LE DIRECT

Qu'avons-nous à apprendre du "monde jusqu'à hier" ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Bonjour. Quelques idées de lectures sur le net.

Drôle d’animal que Jared Diamond . Longtemps, il a poursuivi une carrière de physiologiste, de biologiste tout à fait ordinaire. « Durant des décennies, j’ai été l’expert mondial de la vésicule biliaire », confie-t-il au Financial Times, dans un long entretien-portrait. Mais il se passionnait aussi pour les oiseaux, d’où de fréquents séjours en Nouvelle-Guinée, à partir de 1964. L’essai traduit du mois est certainement le dernier opus de l’auteur de L’effondrement et du Troisième chimpanzé, rapidement traduit de l’anglais. Cette fois, ce penseur hors normes, qui développe sa pensée au carrefour de la biogéographie, de l’écologie, de l’histoire des sociétés et de celle du climat, compare nos sociétés – éduquées, industrialisées, riches et démocratiques – aux sociétés traditionnelles, dont les traces disparaissent très vite - par notre faute. Titre : « Le monde jusqu’à hier ». Et bien sûr, la comparaison n’est pas à notre avantage. On le sait, par ses travaux précédents, Jared Diamond estime que nombre de grandes civilisations – celle des Mayas, en particulier, se sont suicidées en épuisant leurs ressources naturelles. Il nous promet le même destin, si nous ne changeons pas de trajectoire.

Les critiques de Diamond lui reprochent de n’être pas un anthropologue, mais d’écrire comme s’il l’était et d’accorder une influence trop grande, sur les cultures, aux facteurs environnementaux bref d’être un « déterministe de l’environnement ». Au lecteur de se faire son idée à la lecture de « Le monde jusqu’à hier », qui se veut aussi un guide pratique à destination de l’Occidental moderne, désireux d’améliorer ses modes de vie et même sa santé, en se mettant à l’école des cultures premières, beaucoup mieux adaptées que les nôtres à leur environnement.

Quel rôle jouent les gênes dans l’attraction sexuelle ? L’immunologiste britannique Daniel Davis résume les thèses de son récent livre sur ce sujet pour le site universitaire Smithsonian.com. Pour lui, notre évolution s’est faite prioritairement sous l’influence des maladies : nos systèmes immunitaires se sont développés de manière à tenter de les éviter. Comme on sait, nos gènes comportent des informations essentielles sur les maladies que nous sommes le plus susceptibles de développer. Ce même génome détermine nos chances d’avoir ou non des enfants, en se croisant avec celui d’un ou d’une partenaire. Les animaux s’accouplent selon la compatibilité de leurs gênes, soutient Daniel Davis. Ces règles de compatibilité entre génomes expliquent les réactions de rejet constatées face aux transplantations d’organe. La conclusion que tire Daniel Davis de ses 60 années d’études sur nos capitaux génétiques, c’est qu’il est indispensable de de les diversifier.

Un papier véhément de l’historien de l’économie Niall Ferguson contre l’’économiste gourou Paul Krugman à signaler sur Project Syndicate. Ferguson reproche au gourou keynésien d’abuser de sa position d’éditorialiste star du New York Times, à la manière d’un « requin de la finance », d’user dans le débat intellectuel de mauvaises manières et de ne reconnaître jamais ses erreurs d’analyse. Comme par exemple, d’avoir annoncé à plusieurs reprises la désintégration imminente de l’Union monétaire européenne. Il faut dire que Krugman n’a pas ménagé Ferguson sur son blog, The Conscience of a Liberal…

Les liens sont sur le site de la chronique, L’hebdo des idées. Bonne lecture. Bon week-end sur France Culture et au plaisir de vous retrouver lundi aux Matins.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......