LE DIRECT

Le narcissisme des petites différences

3 min
À retrouver dans l'émission

Bonjour. Des idées de lectures sur le net et hors Hexagone…

« Le philosophe allemand Jürgen Habermas a défini notre époque comme celle de « l’âge de l’identité post-nationale ». Essayez donc d’en convaincre le président russe Vladimir Poutine », s’amuse Shlomo Ben-Ami sur le site Project Syndicate. L’ancien ministre israélien relève, comme d’autres, que la mondialisation provoque la résurgence du « narcissisme des petites différences », diagnostiqué il y a longtemps par Freud. Le nationalisme est une création politique moderne, une idée née de la Révolution française et développée dans l’Europe du XIX° siècle. Il peut aboutir à une survalorisation de l’identité collective.

Mais c’est la dictature qui rend impossible à long terme la cohabitation harmonieuse entre ethnies et religions différentes. Et cette impuissance les fragilise, au point de provoquer souvent leur effondrement. On a pu le constater lors de l’implosion de l’Union soviétique, ou plus récemment, avec les Printemps arabes. Ben-Ami voit dans la défaite électorale des indépendantistes québécois un avertissement aux sécessionnistes écossais et catalans : se retrancher d’un ensemble national tolérant envers ses minorités, c’est risquer l’hémorragie des talents et des capitaux.

L’idée de « narcissisme des petites différences » sert aussi de fil conducteur à Peter Baldwin. Dans un essai qui vient de paraître chez Markus Haller, ce professeur à UCLA, s’attaque au mythe du « fossé s’élargissant entre les deux rives de l’Atlantique ». Exploitant d’énormes quantités de données, notamment statistiques, Peter Baldwin démontre que l’Europe et les Etats-Unis partagent les mêmes valeurs, les mêmes modes de vie, connaissent grosso modo les mêmes clivages idéologiques. C’est « le narcissisme des petites différences » (titre de son livre) qui nous fait imaginer l’autre comme absolument différent. Sur l’essentiel, Européens et Américains s’accordent. L’idée de civilisation occidentale n’est pas un mythe.

Du nouveau sur le front des « nouveaux athéistes ». AC Grayling, (AC pour Anthony Clifford), un pop philosophe très à la mode en Grande-Bretagne, déjà remarqué en 2011 pour sa « Bible séculière », The Good Book, où il s’amusait à parodier le livre sacré en brûlot contre les religions, récidive avec The God Argument. « La religion me met en colère, écrit-il, parce qu’elle est la cause d’un grand nombre de souffrances et de malheurs ». Les vertus cardinales, explique AC Grayling, remontent à Platon et elles n’ont eu nul besoin d’évangiles pour être pratiquées depuis des millénaires.

Il se fait vertement rabrouer dans le magazine conservateur Standpoint qui signale que cette sommité universitaire vient d’ouvrir un institut universitaire privé, le New College of Humanities, qui s’enorgueillit d’éduquer les enfants de l’élite sociale pour 18 000 Livres par an, soit 22 000 euros. Le même magazine décerne à l’écrivain américain David Benley Hart le titre « d’écrivain sur la religion le plus excitant depuis une génération ».

Hart est orthodoxe. Son dernier livre, The Experience of God : Being, Consciousness and Bliss (l’expérience de Dieu : être, conscience et bénédiction), se veut une réplique complète aux arguments des Nouveaux Athéistes. Non, les religions n’invitent pas à la violence, dit-il. Mais elles peuvent être instrumentalisées, par des dirigeants politiques, à leurs fins propres. C’est, au contraire, au christianisme que la civilisation occidentale doit l’idée, toute nouvelle à l’époque, de l’éminente dignité de l’être humain. Non, la science n’explique pas l’existence de l’univers, écrit Hart qui se moque ainsi de la « pensée circulaire » des nouveaux positivistes : « La physique explique tout et nous le savons du fait que tout ce qui existe doit pouvoir être expliqué par la physique »… Hart entend, en outre, clarifier la notion de Dieu – estimant celle que proposent les « nouveaux athéistes » caricaturale et trompeuse. Bref, le vieux débat sur Dieu continue..

Bon week-end sur France Culture et au plaisir de vous retrouver lundi aux Matins.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......