LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Apres le bottin tchèque, la TVA indienne…

2 min

Eh bien pourquoi pas, la fin de l’année s’approche, et nous n’avions pas encore abordé ce sujet. Parce que figurez-vous que Narendra Modi, l’autocrate indien élu, enfin pour l’instant élu, a décidé de faire subir à son peuple un choc de simplification.

Trop de tracasserie administrative, trop de paperasse, bref l’exemple indien nous rappelle des choses connues. Le problème c’est que ce choc de simplification a tellement bien choqué que le nouveau système de TVA indien fait passer le classement des éléments chimiques pour un abécédaire simpliste.

Il y a ainsi un taux de TVA à 28 %, pour les chewing-gums, les hôtels cinq étoiles et les loteries privées, un taux à 18 % pour les meubles en bambou, les ordinateurs portables – j’ai bien dit portables – et les biscuits et un taux à 3 % pour l’or, ne me demandez pas pourquoi.

Avec des casses têtes inimaginables, par exemple si vous tenez un restaurant trois taux peuvent s’appliquer celui prévu pour les restaurants, ou bien pour les restaurants dotés de la climatisation, ou bien encore pour les restaurants dits de luxe. Evidemment, entre les trois comment choisir.. Ce classement des biens et des services pour les assujettir à la TVA est si complexe qu’il rappelle cette fameuse taxinomie de Borges citée par Michel Foucault, « les animaux se divisent en a) Appartenant à l’empereur b) embaumés c)apprivoisés d)cochons de lait e) sirènes je vous fait grâce du reste de la classification. Mais la morale de cette histoire c’est qu’il n’y a rien de plus compliqué qu’un choc de simplification. En voulant mettre à plat les taux de TVA indien, Narendra Modi a construit un système encore plus complexe que le précédent.

Une histoire qui devrait donner à méditer à tous ceux qui aujourd’hui pensent qu’il faut simplifier telle ou telle portion de l’économie. L’exemple indien le montre - pourquoi faire simple, quand on parvient encore à comprendre le compliqué.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......