LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Actualité des Lumières

3 min
À retrouver dans l'émission

Bonjour. Des conseils de lectures sur le net, pour le week-end.

Les Lumières, nos « philosophes » du XVIII° siècle, en particulier, sont en passe de retrouver une véritable actualité. Pas de mois sans que ne paraisse un essai ou un article de fond s’interrogeant sur le sens de ce mouvement d’idées et sur la meilleure manière d’en défendre, aujourd’hui, l’héritage.

En général, on insiste, à gauche, sur leur universalité, et à droite, sur les grandes différences existant entre l’Enlightenment anglo-écossais, d’inspiration religieuse et les « philosophes » français, globalement hostiles aux religions instituées. Anthony Pagden, professeur à l’UCLA, vient de publier un essai très commenté, titré The Enlightenment - and why it still matters. Les Lumières et pourquoi elles gardent leur importance. Ses Lumières, à lui, constituent le point culminant de la rationalité occidentale, celui où l’Occident embrasse la raison et se convertit au cosmopolitisme. Etre fidèle à l’esprit des Lumières, c’est poursuivre dans la voie qu’elles ont ouverte ne pas renoncer à leur optimisme : la nature humaine est spontanément tournée vers la sympathie envers autrui et non vers la confrontation faire preuve d’ouverture d’esprit envers l’autre et sa culture, d’esprit critique envers la sienne.

La critique conservatrice, illustrée par le compte-rendu que fait de ce livre le professeur australien Kenneth Minogue dans le Wall Street Journal, se moque de cette « tradition séculariste », selon laquelle l’esprit critique serait né…, avec la critique du christianisme, au XVIII° siècle. Et la Raison grecque ? ironise Minogue. En outre, les Lumières, relève-t-il, ne semblent pas s’être beaucoup souciées de l’esclavagisme.

On trouvera une défense des Lumières aussi sous la plume d’un intellectuel danois, Frederik Stjernfelt, dans la revue britannique The Humanist. Cette fois, c’est sous l’angle d’une défense, inquiète, de la liberté d’expression , menacée, selon l’auteur à la fois par les fondamentalistes religieux et par le multiculturalisme. Les premiers entendent soustraire leurs dogmes à toute critique au nom du « respect » qui est dû à leur croyance – et n’hésitent pas à user de violence envers ceux qui les défient – comme en a fait récemment l’expérience le publiciste Lars Hedegaard. Le multiculturalisme, de son côté, au nom du respect dû aux autres cultures, réclame l’auto-censure. Mais la liberté d’expression ne saurait se négocier . Elle est ou elle n’est pas, écrit Paradoxalement, des courants qui se réclament de la gauche en sont venus à refuser l’idée de droits de l’homme universels, dans lesquels ils voient une idée néo-coloniale.

Un papier de Jean-David Levitte , l’ancien conseiller diplomatique des présidents Giscard d’Estaing, Chirac et Sarkozy, sur le site du think tank, Brookings Institution, sur l’état du monde. Nous vivons dans un « village global interconnecté, mais il n’y a plus personne sur le siège du conducteur, parce que les Etats-Unis ne veulent plus jouer le rôle de policier mondial. »… le danger peut venir de la prétention de certaines puissances émergentes à occuper une position dominante dans leur région.

Toutes les références sur le site de L’hebdo des idées. Bonne fin de semaine sur FC et au plaisir de vous retrouver aux Matins dès lundi.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......