LE DIRECT

Glané sur les think tanks

3 min
À retrouver dans l'émission

Bernard Kouchner et son ami Mario Bettati, les inventeurs du « devoir d’ingérence » , dont publié, cette semaine, une tribune signée conjointement avec BHL, André Glucksmann et le chirurgien Jacques Bérès. Ils y réclament que les Occidentaux contournent le véto des Russes et des Chinois au Conseil de Sécurité pour aider militairement les insurgés syriens. Ont-ils une chance d’être entendus ?

Pour le moment, le seul soutien de poids est venu de Guy Verhofstadt, l’ancien premier ministre belge, qui préside aujourd’hui l’Alliance des Démocrates et Libéraux au Parlement européen.

Mais si l’on en croit le sondage « Comment les Américains voient-ils le monde ? » , mis en ligne par le Carnegie Endowment for International Peace, ils ne seront guère soutenus aux Etats-Unis. Promouvoir les droits de l’homme dans le monde n’est plus considéré comme une priorité par les Américains. Seuls 24 % des sondés s’en préoccupent. En tête de leurs centres d’intérêt, on trouve : protéger l’emploi aux Etats-Unis (84%) , protéger les Etats-Unis du terrorisme (81%) , réduire la dépendance énergétique des USA (67%) . Les trois pays qui représentent un danger pour les Etats-Unis sont, dans l’ordre : la Chine (26%), l’Iran (16%), la Corée du Nord (13%). Enfin, on relève que de plus en plus d’Américains jugent que le réchauffement climatique n’est pas un problème sérieux, alors qu’ils pensaient très majoritairement le contraire il y a 5 ans.

Sur le site de l’Institut Thomas More, on lira aussi pourquoi la Turquie non plus ne veut pas se laisser aspirer dans le conflit syrien . Ankara est bien décidée à jouer un rôle important en accueillant de nombreux réfugiés syriens, fuyant les violences du régime, ou les réunions du Conseil national syrien, mais elle se veut le « moteur d’un Moyen Orient apaisé », non la tête de pont d’une intervention militaire.

Un rapport de Terra Nova sur le développement de l’économie numérique a été rendu public cette semaine. Avec une préface de Jacques Attali, le think tank de la gauche branchée fait 123 propositions pour relancer un secteur qui ne représente que 6 % de l’économie française, contre 13 % aux Etats-Unis.

A ce sujet, on lira sur le site de The Atlantic, une analyse de Michael Mande l, qui s’étonne du peu de cas fait par Obama, durant sa campagne, de la progression spectaculaire du secteur économique de l’internet durant son mandat. Les industries liées directement à l’internet ont créé plus d’emplois que l’automobile aux Etats-Unis – 98 000 contre 94 000. Et de rappeler que le démocrate Bill Clinton avait été réélu en particulier grâce au succès américain dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Au fait : saviez-vous que le Washington Post, plutôt classé au centre, voire au centre-droit, vient de se prononcer pour la réélection de Barack Obama ?

Des élections parlementaires ont lieu ce dimanche en Ukraine . On lira l’étude de Tatiana Zhurzhenko sur le site Eurozine. Tandis que deux dirigeants de l’opposition, Julia Timochenko et Youri Loutsenko sont en prison, l’opposition, qui est parvenue à s’unir, peut-elle l’emporter face au puissant Parti des Régions, qui soutient le président Yanoukovitch ? C’est peu probable, écrit-elle, puisque la loi électorale a été écrite afin de favoriser le Parti des Régions. Le pays reste profondément divisé entre une partie occidentale, marquée par le nationalisme et la mémoire des persécutions subies sous le régime soviétique et le Sud et l’Est du pays, sous influence russe. Ainsi, la municipalité de Lviv fait éditer ses propres manuels d’histoire, parce qu’elle est très insatisfaite de la manière dont le ministère de l’éducation nationale présente l’histoire ukrainienne. Tatiana Zhurzhenko relève que Vladimir Poutine s’est plu à humilier publiquement son homologue ukrainien, en le faisant poireauter durant plusieurs heures, tandis qu’il faisait du vélo...

A lire sur le site de la Fondation Jean Jaurès, un article de Julie de Clerck, qui explique pourquoi Angela Merkel s’est opposée à la fusion EADS-BAE , soutenue par les Français et par les Britanniques et qui auraient pu aboutir à la création du plus important groupe aéronautique mondial. La CSU bavaroise est furieuse : EADS fait travailler beaucoup de gens en Bavière…

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......