LE DIRECT

L'HEBDO DES IDEES 3

3 min
À retrouver dans l'émission

Bonjour. Comme toutes les semaines, et pour vous changer les idées, voici quelques conseils de lecture, accessibles à tout navigateur de l’internet.

Et pour commencer, on relève, en langue anglaise, une floraison de publications d’études consacrées à l’histoire de l’empire colonial britannique. Kwasi Kwarteng , député conservateur d’origine ghanéenne et auteur lui-même d’un livre intitulé Ghosts of Empire (Fantômes d’Empire), publié l’an dernier, passe en revue plusieurs d’entre eux dans un article de la revue Prospect de ce mois. Il relève que cette entreprise fut l’affaire d’un très petit nombre d’hommes. D’abord, le Foreign Office, qui pilotait l’entreprise, à l’époque de Palmerston, ne comptait que quelques dizaines de personnes. Et sur place, en Inde, l’administration anglaise était extrêmement légère : un milliers d’administrateurs. L’entreprise coloniale, relève Kwarteng, attirait surtout des excentriques, en quête d’aventures, tel ce général Charles Gordon qui crut sincèrement avoir découvert, aux Seychelles, le Paradis perdu d’Adam et Eve. Mais Kwasi Kwarteng, a choisi de privilégier les études écrites par des descendants des colonisés. Ainsi, Pankaj Mishra, dans From the Ruins of Empire, restitue la biographie de plusieurs grands intellectuels, qui ont posé les bases de l’anticolonialisme. Phan Boi Chau, le pionnier du nationalisme vietnamien, le Chinois Li Hong Xhang et Jamal al-Din al-Afghani, qui appelait à l’unité des musulmans contre l’Occident.

A tous ceux que le débat franco-français et ses ritournelles connues d’avance fatiguent, je recommande très vivement le site Eurozine. Il met en ligne des articles de fond, repérés dans les équivalents de nos revues généralistes, comme Esprit ou Le Débat, mais dans toute l’Europe. Difficile d’en privilégier un seul. Allez voir vous-même et choisissez le sujet, le pays, l’auteur qui vous intéressent.

Mais j’ai trouvé extrêmement intéressant l’étude d’Ivan Krastev, intitulée « The European Dis-Union : lessons from the Soviet Collapse », (Dés-Union européenne :les leçons de la désintégration soviétique), déjà parue dans la revue de l’Institut für die Wissenschaften vom Menschen de Vienne. D’abord parce qu’Ivan Krastev, membre d’innombrables centres d’études et think tanks est l’intellectuel bulgare le plus en pointe en Europe. Ensuite, parce que cet article, qui cherche à tirer les leçons de la désintégration de l’Union soviétique, afin d’éviter le même sort à l’Union européenne est formidable. Ce qui menace l’UE de désintégration, écrit Krastev, c’est précisément que ses dirigeants ne croient absolument pas à une telle éventualité. Du coup, ils n’ont rien prévu pour en prévenir le risque. C’est aussi que son gouvernement est « inintelligible » par les citoyens de l’Union. Krastev met en garde aussi contre les réformes malavisées comme l’a expérimenté Mikhaïl Gorbatchev, celles-ci sont plus néfastes que l’absence même de réformes… Enfin, les risques majeurs de déstabilisation sont au centre du système, estime-t-il, et non à sa périphérie, comme on le croit généralement. Ce sont les Allemands qui pourraient bien être tentés de prendre le large un jour, non pas les Grecs ou les Portugais.

Les think tanks, souvent considérés comme une spécialité anglo-saxonne, s’installent en France, où leur influence croît. Lundi prochain, au Conseil économique, social et environnemental, Paul Delevoye, son président remettra des trophées aux meilleurs d’entre eux. Informations sur le site Observatoire français des think tanks. On peut, en tous cas, prévoir qu’il y aura une absence fort déplorée – celle d’Olivier Ferrand, le créateur et animateur de Terra Nova, boîte à outils de la gauche réformiste, disparu prématurément cet été.

Mais Terra Nova continue. Le site met en ligne notamment une étude assez fouillée sur notre système de santé, préconisant une reprise en main par l’Etat, ainsi qu’une couverture des soins qui s’inspirerait de celle dont bénéficient déjà l’Alsace et la Moselle. Terra Nova a planché aussi sur la carte scolaire assouplie par le gouvernement précédent. Elle a provoqué la mise en concurrence des établissements et aggravé la ghettoïsation, estime le think tank, qui préconise une véritable politique de discrimination positive. Homogénéiser les offres pédagogiques – afin que les parents initiés cessent de choisir des filières rares, dans le seul but de faire échapper leurs enfants au collège ou au lycée du secteur. Abaisser les crédits accordés aux établissements accueillant majoritairement des élèves provenant de milieux aisés, et augmenter ceux fréquentés par des élèves d’origine populaire. Enfin, pour empêcher les élèves provenant de milieux favorisés de fuir vers l’enseignement privé, ce qu’ils font actuellement, les auteurs préconisent de fixer à ces derniers des « objectifs de mixité sociale » à atteindre.

Toutes les adresses sont à retrouver sur le site de l’émission.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......