LE DIRECT

"L'accord transatlantique global" d'Obama

4 min
À retrouver dans l'émission

Bonsoir.

S’il y a une information à retenir, cette semaine, une information de portée réellement historique, c’est l’ouverture faite par Barack Obama en direction des Européens, lors de son Discours sur l’état de l’Union. On en comprend mieux la logique, en lisant le papier de Harlan Ullman, sur le site de l’Atlantic Council, intitulé, « Time to pivot back to Europe », le moment de repivoter vers l’Europe.

Les querelles territoriales en mer de Chine, l’importance des dettes accumulées par les Etats-Unis envers la Chine, la montée en puissance commerciale et militaire de Pékin avaient justifié l’annonce, faite par le président américain, l’an dernier, d’un mouvement de « pivot » des Etats-Unis vers l’Asie. Cette année, estime Harlan Ullman , il était temps de se tourner vers l’Europe. D’autant que les Américains, dont le goût pour les engagements militaires lointains a fortement décliné, ont observé avec intérêt l’opération militaire franco-britannique en Libye, puis celle lancée par la France au Mali.

Oui, face au défi commercial qui leur est lancé par les émergents, Européens et Nord-Américains gagneraient à faire front commun dans les négociations commerciales. D’où l’idée d’Obama d’un « accord transatlantique global sur le commerce et l’investissement » entre les Etats-Unis et l’Union européenne. 800 millions de consommateurs auraient à gagner à la création d’une zone de libre-échange, surtout si les négociations qui vont s’engager concernent la libéralisation des services et l’ouverture des marchés publics. La Commission a récemment évalué le bénéfice d’un tel accord à l’ajout d’un demi-point de croissance annuelle .

Mais les négociations entre les deux blocs commerciaux seront difficiles : la France tient à son exception culturelle les Européens ne veulent pas de viande nourrie au maïs OGM, les constructeurs automobiles américains, qui ont obtenu toute sorte de protections contre la concurrence européenne, seront mobilisés pour les conserver. Ce ne sont pas les droits de douane, qui gênent le commerce transatlantique – ils sont très faibles – mais les règlementations, les protections, les innombrables barrières non douanières imaginées des deux côtés pour protéger tel ou tel secteur d’activité.

A noter, la réaction défavorable du Welt am Sonntag (en français sur PressEurop), qui fait remarquer qu’un tel accord bilatéral donnerait le coup de grâce aux négociations multilatérales dites « de Doha », qui piétinent depuis plusieurs années.

Mais si Barack Obama lisait les deux livres que je vais à présent vous recommander, il serait peut-être moins pressé de conclure un accord avec la vieille Europe.

Voilà que paraissent presque simultanément deux excellents ouvrages consacrés au déclin de l’Europe. Le premier est signé par un des meilleurs essayistes conservateurs britanniques, Theodore Dalrymple il est intitulé « Le Nouveau Syndrome de Vichy ». Pour lui, « l’Europe avance d’un pas de somnambule vers le désastre ». Elle est désarmée par son relativisme moral, sa peur de déplaire. Elle dissimule sa lâcheté derrière les apparences de la tolérance. Exagérément culpabilisée par son histoire, elle s’est désarmée moralement et militairement.

Le second, « Le déclin. La crise de l’Union européenne et la chute de l'Empire romain » est dû à l’un des meilleurs spécialistes belge – mais de culture allemande – de l’Antiquité, David Engels. Il établit un parallèle dévastateur entre les crises qui ont miné l’Empire romain et l’état de notre Union : déclin des convictions religieuses et valorisation des cultes importés, refus du mariage et chute de la démographie compensée par une immigration de plus en plus mal maîtrisée, crise du système politique et désintégration institutionnelle… le tableau est saisissant.

Le livre de Theodore Dalrymple est publié par Elya Edtions, celui de David Engels aux Editions du Toucan.

Toutes les références sont sur le site de L’Hebdo des Idées. Bonne fin de semaine sur France Culture et au plaisir de vous retrouver lundi matin.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......