LE DIRECT
En 1761, le bateau "L’Utile" échoue sur un îlot de sable à l’Est de Madagascar avec, à son bord, 310 personnes (équipage et esclaves)…

Perdus sur Tromelin : histoire d'une survie invraisemblable

55 min
À retrouver dans l'émission

En 1761, des esclaves malgaches ont été abandonnés par leurs geôliers français sur un îlot de sable de l'océan Indien après un naufrage. Pendant quinze ans, ils sont parvenus à survivre dans des conditions extrêmes. Une expédition tente de comprendre comment cela a été possible.

En 1761, le bateau "L’Utile" échoue sur un îlot de sable à l’Est de Madagascar avec, à son bord, 310 personnes (équipage et esclaves)…
En 1761, le bateau "L’Utile" échoue sur un îlot de sable à l’Est de Madagascar avec, à son bord, 310 personnes (équipage et esclaves)… Crédits : RICHARD BOUHET - AFP

La France possède des territoires assez inattendus. La République administre dans l’Océan Indien et le Canal du Mozambique (entre la côte africaine et Madagascar) des cailloux souvent inhospitaliers voire inhabitables, très éloignés les uns des autres, et joliment regroupés sous l’appellation « Îles Éparses ». Selon les latitudes, il y pousse des cocotiers ou des palétuviers. Elles ont pour nom Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’archipel des Glorieuses et Tromelin. L’île Tromelin est parmi les plus petits de ces possessions dérisoires – mais qui délimitent des zones de pêches de plusieurs centaines de milliers de km2. Elle se situe à l’Est de Madagascar et au Nord de la Réunion, à 470 kilomètres de la première terre émergée… Elle est aride, très peu élevée – cinq mètres au-dessus du niveau de l’océan – et battue par les cyclones. Quatre météos l’occupent en permanence.

Le 31 juillet 1761, le vaisseau négrier français L’Utile, y fait naufrage. Les rescapés, dont une soixantaine d’esclaves malgaches à destination de l’Île de France se réfugient sur ce qui s’appelle alors l’île des Sables. La situation semble parfaitement désespérée. On creuse des puits, et par chance, on trouve assez vite de l’eau douce. Le charpentier du navire parvient à réutiliser l’épave et construit une embarcation de fortune. À son bord, les 122 marins français parviennent à quitter cet enfer deux mois après le naufrage, en laissant les esclaves sur place, leur promettant de revenir les chercher un peu plus tard. Ils oublient très vite leur promesse et les Noirs. Ces derniers dépérissent dans l’immense solitude de l’Océan Indien. Quinze ans plus tard, en 1776, le chevalier Maurice de Tromelin aborde l’île malgré le péril que ça représente, et recueille les derniers survivants : sept femmes et un petit bébé. La survie d’un groupe humain dans un endroit aussi ingrat paraît inimaginable. Et de fait, on n’avait jamais très bien compris comment les infortunés esclaves s’y étaient pris. Max Guérout a dirigé l’an dernier l’expédition « Esclaves oubliés », à caractère historique et archéologique, qui fait la lumière sur l’organisation qu’il a fallu mettre en place pour se donner des chances de surmonter les périls. L’ordre, la méthode, la chance semblent avoir été, ici encore, les piliers d’un improbable succès.

Avec Max Guérout , ancien officier de marine et archéologue, initiateur de l’expédition « Esclaves oubliés » ; Marc Gérard , ancien ingénieur météo ; Philippe Haudrère , spécialiste de la Compagnie des Indes ; André Oraison , juriste et les voix de Luc Ponette pour les textes historiques et Laurent Lederer pour les textes imaginaires, écrits par Olivier Chaumelle.

La navigation maritime jusqu'à la fin du 18ème était une navigation très très imprécise.

Tromelin c'est un volcan vieux de 3 millions d'année, a une hauteur de 4000 mètres et qui affleure au niveau de l'océan. Autour de Tromelin, il y a des fond abruptes de 4000 mètres, il n'y a pas de baies, de coins pour permettre aux navires de s'y abriter.

Les colons préfèrent les esclaves de la côte de l'Afrique orientale parce que les esclaves malgaches ont tendances à vouloir rentrer à Madagascar en pirogue.

Un marin qui ne sait pas nager, c'est parce qu'en cas de naufrage on souffre moins longtemps !

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......