole, il envoie des signes et même des messages. Du silence complice ou coupable sur la torture pendant la guerre d’Algérie au silence obstiné face à une enquête gênante, toute la gamme des bruits, des rumeurs que distille le silence en politique est analysée dans ce numéro. Comme le rappelle Georges Balandier « les gouvernants sont gens du secret, parfois justifié par la raison d’État ». Le silence doit donc être considéré comme une ressource de la communication politique. Il ne traduit pas seulement l’embarras. On se souvient du silence que s’est accordé F. Mitterrand avant de répondre oui à la question sur sa candidature en 1988, comme pour afficher un détachement qui est apparu comme le signe du vrai pouvoir.

Denis Barbet, Jean-Paul Honoré — Ce que se taire veut dire. Expressions et usages politiques du silence

Marion Béchet, Marion Sandré, Fabrice Hirsch, Arnaud Richard, Fabrice Marsac, Rudolph Sock — De l'utilisation de la pause silencieuse dans le débat politique télévisé. Le cas de François Hollande

Paola Paissa — Le silence sur la torture pendant la guerre d'Algérie. Analyse d'un corpus de presse française (1957 et 2000)

Anaïs Theviot — Un silence numérique bavard. Controverses autour de l'interdiction de la propagande politique en ligne avant le vote

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......